La question de l’anonymat et la crise de l’autorité.

Par défaut

J’avais dit que je ne réagirais pas sur l’actualité, mais je le fais aujourd’hui de manière distancée sur une question récurrente en ce qui concerne l’anonymat sur les réseaux.

Cette question est trop souvent mal posée, sur un angle parfois simpliste qui consiste à considérer que l’anonyme est celui qui commente sans s’engager personnellement, et qui profite de son anonymat (relatif) pour écrire les pires horreurs en se pensant à l’abri d’une action en diffamation.

Il est alors tentant d’envisager une plus grande régulation… qui passerait par des vérifications d’identité ou des obligations de déclaration d’identité.

Je suis plutôt pour conserver les possibilités multi-identitaires du web comme principe de base. La transparence totale me paraît très problématique et peu propice à générer une diversité d’usages. Elle apparaît aussi risquée à plus d’un titre. J’avais déjà montré par le passé que même au sein de l’Education Nationale, on n’osait plus rien dire, notamment du temps où sévissait un directeur omnipotent à la Dgesco.

D’autre part, il me semble que l’anonymat de base ne signifie pas qu’il soit impossible d’échapper à la loi. On peut porter plainte contre un anonyme ou un pseudonyme. L’enquête de la justice parviendra peut-être à condamner l’intéressé si besoin est, et si elle parvient à retrouver l’identité principale. Ici, restent en suspens les possibilités techniques, éthiques et législatives de ce type d’action. 

Mais le problème principal vient selon moi d’une poursuite de la crise de l’autorité qui s’est développée rapidement sur le web, mais qui est en fait une circonstance assez logique de la démocratisation de nos sociétés et de nos interfaces. J’en avais parlé en 2006 en montrant que la crise allait s’accentuer avec les nouveaux usages sur le web. J’étais reparti des travaux d’Hannah Arendt notamment ainsi que de sa définition :

«Le mot auctoritas dérive du verbe augere, «augmenter», et ce que l’autorité ou ceux qui commandent augmentent constamment, c’est la fondation. Les hommes dotés d’autorité étaient les anciens, le Sénat ou les patres, qui l’avaient obtenue par héritage et par transmission de ceux qui avaient posé les fondations pour toutes les choses à venir, les ancêtres, que les Romains appelaient pour cette raison les majores». (Arendt, la crise de la culture, 1989)

L’autorité permet justement d’asseoir une légitimité décisionnelle sans avoir recours à l’autoritarisme. Elle ne souffre pas de contestation.

Notre période politique montre bien cette volonté de contester les autorités même démocratiquement élues. On néglige à mon sens trop souvent que certains contestataires souhaiteraient substituer aux élus, une autorité différente. La référence au pouvoir militaire est souvent présente dans les discours, comme s’il fallait mettre en place une nouvelle autorité possédant une force armée pour ne plus être contestée. C’est malgré tout, un classique en démocratie, lorsque sa remise en cause aboutit à un totalitarisme dont les sources et l’énergie motrice sont clairement la haine des autres et leur désignation comme boucs émissaires.

Désormais, la question de l’autorité auctoriale est également en déclin. La plupart des messages sur les réseaux sociaux ne sont pas nécessairement produits sous une identité reconnue, on oscille plutôt entre pseudonymat et anonymat. On est clairement dans une logique distincte de l’autorité d’auteur au sens de celui fait œuvre.

Cette volonté régulière de dénoncer l’absence d’auteur renvoie au fait que cela détériore quelque peu la qualité de la source du message puisqu’il ne s’agit que d’une opinion qui repose a priori sur un pedigree difficile à évaluer.

