Category Archives: Nouvelles générations : au delà du mur

Franziska en avait déjà symbolisé le renouveau outre-rhin, mais le mouvement continue…Est-ce la fin de l’histoire chère à Francis?

La formation à l’attention (des jeunes générations)

Pour faire écho aux propos de Philippe Meirieu sur la classe cocotte-minute, et sans doute pour monter aussi les enjeux de former « les petites poucettes« ,  je publie un extrait de mon article

-          (2010) « La skholé face aux négligences : former les jeunes générations à l’attention », Communication & Langages n°163, mars 2010, p.47-61

PaternitéPartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par carmen zuniga

Les usages des objets techniques impliquent parfois l’acquisition de compétences qui s’opère de manière « informelle ». Sans nier cette réalité, il convient d’observer que de nombreux champs échappent de ce fait à la formation, notamment ce qui relève des médias qui requièrent pleinement l’exercice d’une distance critique. De ce fait, cet espace est au final laissé à la charge d’acteurs qui n’émanent pas de l’institution scolaire et qui très souvent recherchent la captation de l’attention à des fins publicitaires et commerciales et non pédagogiques.

Il en résulte une double nécessité de la formation à l’attention. La première concerne la formation à dispenser pour que l’élève et étudiant puisse exercer sa capacité à pouvoir se concentrer durant un laps de temps suffisamment long pour comprendre et apprendre. La seconde découle de la première puisqu’elle consiste d’avoir le courage de penser par soi-même (le sapere aude de Kant) puisqu’il s’agit de la capacité à exercer son regard critique et sa distance vis-à-vis de médias qui cherchent à s’attacher cette attention.

1.1 L’attention ou l’arrêt opéré par la Skholé

Cependant qu’entendons-nous par attention ? Elle peut être définie comme la capacité à se concentrer sur un objet telle que la définit Henri Go[1] :

« Tout le problème de l’attention consiste donc dans la polarisation de l’activité intellectuelle de l’élève sur un objet, tout en l’incitant à produire des relations dans un milieu. »

Cette attention nécessite un apprentissage. Elle constitue la condition de l’autonomie [2]. Il s’agit d’un exercice de discipline sur le corps et pas seulement instrument de domination sur les corps comme le décrit de Foucault[3]. Cette discipline est d’abord une autodiscipline. Elle s’inscrit dans la lignée des techniques de mémorisation et autres arts de la mémoire. L’attention, c’est cette capacité d’arrêt, de maîtrise du corps autant que de l’esprit, pour concentrer son attention sur un objet. C’est proprement le rôle de la skholé, qui a donné le mot école mais qui désigne dans un premier sens, l’arrêt[4]. Une skholé perçue comme une liberté de penser et non comme un instrument de domination du maitre sur l’élève. La capacité d’attention doit donc être vue comme une méthode, un cheminement au sens étymologique, transmis par le maître à l’élève afin que ce dernier puisse exercer sa liberté de penser par lui-même. C’est en cela également que l’Ecole constitue un lieu de skholé puisqu’elle met l’élève à l’abri des distractions et des manipulations. L’enseignant ne s’inscrit donc pas dans un dispositif de surveillance mais plutôt dans celui de veille, en employant des techniques de soin de l’attention.

Bernard Stiegler[5] montre que le précepte de « prendre soin » ou de l’épimeleia a été oublié de fait au profit du « connais-toi toi-même ». Or ce précepte s’appuyait sur des techniques que sont notamment la lecture et l’écriture. Stiegler retrace l’étymologie du précepte de l’épimeleia en examinant son radical mélétè qui renvoie tardivement à la méditation mais qui désigne d’abord la discipline et en un sens qui n’est justement pas celui des sociétés disciplinaires[6]. C’est l’oubli de ce sens premier du « souci de soi » que Stiegler reproche à Foucault. Ce dernier ne distingue que les aspects négatifs de l’institution et notamment de l’institution scolaire et oublie le fait que la « discipline » correspond également à la formation. Or cette formation est de plus en plus oubliée et de ce fait les capacités d’attention des jeunes générations s’en trouvent diminuées.

