Diigo express. réseaux sociaux, alfresco, multiply et mind mapping

Par défaut

Je teste donc la fonction d’envoi automatisé de Diigo à l’instar de Michel Roland. Cela me permet de conserver une régularité entre les billets un peu plus approfondis sachant que mon temps est compté notamment à cause de la thèse. Diigo vient d’ailleurs de sortir sa version 3 en mode bêta. Les créateurs attendent d’ailleurs des retours des bêta testeurs. Je leur ai fait part de mon envie de voir une application de cartographie sémantique avec les tags. L’affaire est à suivre car les réseaux sociaux et les sites de partage de signets ont une forte tendance à converger en ce moment ce qui n’est guère étonnant.

Pour ceux que ça intéresse, je peux leur transmettre un article sur les folksonomies et notamment le réseau de partage de signets ma.gnolia.


Bootstrapper » The Mindmapping Toolbox: 100+ Tools, Resources, and Tutorials

Un panorama des différents outils de mind mapping qui est très à la mode en ce moment à tel point qu’un mini-buzz a été généré sur la blogosphère à propos de l’usage des cartes sémantiques par les finlandais.
Comme quoi, j’en parlais déjà il y a deux ans, mais visiblement ça n’intéressait pas grand monde, notamment en France.

Les 15 moteurs alternatifs du moment

Un panorama des moteurs de recherche dans leur diversité. A consulter et à faire connaître.

Facebook not for You? Multiply.com’s Upgrade Looks Great

Intéressant article sur une alternative de plus à Facebook.
Je n’ai pas encore testé mais peut-être des lecteurs du blog l’ont-ils fait? J’ai l’impression qu’il n’y pas grand monde dessus pour le moment.

Multiply is Better Than Facebook in Some Important Ways

* Facebook has a newsfeed displaying updates from your friends. Multiply lets you slide your newsfeed to include in your display just your own updates, your contacts’ updates, and/or your close or distant networks’ updates.
* Facebook has a smooth in-house video app, but the new Multiply app lets you leave audio or video comments anywhere and see any user’s other media from inside the player.
* Facebook made big improvements to its email messaging (sending you the actual message in your email instead of just a link) but Multiply now has 8 email alert controls and more.

Le Récit des Affluents

Un guide qui vient du Québec sur les outils et techniques qui peuvent être utiles lors de séances.

BASE – Bielefeld Academic Search Engine | Über BASE

Un nouvel outil de recherche d’articles.
Peut-être utile en matière de scientométrie

Wizwiz

Base de ressources du canal numérique des savoirs.
Je me demande pourquoi l’Education Nationale communique si peu et si mal encore dans ce domaine.

Une plate-forme de réseau social en open source ! at Savoirs en réseau

Je suis Alfresco depuis quelques temps.
Est-ce une piste à suivre pour mettre en place un réseau social en accès libre et permettant l’interopérabilité?
La plate forme sera bientôt en téléchargement. Ce serait bien que les Services informatiques et multmédias des universités se penchent sur la question.

Les implications pédagogiques des TICE

Par défaut

Copie du message envoyé sur le site de l’université numérique. J’ai un peu extrapolé en dehors de l’unique sphère universitaire.

Il ne faudrait pas renverser le problème, les outils ne doivent pas dicter les nouveaux usages pédagogiques. Néanmoins, l’enjeu implique une redéfinition pédagogique totale des objectifs et des moyens. Le développement des TICE constitue une évolution à prendre en compte mais ce n’est pas la seule puisqu’il faut également prendre en compte les évolutions sociales, économiques, etc.

Il faut également songer aux mutations liées aux réseaux sociaux et aux web 2.0 et à l’affaiblissement des autorités traditionnelles qui s’accélère pour laisser place à la popularité et aux stratégies d’influence. Cette situation rend de plus en plus le cours magistral classique sans support de cours quasi caduque.

Les NTIC permettent d’envisager de nouveaux types de relations pédagogiques mêlant les différents scénarios depuis le présentiel jusqu’au tout à distance. Que ce soit en primaire, au secondaire ou à l’Université, la relation maître-élève demeure primordiale même si cette dernière n’est pas exclusivement réalisée en présence directe.

Il faut dès lors utiliser les NTIC pour parvenir à :

Mieux individualiser la pédagogie grâce à des constructions de parcours évolutifs : la granularité de l’élément pédagogique facilitant les divers agencements.

Mieux percevoir les traces et trajets pédagogiques des apprenants ce qui permet à l’enseignant de faire évoluer son cours et de remédier plus précisément aux difficultés de l’élève.

Diminuer la part de magistral, grâce à des pans de cours en ligne, pour se consacrer à l’explication voire à l’expérimentation.

Renforcer la motivation des apprenants via les systèmes de portfolio qui constituent des traces des réalisations et qui impliquent une progression réelle détachée du simple objectif de performance des évaluations notées.

Faciliter la mutualisation des travaux des enseignants et les diverses mises en commun.

Mettre en place une intelligence au moins collaborative si ce n’est collective pour construire à plusieurs des projets ambitieux.

Pour cela, il faut sans doute sortir des visions disciplinaires actuelles et des cloisonnements qu’elles engendrent. Le projet didactique et pédagogique doit être dès lors revu et le dualisme dominant maths-français du secondaire sérieusement remis en cause. L’ambition est la transmission d’une véritable culture de l’information et de la communication qui permette à chaque élève de disposer un esprit critique qui lui permette de sélectionner et de synthétiser l’information mais également de pouvoir communiquer efficacement en tant que citoyen mais également professionnel.