Si régulièrement journaliste, politique ou intellectuel en vient à dénoncer cette logique d’un anonymat sans contrôle pour de plus ou moins bonnes raisons, cette question est évidemment la base du travail des services de renseignements, et ce depuis fort longtemps, et ce parce qu’avant les réseaux sociaux les publications sous pseudonymes ont toujours été monnaie courante, particulièrement sous des périodes difficiles, voire hostiles. Sur ce point, je renvoie à ce fameux ouvrage d’Adrien Baillet… qu’il signe sous le nom d’A.B…

Mais ce retour à la nécessité de l’autorité est un exercice sur lequel travaillent avec une certaine assiduité les leaders du web que sont Google ou Facebook notamment en ayant cherché à plusieurs reprises à limiter les identités annexes ou dissimulées, et ainsi pouvoir rattacher à des productions des identités dans un processus classique d’attribution de métadonnées à une ressource. Le réseau Google + visait à reproduire le modèle Google Scholar des profils de chercheurs à une échelle plus grande.

Les logiques de centralisation cherchent à garder non seulement un contrôle sur le contenu diffusé par des logiques de plateformes, mais également à veiller à ce que ces contenus puissent être rattachés à des « autorités » qui sont en fait ici des profils, mais qui correspondent aux « autorités » ou notices d’autorités telles qu’on les utilise dans nos systèmes documentaires.

Ce qui fait donc fantasmer les différentes instances (institutions traditionnelles et grandes plateformes décisionnelles de nos existences), c’est justement de pouvoir réaliser une identification fine de nos activités et productions, voire de pouvoir rassembler nos différentes identités. Pour cela la recherche de l’identifiant unique reste le Graal absolu. Élément pratique en apparence puisqu’il évite les multiconnexions, il peut s’avérer aussi un instrument de suivi. Un pharmakon en quelque sorte. Une nouvelle fois, ces questions ont déjà été envisagées au niveau scientifique. J’étais très favorable à un identifiant unique des chercheurs. Il existe désormais avec Orcid, mais d’autres tentatives ont été également amorcées et il n’est pas vain de se demander si le profil Google Scholar ne peut pas également en constituer un.

Nos adresses mail et IP font partie de ces données personnelles qui peuvent constituer des formes d’identifiant majeur. Désormais, le numéro de téléphone portable apparaît comme de plus en plus clef sur ces aspects.

Cela nous oblige à repenser nos existences au travers de nouvelles « propriétés » au sens de possessions, mais surtout au sens de qualités (eigenschaften) pour mieux nous définir et nous projeter dans les espaces semi-publics du web.

Je précise également, mais je le disais déjà dans du Tag au Like, que les instances de contrôle de nos existences comme Google et Facebook fonctionnent sur la popularité et qu’ils cherchent à renforcer leurs mécanismes de productions d’autorités avec des profils optimisés… ce qui suppose parfois aussi des classements voire des hiérarchies.

Au final, la situation est clairement celle d’une crise des autorités dans tous les sens du terme. Mais elle était totalement prévisible, et ce d’autant que la différence ancienne et déjà discutable entre réel et virtuel n’existe plus.

Nous sommes donc en déficit d’autorités sur plusieurs plans :

– au niveau institutionnel, notamment parce que depuis les premiers mythes du web, nous ne sommes pas parvenus à développer une démocratie participative efficace. Le reproche en est fait actuellement à la classe politique au pouvoir.

– au niveau des expertises. Sur ce point, règne une grande confusion, avec des tribuns médiatiques qui sont parfois des médiocres scientifiquement, voire purement et simplement des escrocs. S’en suit un mélange des genres entre opinions et analyses qu’il est souvent difficile de départager. La critique des médias se nourrit de ces dysfonctionnements, tout en produisant des visions encore plus idéologiques et doctrinaires que les médias qu’elle critique.

Une des critiques classiques du web et des interfaces numériques est qu’ils ont tendance à tout aplanir et à donner l’impression que tout se vaut.

C’est ici que se situe probablement cette tension entre popularité et autorité, et qui marque le triomphe de l’influence sur la pertinence.

Le plus légitime devient celui qui obtient le plus de viralité.

C’est le troisième passage que je n’avais pas pleinement su décrire, même si j’avais commencé à travailler sur les théories du complot depuis bien longtemps, d’un point de vue historique initialement, puis au niveau informationnel par la suite.