1.2 L’attention en désordre

Plusieurs enquêtes et articles insistent sur la difficulté des jeunes générations à demeurer concentrée sur du long terme. Katherine Hayles[7] différencie ainsi la deep attention de l’hyper attention. Les travaux de la professeure de littérature américaine ont beaucoup influencé par Bernard Stiegler dans sa critique de la captation de l’attention opérée par les médias de la télévision.

Selon Hayles, les adolescents actuels utiliseraient davantage l’hyper attention, forme de zapping perpétuel, nécessitant une stimulation fréquente voire incessante. De par nos observations sur le terrain, nous pouvons constater des fortes similitudes avec ce que relève la chercheuse américaine. Beaucoup des élèves observés rencontraient de grandes difficultés à maintenir leur concentration plus de dix minutes sur un objet donné.  Nous avons pu mesurer ce phénomène régulièrement[8] avec des élèves en difficulté dans leur recherche d’informations sur le web et qui sollicitaient dès lors notre aide. Après une démonstration d’une stratégie de recherche opportune qui aboutissait à un document exploitable par l’élève, ce dernier se montrait souvent incapable de poser son attention afin d’opérer une analyse du document,  et préférait quitter la page pour privilégier une navigation sans fin. La tentation de pouvoir zapper l’obstacle est éminemment plus forte.

Nous pensons également que c’est la cause d’un environnement médiatique riche en possibilités, qui mêle télévision, sites web et messageries instantanées ainsi que les jeux- vidéo. Il est évident que les adolescents sont confrontés à plus grande diversité pour ne pas dire concurrence des différents types d’activités et que la lecture exhaustive d’un ouvrage, notamment d’un roman, devient une capacité beaucoup plus rare. Or, cette dernière repose sur la deep attention, qui correspond à la capacité de se concentrer et de consacrer un temps long à la lecture. Il devient de plus en plus difficile pour un adolescent d’y parvenir, car il s’inscrit dans une logique d’interruption ambiante[9]. Il peut donc voir sa lecture interrompue à tout moment, que ce soit par la sonnerie de son téléphone portable, par le signal de l’arrivée d’un ami sur la messagerie instantanée, par la musique de la chaîne hi-fi du frère ou bien encore par la télévision voire la console de jeux qui lui « tendent les bras » à la moindre difficulté rencontrée.

L’attention longue nécessite une concentration pour aller au-delà des difficultés et des obstacles. Quant à l’hyper attention, elle permet de réagir à tous les stimuli et repose sur des capacités d’usage multitâches mais qui ne sont pas nécessairement complexes. La spécialiste américaine en nouvelle technologie, Linda Stone parle ainsi d’attention partielle continue[10] pour qualifier cette volonté d’être toujours présent, pour ne pas dire « dans le coup », par crainte de rater quelque chose. Tout se passe comme s’il y avait une crainte de « différer » Or, c’est pourtant dans cette « différance»[11] et de fait différence que s’opère la skholé afin de se tenir à distance, non pas dans une ignorance mais dans la possibilité de choisir…et de résister. Katherine Hayles parle d’attention de surface ou superficielle, c’est-à-dire que le zapping opéré ne recherche qu’une brève stimulation, et que la mise à distance, qui peut s’opérer par la skholé, ne s’effectue pas. Nous retrouvons alors l’injonction de Kant sur l’effort à faire pour penser par soi-même, effort rejeté par la recherche de nouvelles stimulations.

 

Le fait de passer sans cesse d’une application à une autre devient habituel chez les jeunes générations. Par conséquent, une concentration longue ne peut susciter que lassitude et décrochage et recherche d’une nouvelle stimulation. L’institution scolaire se trouve alors en concurrence pour la quête de cette attention avec notamment les publicitaires d’où les enjeux autour d’une économie de l’attention.

