La redocumentarisation et l’intelligence collective

Par défaut

Frédéric Lefebvre a un secret. Il est capable à lui tout seul de déclencher des tempêtes de réactions collectives rien qu’avec la moindre des ses gaffes.
Il est le cinquième élément de twitter.
C’est un générateur de « même » impressionnant, une expression dispersée qu’un hashtag permet de rassembler.
Tout est parti de là

Ensuite, le hashtag #bibliolefebvre est apparu…et chacun a tenté alors de participer.
Voici le document qui récapitule en partie de ce mouvement d’intelligence collective. Pour rappel, tweetdoc permet de générer des pdf qui reprennent l’ensemble des tweets mentionnant le même hashtag ce qui permet un bel effet de redocumentarisation. Cela prouve aussi que le document constitue de plus en plus un produit final, une téléologie sur les environnements numériques plutôt qu’un commencement.

Même l’intéressé au final a lui même reconnu et utilisé le hashtag.

Désormais, la question est posée, comment générer de tels mouvements en aussi peu de temps pour des missions plus généreuses et plus porteuses à long terme ?
Une des leçons de cette histoire, c’est quand le projet est lancé de manière calculée et par quelqu’un qui parait trop intelligent, la foule peut avoir le sentiment qu’elle n’a pas les moyens de suivre. Le spontané réclame du « décomplexifié » (barbarisme personnel). A méditer pour la suite…