La crise de l’autorité est  aujourd’hui celle de l’affrontement entre viralité et véracité avec la confusion qui peut se produire avec la reprise d’éléments complètement erronés de façon plus nombreuse sur le web que celle qui contient pourtant la position la plus rationnelle scientifiquement.

Il est vrai que même l’histoire du web n’est pas épargnée avec la théorie d’une création militaire qui demeure encore trop fréquente… même chez les Dernier point sur lequel il me semble qu’il va falloir être très attentif : celui d’une remise en cause totale des institutions de savoir que sont les lieux d’enseignement et notamment les universités. J’ai toujours plaidé pour une position professorale qui puisse être discutée et corrigée par les étudiants durant les cours notamment lorsqu’il y a des critiques, des erreurs et des approximations -chercheurs. Toutefois, au sein de ces remises en cause drastiques de toutes les autorités, il n’y a aucune raison que l’université soit épargnée. Mais c’est sans doute le propos d’un autre billet.

autorité versus popularité
Les tensions entre autorité et popularité

Qu’est-ce que le digital labor, par Dominique Cardon et Antonio Casilli

Par défaut

Voici un livre court et synthétique et peu onéreux qui prend naissance dans le cadre des ateliers de l’INA animée pendant plusieurs années par Louise Merzeau qui  signe d’ailleurs la préface de cette édition.