C’est justement cette incapacité à se concentrer sur un objet, à se poser pour lire qui fait des nouvelles générations, des générations négligentes.


[1] GO, H. L. (2008). « Problématiser le rapport équité/efficacité dans l’action éducative : la question de l’attention » in Colloque international « Efficacité & Équité en Éducation » Université Rennes 2, Campus Villejean 19, 20 et 21 novembre 2008.p.9

[2] LIQUETE, V., MAURY, Y. (2007). Le travail autonome – Comment aider les élèves à l’acquisition de l’autonomie. Paris : Armand Colin

[3] FOUCAULT, M. (1975). Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris, Gallimard.

[4] Le premier sens de Skholé désigne l’arrêt avant de se référer aux loisirs consacrés à l’étude.

[5] STIEGLER, B. (2008). Prendre soin : Tome 1, De la jeunesse et des générations. Flammarion.

[6] Idem. p.242

[7] HAYLES, N.K. (2007). “Hyper and Deep Attention: The Generational Divide in Cognitive Modes”, Novembre 26, 2007, Mla journal <http://www.mlajournals.org/doi/abs/10.1632/prof.2007.2007.1.187?journalCode=prof.>

[8] Notre carnet de bord indique de tels cas à chaque séance de recherche d’informations pour des projets type IDD (itinéraires de découvertes). Le phénomène est plus marquant chez les sixièmes du fait de difficultés de lecture. D’ailleurs la majorité des professeurs-documentalistes considèrent que les difficultés informationnelles proviennent de faibles compétences en lecture.  A la question « Selon vous, les difficultés rencontrées par les jeunes générations dans la recherche et l’évaluation de l’information sont principalement la conséquence.. », plus de 60% des professeurs documentalistes répondent que c’est avant tout la conséquence de capacités de lecture et d’analyse médiocres. Résultats de l’enquête « culture de l’information » in Olivier Le Deuff. (2009) La culture de l’information en reformation. Vol. 2. Annexes. Thèse de doctorat. Université Rennes 2.

 

 

 

[9] L’expression est de David Armano :

ARMANO, D. Ambient Interruption. Billet du 18 janvier 2008in L+E. Logic + Emotion. <http://darmano.typepad.com/logic_emotion/2008/01/ambient-interru.html>

[10] STONES, L. Linda Stone’s Thoughts on Attention and Specifically, Continuous Partial Attention <http://www.lindastone.net/>

[11] DERRIDA, J. (1979). L’écriture et la différence. Paris, Seuil.

Les naïfs du numérique

Je suis de plus en plus convaincu que l’expression les natifs du numérique est une hérésie et si l’expression peut être opportune, c’est essentiellement de manière négative. Finalement, les naïfs du numérique sont bien plus nombreux que les natifs.

J’en tiens à nouveau pour preuve mes étudiants de deuxième année en IUT à Lyon qui suivent pourtant une formation en documentation.

La plupart ne sont pas du tout au fait des technologies liées au web 2.0, netvibes étant à peine connu.

De plus, il serait tentant d’imaginer qu’en la matière, ils disposent de qualité d’adaptation. Mais non, l’usage de netvibes n’est pas du tout instantané.

Peu connaissent également twitter, un seul usager sur 23 élèves mais le plus notable est encore cette méconnaissance historique.

Mes étudiants sont nés en même temps que la création du Web. Cependant, aucun n’est capable de situer historiquement la création de l’Internet et la mise en place du web.

Ils admettent d’ailleurs que l’expression de digital natives est ridicule et qu’elle ne leur correspond guère. Ils s’interrogent également sur l’expression « génération Y ».

Tout cela démontre que nos naïfs du numérique présentent un fort besoin de formation y compris dans les usages du numérique.

Je dois avouer que je ne suis guère surpris, ayant pu cotoyer ces générations quand j’étais au collège.