L’Arcadie anatomique

Par défaut

Merci à e-learning en Bretagne qui m’a permis de découvrir le blog de ce jeune finlandais.
Plusieurs pistes et réflexions intéressantes nous sont proposées par un jeune homme dont le pays caracole en tête des classements Pisa et qui commencent enfin à intéresser nos politiques qui réfléchissent à la réforme de notre système éducatif jugé moribond.
Il nous propose un web 2.0 anatomique ce qui me fait songer à l’Arcadie dont je parlais il y a peu et qui s’étend au point de solliciter l’ensemble de nos sens rendant de plus en plus caduque la séparation entre virtuel et réel.

Vous pourrez trouver sur son blog d’autres réflexions notamment l’idée du troisième lieu d’apprentissage qui se situe entre la maison et l’institution scolaire.
Il convient donc de regarder ses présentations sur le sujet : ici notamment ou .

Arrêt sur images, mythe du complot et éducation à l’image

Par défaut

L’équipe d’arrêt sur images lance donc son pari de prolonger son existence sur Internet. Tout le monde convenait pourtant de sa nécessité, à l’exception de quelques politiques qui ne la connaissaient pas, pourtant elle a du quitter le système public cathodique. L’émission tente sa chance avec arretsurimage.net

Seulement, Daniel Schneidermann parviendra-t-il a trouver un modèle économique fiable?

IL faut lui souhaiter…cependant j’ai déjà des doutes notamment sur la qualité future du site qui sera en place. Et ce doute a été hélas renforcé par le dernier message reçu par les signataires de la pétition. D’aucuns ont pris le message pour du spam, d’autres comme moi l’ont trouvé médiocres voire racoleur. En voici un extrait :

 » Le saviez-vous ? Deux anciens dirigeants de TF1, Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte, comparaîtront bientôt devant le tribunal correctionnel d’Alès (Gard), pour violation et recel du secret de l’instruction.

Le Droit de savoir (TF1) avait filmé, et diffusé, les aveux d’assassins présumés, devant les gendarmes.

Même TF1 ne peut pas tout se permettre !

Le saviez-vous ? La direction de l’AFP a dû modifier un titre de dépêche sur pression du cabinet de Xavier Darcos, ministre de l’Education. Il s’était un peu trop avancé sur une éventuelle réforme du bac ? Qu’à cela ne tienne, l’AFP change son titre.

Le saviez-vous ? Non.

Vous ne le saviez pas, parce que les medias détestent parler des dérapages des medias.

Voilà pourquoi nous avons décidé de recréer Arrêt sur images sur le Net : pour que vous sachiez comment les medias vous informent… ou ne vous informent pas. »

La une du site actuel conforte également cette désagréable impression. Arrêt sur sur images montre une série d’hommes clefs de l’univers télévisuel avec cette phrase en dessous :

« Ils ne veulent pas d’arrêt sur images »

Finalement, on n’est n’y plus ni moins dans le mythe du complot tel que nous le faisait craindre le message précédent. Cela me gêne à l’heure où je travaille justement sur le mythe du complot et où je crains des problèmes informationnels et communicationnels de cet ordre avec la remise en cause des autorités et la diffusion virale de tous types d’informations. Je ne voudrais pas qu’esprit critique et d’analyse soit obligatoirement lié à une dénonciation totale voire paranoïaque. La critique doit savoir être aussi positive. Je pensais qu' »arrêt sur images » pouvait garantir cet équilibre. Je crains qu’hélas ce ne soit pas le cas.

Que Daniel Schneidermann se prenne au final pour Fox Mulder, pourquoi pas s’il y a une Diana Scully pour contrebalancer la tendance. Seulement il semble que la Scully de Schneidermann soit Elisabeth Lévy dont les propos sont rarement pertinents.
Conclusion :

Je ne sais pas si je vais m’abonner d’une part.

D’autre part, l’éducation aux médias (medialiteracy) et aux images va devoir trouver encore d’autres pistes.

Voilà c’était un décryptage d’arretsurimage.net., les rôles sont renversés.

Il va sans doute falloir aussi que Schneidermann comprenne qu’il a véritablement changé de médias et que les règles d’usage sont différentes de la sphère télévisuelle : sa légitimité doit donc être entièrement reconstituée notamment sur la blogosphère.

Second life est-il un support d’éducation?

Par défaut

C’est en effet la question posée par secondlifeinfo.

Vous pouvez y répondre ici. 

Pour ma part, j’ai choisi une réponse de normand avec « peut-être ».  En effet, il me semble que second life peut présenter quelques intérêts au niveau communication en suscitant de l’intérêt de par une familiarité avec les univers ludiques. Ensuite, les enseignants peuvent y retrouver des reconstitutions historiques intéressantes comme une villa romaine ou autres lieux historiques mais attention toutefois aux anachronismes. Il est encore possible d’imaginer des parcours pédagogiques hybrides mêlant liens Internet, cours sur moodle mais cela demande à la fois du temps, de la maitrise technique et un peu d’imagination. Cela fait un peu beaucoup me semble-t-il s’il faut passer des heures à réaliser de tels animations. La mutualisation peut constituer une solution possible mais il ne faut pas oublier les obstacles techniques et administratifs. Second life et les autres univers virtuels demeurent des installations lourdes à charger avec des mises à jour fréquentes et nécessite des ordinateurs puissants et une vitesse de débit élévé. Rien que ça empêche actuellement sa réelle mise en place au sein des établissements. Ensuite, il ne faut pas rêver, au vu des difficultés pour un réel usage réfléchi et pédagogique des TIC, les univers virtuels ne sont pas encore prêts à être intégrés au sein de notre institution scolaire.

Mais les univers virtuels vont encore évoluer, devenant plus hybrides, plus proches de console comme la WII et où les avatars seront plus réalistes. Dès lors il faudra plutôt craindre la confusion des genres et la perte de distance critique.