Il faut reconnaître l’efficacité de l’ouvrage qui juxtapose deux interventions, la première d’Antonio Casilli, la seconde de Dominique Cardon. Les deux conférences se suivent et se répondent ce qui forme un objet éditorial opportun.
L’ouvrage répond à pleins de questions actuelles et correspond à mon avis à beaucoup de cursus qui évoquent les questions numériques et notamment mon cours d’intelligence collective où je vais le faire figurer au programme, car il éclaire de façon intéressante les tensions actuelles avec la mise en avant des concepts autour du travail et du digital labor, qu’on peine finalement à traduire en français. Pour 6 euros, il y a de quoi faire travailler les étudiants autour de ces questions, car cela donne un cadre de réflexion pour toute analyse de dispositifs et de plateformes qui pourraient être étudiés.
Antonio Casili resitue la question du digital labor et l’évolution du concept ces dernières années. Il évoque également les données afin de savoir si elles doivent être l’enjeu d’intérêts privés ou bien s’ils peuvent être considérés comme une forme nouvelle de biens communs. Son intervention permet de retrouver de nombreuses références bibliographiques en note de bas de page. Il faudrait presque d’ailleurs une bibliographie numérique pour retrouver les liens directement en ligne. Le Mechanical türk d’amazon y est expliqué notamment dans cette première partie, et Casilli y revient fort justement également dans le débat.  Casilli insiste bien que le travail désigne également un ensemble de relations sociales, susceptibles d’être source d’antagonisme. De même, il évoque la question des frontières peu claires parfois entre travail et loisir, avec le néologisme de Weisure.
Dominique Cardon insiste beaucoup sur la transformation de l’idéal du web au fil du temps avec un élargissement des publics qui s’éloignent des logiques des pionniers, avec une démocratisation des accès, des contenus et des publications qui aboutissent à des formes de tension, entre des logiques initiales qui ne recherchaient pas nécessairement la marchandisation, et des intérêts actuels qui au contraire revendiquent des formes de contribution davantage rémunérées, car le web est en fait devenu un espace professionnalisé. Si je rejoins globalement Dominique Cardon sur cette transformation progressive que j’ai vécue en partie également, je pense qu’il faut nuancer cette vision d’un web initial idéal, basé surtout sur le partage de la connaissance et un web actuellement d’essence marchande.
D’une part, parce que le web a très vite été vu comme un espace commercial potentiel, et ce dès l’arrivée des navigateurs comme Mosaic. Dale Dougherty remporte  en 1994 une récompense pour la meilleure application commerciale du web. D’autre part, le web est également très vite associé à des aspects de chat, de rencontres et des sites pornographiques dans les années 90. Il ne fait d’ailleurs que poursuivre des aspects déjà présents dans les communautés en ligne de l’Internet, et en France des logiques importées du minitel se retrouvent dans les nouveaux réseaux.
Je crois qu’il y a ici une sorte de vision idéale des pionniers, défendus parfois par certains geeks, mais qui ne correspond qu’à une réalité partielle. Je pense également que la vision d’un web influencé par l’imaginaire des communautés à la Steward Brand est fortement exagérée. Si je repense à certains créateurs d’Arpanet, je crois que la réalité est différente, de même avec Berners-Lee. La lignée principale reste celle des technologies de l’information et de l’hypertexte.
Intéressantes également les remarques sur les risques d’une perturbation par une logique de rétribution qui pourraient tarir la source du crowdssourcing, avec le risque final d’une rémunération pour ceux qui disposent des codes culturels ou qui sont capables de générer de l’attention, et les autres à qui on accordera une propriété ou une co-propriété sur leurs données personnelles, mais qui seront dès lors exclues des biens communs. Situation qui aboutirait à un résultat décevant.
Cardon soulève alors la question de l’exploitation, et notamment le fait qu’il y aurait production d’un travail inconscient dont les bénéfices seraient acquis par d’autres, notamment les plateformes. Si le sociologue reconnaît ici qu’il y a sans doute des enjeux d’aliénation basée sur une mécanique des égos, il incite à la plus grande prudence théorique, tant les affirmations péremptoires qui décrivent Facebook comme un camp de concentration sont réductrices. Il en appelle ici à davantage d’enquêtes sérieuses sur le terrain pour mieux mesurer le phénomène. Cardon souhaite par conséquent sans doute plus de modestie intellectuelle en la matière, et on perçoit plusieurs critiques sous-jacentes à certains travaux dans la lignée de Stiegler, critique que la référence à Rancière dans le débat ne fait que confirmer. On ne peut ici que le rejoindre dans le besoin de s’appuyer davantage sur des études empiriques. On peut néanmoins se demander si demeurer sur les seuls usages n’est pas le meilleur moyen de botter en touche, en restant un simple observateur. Une position qui nous semble de moins en moins souhaitable dans le cas des humanités digitales.
La dernière partie du livre fait place au débat, notamment entre nos deux précédents auteurs. La forme est étonnante, mais néanmoins intéressante. Les réactions d’Antonio Casilli apparaissent importantes, car elles nuancent la vision libérale d’une alliance entre le marché et les usagers du web, et le fait que les externalités positives seraient telles que le digital labor ne serait qu’un objet trivial, d’une importance moindre. Antonio montre en citant des exemples précédents, notamment le fait que Perry Barlow ait été critiqué vers 1996 pour ses positions favorables à l’entreprise, que le débat n’est pas si récent et que la question de la critique des industries du numérique existe donc depuis au moins 20 ans. Casilli propose non pas une économie de la contribution basée sur des micropaiements qui casserait toute dynamique collective et réellement contributive, mais une logique qui serait celle de participation aux biens communs via le développement du revenu de base universel.
Casilli souligne également qu’il importe de prendre en compte un changement de paradigme du web qui pourrait être celui d’un web de publications intentionnelles à un web d’émissions de données non intentionnelles, et que l’enjeu autour de ces questions apparaît peu appréhendé.
Le débat se termine par la position de Cardon qui plaide pour une place du chercheur et de l’intellectuel qui soit davantage placé au milieu (il serait tentant de développer ce point d’ailleurs) et moins comme au-dessus, en tant que celui qui sait et qui observe les autres qui ne savent pas.
En tout cas, tout lecteur de cet ouvrage en saura un peu plus et aura fait avancer sa propre réflexion sur les phénomènes autour du digital labor qui concerne tous les s usagers du web y compris les plus grands esprits de ce temps.
 Le modèle éditorial est intéressant. Un livre court, rythmé et riche en références.  On retrouve d’ailleurs l’article de Casili sur Hal-Shs, ce qui ne nuit pas au fait de produire un objet éditorial intéressant. A l’avenir, je suis tenté pour produire des ouvrages du même type, avec version papier et version numérique (enfin digitale).

digitallabor

Un lien vers amazon est-il une forme de digital labor?