Je note que cela démontre amplement l’échec des politiques administratives de style B2I et probablement la nouvelle illusion des politiques de certification à la chaine C2I.

La culture de l’information et la culture technique sont très loin d’être acquises. La culture de l’information s’acquiert et se réalise via la formation. Je ne partage donc pas l’idée d’une culture de l’information quasi native ou symbiotique comme nous pouvons le voir dans cet article. Nous ne vivons pas dans une culture de l’information mais plutôt dans un environnement de données diverses qui ne se transforment pas en connaissances nécessairement et qui sont autant déformantes que formantes.

Creative Commons License photo credit: Philippe Guillaume

cueva del tiburón

Facebook ou le miroir de nos masques

Facebook demeure toujours autant source de critiques et d’inquiétudes sur son modèle financier. J’avais raconté il y a quelques mois que j’observais l’arrivée massive de nouvelles générations sur la plateforme notamment avec les demandes de mes anciens élèves. J’avais décidé d’accepter ces demandes de contact en créant un profil élèves. Force est de remarquer après quelques temps qu’il s’agit d’un véritable intérêt pour un observateur des réseaux sociaux et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit de ces anciens élèves. Scientifiquement, facebook permet de mesurer des usages et des évolutions de manière parfois plus fines et efficaces que ne le ferait une simple enquête statistique ou quelques entretiens menés d’ici de là auprès d’élèves ou étudiants. Outre que Facebook pourrait permettre de réaliser une forme active de suivi des cohortes : c’est-à-dire répondre à la question que se pose bon nombre d’enseignants à propos de leurs anciens élèves : que sont-ils devenus?

La première observation qui apparait sur mes anciens élèves, c’est que leurs stratégies sont purement inscrites dans l’instantané. Il n’y a que rarement des projections dans le futur. Cela explique sans doute pourquoi tout est facilement accessible, ils ne connaissent pas les profils limités, les photos des amis des amis sont ainsi sans cesse disponibles, etc. Certaines habitudes émanant de la skyblogsphère sont importées notamment en ce qui concerne les commentaires sur les photos publiées. On retrouve les mêmes phrases du genre « je t’adore, t’es trop belle« , etc voire tout simplement « j’taime » quand il s’agit de commenter la photo du fiancé du moment. A aucun instant, il n’y a conscience de la trace. Cette inconscience du futur se voir également chez un ancien des mes élèves qui prend plaisir à réaliser exactement tout ce qu’il faut éviter de faire sur un réseau social. Il remplit régulièrement ses états pour démontrer aux autres qu’il est décidément un gars cool et qui ne s’en fait pas. Dernièrement, son état mentionnait qu’il s’était enfin décidé à faire ses devoirs…mais qu’il ne savait pas encore quand. Cette volonté humoristique va de pair avec l’état précédent qui mentionnait « a encore pris sa race comme d’habitude », tout cela allant de pair avec la participation à des groupes thématiques ventant les mérites de l’alcoolisme ou de tout type d’apéritifs. Pourtant ce garçon sera bientôt dans quelques années sur le marché du travail. Mais sur ce point, il est comme beaucoup à ne pas trop y penser. En effet, nombreux sont ceux qui s’en moquent et démontrent par cette volonté festive, souvent alcoolisée et que l’on rencontre certains jeudis soir dans les villes étudiantes ne sont le reflet que d’une terrible évidence : dans le futur, seul le pire n’est pas décevant pour paraphraser une expression d’un film de Lelouch.

Tous ces états, ces mentions d’activités sont bien souvent des mises en scène et ce d’autant plus pour les jeunes générations qui doivent, tout en demeurant dans une forme de mimétisme, faire apparaitre leur différence. Pour autant, ces masques sont surtout des miroirs. Le masque ne dissimule pas, il révèle encore plus et cela est d’autant plus vrai sur Facebook et sur les profils de mes anciens élèves. Mais ce ne sont pas les seuls concernés, que dire de celle qui change sa photo de profil pour apparaitre plus à son avantage peu après avoir inscrit qu’elle en avait marre du célibat.

