Programming literacy : la littératie de programmation, le nouveau dada de Prensky ?

Par défaut

Marc Prensky, bien connu pour la création du terme de digital natives n’est pas en reste désormais pour affirmer que la littératie de programmation fait partie des littératies du 21 ème siècle. Il démontre que la programmation devient de plus en plus facile et que les renseignements plus aisés à trouver.

A priori, je le rejoints sur ce diagnostic. Il est évident qu’un minimum de connaissances dans les codes informatiques sera d’une forte utilité. Mais là où je suis en désaccord c’est qu’une nouvelle fois, il donne l’impression que tous les ados savent programmer. Si certains savent à peu près se débrouiller avec quelques usages des magnétoscopes, de leur téléphone portable, c’est totalement faux d’affirmer que les ados connaissent les langages informatiques. D’autres enseignants pourront le confirmer; ils sont en général médiocres voire extrêmement mauvais en programmation parce que justement ils en ignorent l’existence. Evidemment, il y a des exceptions et certains élèves doués ont pu apprendre à coder de manière autonome. Mais encore une fois, ce n’est pas une nouveauté puisque de jeunes talents d’autres générations ont crée par le passé plus d’un programme informatique de manière autonome. Nous songeons notamment à Linus Thorvald mais il en existe pleins d’autres encore. Pourquoi vouloir faire croire qu’il existe une nouvelle génération particulièrement douée technologiquement…si ce n’est pour vendre davantage de produits informatiques et d’objets connectés.
La programmation informatique mériterait au contraire d’être enseignée, c’est d’ailleurs ce que souhaite vivement l‘EPI qui craint qu’au final le B2I ne forme qu’un rempart pour la culture informatique. D’ailleurs je ne suis pas loin de penser de même en constatant que le B2I peut constituer également un rempart pour l’émergence de la culture de l’information. Il est évident qu’il constitue aussi un rempart contre la culture technique, les programmes de technologie étant de plus en plus influencés par le B2I au détriment d’autres intérêts. Prensky pense quant à lui qu’il sera difficile d’enseigner la programmation à l’Ecole. Il est vrai qu’il ignore sans doute qu’en France dans les années 80 ont été formés au basic et au logo des milliers d’écoliers et ..de profs. Je ne cesse de penser que c’est en fait parmi eux que se trouvent les « vrais digital natives ». L’histoire de l’informatique tout comme celle de l’hypertexte ne commence pas avec l’Internet.

source : programming the new literacy ?