A l’époque de Caramail

Caramail en 1999
Par défaut
Lorsque j’aborde les événements passés du web et de l’Internet, je peux m’empêcher de dire « à l’époque ». Je dois bien prononcer l’expression une dizaine de fois par séance pour mon cours de culture numérique (pour rappel, le super qcm est ici). C’est dire que les âges du web se succèdent rapidement avec des marqueurs forts qui ne perdurent pas.
J’ai donc pris plaisir finalement à me recréer une adresse mail avec l’extension caramail.com comme au temps jadis avec GMX qui a racheté le nom de domaine depuis quelques années. Et voilà, oledeuff@caramail.com de retour 18 ans après… j’avais beaucoup d’autres alias, notamment tceridrezal@caramail.com qui était un double numérique qui militait pour la création d’un organisme supranational (mon premier site web d’ailleurs). C’était une autre époque.
Les jeunes youtubers qui cartonnent s’étaient d’ailleurs moqués expressément de cette tendance à parler des époques précédentes

Seulement, il me semble que cette succession de tendances devient problématique, s’il n’y a pas une inscription culturelle plus forte qui permet de mieux  comprendre l’évolution du web, et surtout qui permet de replacer ces techniques dans une histoire plus longue, celle des techniques bien évidemment,  mais principalement celles des techniques de l’information en général. Sans quoi, on demeure dans un temps répété et jamais analysé et impossible à interpréter.
Il apparaît que nous ne vivons pas tous exactement désormais dans le même web, ce qui n’est pas spécifiquement gênant; ce qui devient embarrassant c’est l’ignorance totale de la généalogie des médias qui se produit. L’archéologie des médias apparaît ici une piste opportune pour se réinterroger sur nos pratiques et usages au fil des années.
Si le retour d’une adresse caramail est à nouveau possible, elle est marquée par une certaine nostalgie également. La porte d’entrée dans le monde de caramail me manque. Elle était symbolique d’un passage dans un nouvel univers, celui d’une messagerie sympathique, mais aussi le lien vers les fameux chats qui faisaient fureur dans les salles informatiques de l’université. Notamment, celles de l’université Rennes 2 où j’étais étudiant. Je me souviens aussi des problèmes attentionnels qui faisaient déjà leur apparition avec peu d’étudiants qui bossaient vraiment sur les outils de recherche d’information ou de production d’information, et qui étaient happés par le web, attendant fébrilement qu’une place se libère, pour se connecter et cliquer sur l’icône salvatrice d’un autre univers : Netscape qui nous promettait une entrée remarquable dans le cyberespace. Combien d’étudiants s’étaient promis de travailler sur leur exposé et leur mémoire… et s’étaient laissés aller à consulter leur messagerie puis à aller passer cinq minutes sur le chat de caramail, histoire de voir… Une heure après voire deux heures, ils n’avaient pas écrit une ligne de leur mémoire et avaient pourtant écrit des centaines de ligne de chat. J’ai pourtant réussi à écrire mon mémoire et malgré les dispositifs de dispersion de l’attention, je suis parvenu à écrire bien d’autres documents de plus grande ampleur.
Parfois, on dialoguait avec des personnes qui étaient dans la même salle que nous. Ridicule assurément, mais on était en 1998, 1999. Voilà qui montre que nous n’avons pas tant que ça évolué dans nos comportements que certains qualifieraient d’addictifs.