Alors que faire face à toutes ces diverses observations et tendances à l’oeuvre? Une réponse qui peut paraitre terrible c’est que désormais notre rôle d’enseignant ne peut non seulement se borner à la classe et qu’il doit s’ouvrir en dehors des temps de cours mais que ce rôle n’est pas nécessairement borné à la sacrosainte-sainte année scolaire. Un ancien élève qui souhaite vous garder en contact, vous témoigne une forme de confiance. Et la confiance appelle donc au conseil. Faut-il se résoudre à demeurer parfois professeur-documentaliste virtuel comme ce fut mon cas mercredi soir en dépannant une ancienne élève confronté à quelques difficultés plutôt de type informatique ce qui a eu pour effet qu’elle mentionne sur son état « sauvé par maitre Yoda » Je ne sais pas mais je note que cela nous ramène du bon côté de la force.

Tableau des termes utilisés pour désigner « les jeunes générations.»

Termes liés à l’aspect « technologique » Termes plus sociologiques ou psychologiques
Digital Generation Generation Why
Milleniums-milgen Generation Next
Millenials Generation Me
I generation Echo Boomers
Gaming Generation Baby busters
Net Generation Boomlets
Google Generation Gen C (sous catégorie de la génération Y)
Homo zappiens

Programming literacy : la littératie de programmation, le nouveau dada de Prensky ?

Marc Prensky, bien connu pour la création du terme de digital natives n’est pas en reste désormais pour affirmer que la littératie de programmation fait partie des littératies du 21 ème siècle. Il démontre que la programmation devient de plus en plus facile et que les renseignements plus aisés à trouver.

A priori, je le rejoints sur ce diagnostic. Il est évident qu’un minimum de connaissances dans les codes informatiques sera d’une forte utilité. Mais là où je suis en désaccord c’est qu’une nouvelle fois, il donne l’impression que tous les ados savent programmer. Si certains savent à peu près se débrouiller avec quelques usages des magnétoscopes, de leur téléphone portable, c’est totalement faux d’affirmer que les ados connaissent les langages informatiques. D’autres enseignants pourront le confirmer; ils sont en général médiocres voire extrêmement mauvais en programmation parce que justement ils en ignorent l’existence. Evidemment, il y a des exceptions et certains élèves doués ont pu apprendre à coder de manière autonome. Mais encore une fois, ce n’est pas une nouveauté puisque de jeunes talents d’autres générations ont crée par le passé plus d’un programme informatique de manière autonome. Nous songeons notamment à Linus Thorvald mais il en existe pleins d’autres encore. Pourquoi vouloir faire croire qu’il existe une nouvelle génération particulièrement douée technologiquement…si ce n’est pour vendre davantage de produits informatiques et d’objets connectés.
La programmation informatique mériterait au contraire d’être enseignée, c’est d’ailleurs ce que souhaite vivement l‘EPI qui craint qu’au final le B2I ne forme qu’un rempart pour la culture informatique. D’ailleurs je ne suis pas loin de penser de même en constatant que le B2I peut constituer également un rempart pour l’émergence de la culture de l’information. Il est évident qu’il constitue aussi un rempart contre la culture technique, les programmes de technologie étant de plus en plus influencés par le B2I au détriment d’autres intérêts. Prensky pense quant à lui qu’il sera difficile d’enseigner la programmation à l’Ecole. Il est vrai qu’il ignore sans doute qu’en France dans les années 80 ont été formés au basic et au logo des milliers d’écoliers et ..de profs. Je ne cesse de penser que c’est en fait parmi eux que se trouvent les « vrais digital natives ». L’histoire de l’informatique tout comme celle de l’hypertexte ne commence pas avec l’Internet.

source : programming the new literacy ?

