Hé M’sieur, ils vont rien faire que copier !

Par défaut

Et oui, c’est l’évènement ! La copy party va avoir lieu très bientôt en France, en exclusivité intergalactique ! Elle se déroule certes dans une ville qu’il ne vaut mieux pas copier, mais vous y retrouverez pleins de copains copieurs.  Le menu de la BU promet d’être copieux également. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il n’y aura pas JF. Coppé qui a piscine, ni ses potes d’ailleurs qui préfèrent les enveloppes. Je devine que l’ambiance sera licencieuse (mais surtout creative commons bien sûr) tant il est vrai que « c’est grâce à la copie qu’on forme ! »

A défaut d’être présent, n’hésitez pas à copier le texte suivant. En effet, tout est dit dans le communiqué de presse suivant :

QU’EST-CE QU’UNE COPY-PARTY ? Un évènement permettant aux usagers équipés de scanners, de téléphones ou d’ordinateurs portables de les amener et de copier des livres, cd, ou dvd en provenance des collections des bibliothèques !

A QUELLES CONDITIONS PEUT-ON PARTICIPER A UNE COPY-PARTY ?
●    Ces copies doivent être réservées pour votre usage personnel
●    Chaque personne doit faire ses propres copies avec son propre matériel de reproduction (appareil photo, téléphone portable, etc.)
●    Elles doivent être réalisées à partir des documents originaux consultés dans une bibliothèque
●    L’acte de copie ne doit pas briser une mesure de protection technique (DRM)

QUEL EST L’OBJECTIF D’UNE COPY-PARTY ? Au travers d’une action symbolique, militante et festive, il s’agit :
●    de sensibiliser les usagers à la législation sur le droit d’auteur et la copie privée ainsi qu’aux problématiques du partage des oeuvres aujourd”hui
●    d’attirer l’attention sur l’intérêt et le rôle des bibliothèques dans la diffusion, le partage et l’accès aux connaissances au XXI ème siècle.
●    de questionner les acteurs politiques nationaux et locaux sur l’essor des politiques de criminalisation des pratiques numériques et sur l’urgence de maintenir une libre circulation des savoirs dans le cadre d’une offre légale.

DE QUOI A-T-ON BESOIN POUR PARTICIPER ?
D’un peu de matériel. Au choix, un smartphone équipé d’un appareil photo et ou d’une application permettant de scanner des documents, et/ou un ordinateur portable avec un scanner, et/ou un appareil photo numérique, de quelques DVD vierges si vous souhaitez copier des DVD.
Et d’un peu d’engagement : à votre arrivée, vous devrez signer un document par lequel vous vous engagez à ne réutiliser le produit de cette copy-party qu’en conformité avec le code de la propriété intellectuelle, dans le cadre d’un usage strictement personnel.

QUEL EST LE CADRE JURIDIQUE D’UNE COPY PARTY ? 100% légal :-)

●    Les contrats conclus entre les bibliothèques et les ayants-droits des oeuvres, pour pouvoir les mettre à disposition des usagers dans les rayonnages
●    L’exception de représentation dans le cercle de famille prévue par l’alinéa 1 de l’article L  122-5 du CPI (Code de la propriété intellectuelle / CPI)
●    La nouvelle rédaction de l’alinéa 2 du même article 122-5 du CPI sur l’exception de copie privée
●    Le règlement intérieur de la bibliothèque

C’EST QUAND LA 1ère COPY PARTY ?  Le 7 Mars 2012. A 18h. A la bibliothèque universitaire de La Roche sur Yon (85). Une première mondiale. Tout simplement.

CONTACTS PRESSE.

  • Baptiste Sorin. baptiste.sorin@univ-nantes.fr 02 51 45 93 75 / 06 71 94 00 01
  • Olivier Ertzscheid – olivier.ertzscheid@gmail.com ou olivier.ertzscheid@univ-nantes.fr – 06 12 50 60 07
  • Lionel Maurel – calimaq@gmail.com
  • Silvère Mercier – bibliobsession@gmail.com

Baptiste Sorin est Chargé de communication du Pôle universitaire Yonnais.// Olivier Ertzscheid est Maître de conférences à l’université de Nantes //.Lionel Maurel est juriste et Conservateur des bibliothèques, en poste à la Bibliothèque Nationale de France.// Silvère Mercier est bibliothécaire. Chargé de la médiation numérique à la BPI.

copy party

Le ministère de l’industrie « culturelle » (enfin du spectacle)

Par défaut

Mission Olivennes – 23 novembre 2007

  • « Si le pirate récidive, l’autorité prendra alors des sanctions adaptées à la nature du
    comportement auquel il s’agit de mettre fin : la suspension de l’abonnement Internet,
    puis sa résiliation. Pour éviter que les pirates ne « migrent » d’un fournisseur d’accès à
    un autre, un « fichier des résiliés » sur le modèle du fichier des interdits bancaires de la
    Banque de France sera créé. » Il suffit de lire cette phrase pour s’interroger. Qui sont les vrais hors la loi? Apparemment les négociateurs ignorent les textes de base. Ce paragraphe est tout simplement anticonstitutionnel et anti-CNIL.
  • De toute façon, les technologies évoluent et avec les réseaux sociaux et les nouveaux espaces de stockage, de nouvelles stratégies d’échange vont se développer de plus en plus invisibles. La lutte se poursuit…