Digital natives, objet technique et B2I

Je réagis au billet de francis pisani sur la génération « Google » dont j’ai déjà parlé il y a peu de temps. Il s’avère que de plus en plus les analyses contredisent la vision « digital natives » de Prensky et montrent que la réalité est bien plus complexe voire beaucoup plus préoccupante.

Je remarque également comme beaucoup d’autres collègues l’ignorance des adolescents en ce qui concerne l’objet technique « ordinateur » à la fois au niveau software et hardware. Il en est de même pour la connaissance un peu plus poussée des notions de base de navigation qui devraient être acquises dans le cadre du B2I. Or, dans la tête de mes élèves, c’est le mélange total entre moteurs, navigateurs, google, internet explorer et je ne parle même pas des notions un peu plus précises. Evidemment, la plupart des enseignants ne sont guère plus au fait des différences. Moi ce qui me dérange, c’est qu’il y a confusion entre cette attraction, qui est principalement due à l’impression de facilité : à une logique de bouton poussoir quasi « pavlovienne » et une réelle maîtrise. Dès lors, j’ai tendance à partager l’avis d’EPFL (et non de  Florence Meichel comme je l’avais écrit initialement en me trompant mais que l’intéressée m’a signalé. voir commentaires) qui commente l’article de Francis Pisani en remarquant qu’au final, la génération la plus à l’aise ne se trouve pas être la jeune génération actuelle mais en fait plutôt celles des trentenaires plus souvent confrontée à l’envers du décor, c’est à dire au code :

« Je crois en fait que la génération des trentenaires est un peu particulière du point de vue du rapport à l’outil informatique. Nous y avons été familiarisé avec des machines plutôt primitives, et pour en tirer parti il fallait vraiment ne pas hésiter à “rentrer dedans”. Je me souviens qu’adolescents, nous devions souvent programmer nous-mêmes nos propres jeux (élémentaires bien sûr, genre pong). D’ailleurs, les revues de micro (type S&V micro, crois-je me souvenir), proposait des lignes de code à reprendre. Aujourd’hui, les ado n’ont évidemment plus ce genre d’effort à fournir. C’est autant d’apprentissage approfondi en moins. De plus, les machines de l’époque étaient beaucoup plus “ouvertes”, et on pouvait sans problème les bricoler, au moins au niveau software. Aujourd’hui, ce sont de véritables “boîtes noires” (toujours surtout au niveau software). Allez essayer de comprendre Vista, a fortiori de le modifier! De ce point de vue, les ordinateurs ont suivi l’évolution de la plupart des objets techniques : ils se sont “refermés” en se complexifiant. Un peu comme les voitures, que n’importe qui pouvait (et devait) bricoler au début du siècle, tandis qu’aujourd’hui il est impossible d’y mettre la main, tant elles sont bourrées d’électronique et d’éléments de haute technologie. »

Pour reprendre ici la logique de Simondon à la sauce Stiegler, la constitution de milieux associés avec les TICE n’est donc pas évidente d’autant qu’en temps passé devant l’ordinateur, l’usage ludique de nos adolescents prime sur l’usage pédagogique sans compter que l’innovation est peu fréquente si on songe au mimétisme « débilisant » des skyblogs. De plus, les choix éducatifs ne font qu’accroitre cet état de fait. En clair, le B2I ne parvient pas développer une véritable culture informatique, pire il ne fait que dissimuler la vérité avec des validations au final faites à la va vite basées sur une découpe de compétences sans réelle signification tant la culture informatique et la culture de l’information sont plus complexes. Je continuerai cette année à valider des items malgré tout, mais avec la conviction que tout cela n’est désormais qu’une mystification. L’objet B2i dans sa volonté transdisciplinaire n’était pourtant pas si mauvais à sa création, mais force est de constater qu’il ne remplit pas sa mission et qu’il ne fait que dégrader au final les moyens de mettre en place les conditions de transmission d’une culture informationnelle et informatique. Le B2I ne demeure qu’au triste stade d’objet administratif et nullement pédagogique et il en sera sans doute de même du socle commun car ces dispositifs demeurent insuffisants. L’enseignement doit donc se réformer…vraiment et cesser d’accumuler les heures de cours en faisant croire qu’il y a chaque fois assimilation. Je crois que les nouvelles technologies et notamment les plateformes d’e-learning peuvent constituer d’excellents moyens pour rendre plus efficaces les cours en présentiel et en prolongement de présentiel en permettant une pédagogie différenciée et une individualisation des parcours mais j’y reviendrai sans doute sur ce blog. Le but serait que l’usage pédagogique soit supérieur sur tous les plans à l’usage domestique à la fois en temps passé et en complexité d’usage…au moins dans un premier temps.

Le chantier s’annonce vaste tant les enjeux sont importants et surtout parce que nous sommes très loin du consensus éducatif.

L’université de Google

Un mini buzz s’est produit dans la sphère des professionnels de l’information et en particulier ceux de de l’information literacy après les propos de Tara Brabazon de l’université de Brighton qui trouve les étudiants de plus en plus feignants car ils se cantonnent dans l’usage du duo Google et Wikipédia. Elle emploie donc le terme d’université de Google « university of Google » qui est également le terme de son dernier ouvrage. Ses propos tenus durant une lecture présentation de ses dernières recherches ont provoqué pas mal d’écho et notamment pas mal d’avis divergents.
Elle s’inscrit dans la lignée d’Andrew Keen qui avait employé l’expression « culte de l’amateur » mais qui avait confié à Francis Pisani qu’il n’avait pas une vision aussi figée. Pour ma part, je pense que le plus gênant, c’est le fort développement de la culture du pitre. Il en serait également de même pour Tara qui cherche surtout à enseigner l’information literacy et notamment le travail sur les sources. Il faudrait voir dans ces propos plutôt une stratégie pédagogique même s’il est certain qu’il y a également une stratégie commerciale évidente notamment au niveau de la vente de son ouvrage.
Ce qui a mis le feu aux poudres c’est les propos suivants rapportés par le journal « the argus »:
« I ban my students from using Google, Wikipedia and other websites like
that. I give them a reading list to work from and expect them to cite a
good number of them in any work they produce
. »
Scott Berkun replace l’intervention dans son contexte et montre que le bannissement n’est que stratégique et surtout provisoire. En effet, rien n’empêche un enseignant d’inciter ses élèves à chercher de manière différente et à se confronter vraiment à l’évaluation de l’information et à user d’autres stratégies pour accéder à des ressources pertinentes. Il est probable que le but de cette provocation est avant tout un plaidoyer pour la formation à un meilleur usage de l’information. Il est vrai qu’il existe un risque que cela renforte les positions conservatrices de certains, notamment de quelques bibliothécaires qui s’inscrivent contre ces nouveaux usages ce que déplore sur son blog Peter Godwin.
Je vous invite à lire sur le sujet l’article d’Edward Bilodeau que j’ai commenté sur mon nouveau blog test Et in Arcadio ego qui est en fait un lazy blog.
En guise de final, je note que justement des chercheurs britanniques ont conclu qu’il n’y avait pas véritablement de génération Google. Le programme de l’étude est ici et les premiers résultats .

Pour ma part, je songe que certes l’usage abusif de wikipédia peut-être gênant mais je note également que l’encyclopédie en ligne permet d’éviter la rencontre de sites peu pertinents. Je rejoints cependant Tara dans le fait que cela n’incite pas les élèves et étudiants à se confronter à l’analyse poussée des différents sites rencontrés. Je peux confirmer que cet exercice est très difficile pour mes collégiens qui participent à l’expérience historiae. J’en appelle à vous lecteurs d’ailleurs pour laisser des commentaires critiques, poser des questions aux rédacteurs voire indiquer d’autres pistes non exploitées sur le blog d’historiae.

 

  • divers

  • Archives