Caramail en 1998

Caramail en 1998

J’avoue m’être fait piéger régulièrement par ces dispositifs attentionnels, et que je le suis encore parfois. Je me souviens également que je présentais déjà le fait de passer du temps sur ces chats comme du travail gratuit du fait des dispositifs publicitaires, le digital labor n’est pas nouveau. Il faut néanmoins rappeler qu’au niveau technique et ergonomique, je crois pouvoir affirmer qu’en dehors des systèmes de messagerie instantanée, aucun dispositif de chat n’a depuis égalé la puissance et la convivialité du chat de caramail qui était supérieur à celui de multimania. Ces derniers avaient d’ailleurs fusionné leurs services autour de lycos. Cela prouve que les innovations ne sont pas toujours celles que l’on croit. Il existe d’ailleurs des services qui prétendent reprendre l’idée du chat de caramail. Ils sont très mauvais à tout point de vue.
Il y a peu de documents de recherche sur le phénomène caramail. Une requête sur google scholar montre l’absence d’études sérieuses sur le sujet avant 2003. Et c’est bien dommage. Cela montre l’intérêt de produire des études à court terme, bref de la speed science, car elles sont bien utiles des années plus tard pour produire de la slow science avec autres choses que des souvenirs.
La nostalgie c’est bien quand on est capable de produire du neuf avec. A quand un projet type strangers things mais pour les premiers âges du web ?

Caramail en 1999

Caramail en 1999 avec ce cercle, marqueur de la communauté.

Du fav au like, nos étranges reliques

Par défaut

Difficile de ne pas réagir sur l’actualité, notamment quand on a déjà travaillé sur cette question au préalable notamment dans du Tag au Like. Le passage de l’étoile au cœur sur twitter n’est à nouveau que la nouvelle conséquence du passage du tag au like, ou plutôt de ce qui était du domaine du favori, du bookmarking à une logique impulsive et réductrice déjà observée précédemment avec le succès grandissant du Like par rapport au tag et à l’indexation. Le rapprochement avec le Want est sans doute aussi là dans ce choix du cœur.
Il est vrai que cette étoile n’était pas tellement claire, car on ne savait jamais véritablement sa réelle signification. Moi-même, la plupart des tweets que j’avais étoilés et favorisés l’étaient par mauvaise manipulation. Parfois, je m’étonnais même de voir que certains de mes tweets avaient été favorisés. Je ne savais d’ailleurs pas si c’était volontaire ou au contraire une mauvaise manipulation.
Que pouvions-nous faire des tweets étoilés?
Pour ma part, je m’étais amusé via ifttt de les renvoyer sur google drive, car je considérais qu’ils pouvaient être éventuellement utiles dans une logique de collecte. Honnêtement, je n’en fais pas grand-chose parce que dans ce domaine, les outils de social bookmarking comme diigo sont bien meilleurs.
Par conséquent, cette logique triomphante du like est assez classique dans une volonté de réduction à sa plus simple expression ; j’ai déjà abordé ce point à plusieurs reprises. Si les machines sont idiotes de temps en temps, elles ont besoin parfois aussi de formes réduites pour pouvoir plus aisément quantifier et modéliser.
Pourtant, loin de clarifier la chose, le like, symbolisé plutôt par un cœur ici que par un pouce, réduit à une démarche d’adhésion. On va donc additionner les likes également chez Twitter. La recherche du like va-t-il devenir un nouveau buzz, un nouveau moyen financier pour les marques, le marché des likes de facebook va-t-il être concurrencé par celui de twitter ?
On retrouvera néanmoins toute l’ambiguïté habituelle qui existait sur les « fav ». Favoriser un tweet, signifie plusieurs possibilités : celle classique du read it later des signets sociaux, celle de la conservation à des fins ultérieures parce que le fav s’inscrit dans une collecte, celle de favoriser parce qu’on aime vraiment…ou bien parce que c’est tellement emblématique du tweet catastrophique qu’on le collecte aussi. C’est le cas classique du mélange des différents sens du like, entre le like d’adhésion et le like de dérision.
Étoiler un tweet de nadine morano ne signifie pas qu’on adhère forcément. On hésitera sans doute plus à lui mettre un cœur !
Du coup, dans cette réduction, on est encore dans une logique qui vise à ne pas se poser vraiment la question du sens, mais plutôt à privilégier celui du calcul… Il est facile de calculer le tweet qui cumule des likes, de la personne la plus likée, du type de message likée, à quelle heure il y a le plus de likes, etc. On peut facilement derrière réaliser de nouveaux indicateurs et calculs. On est donc encore loin du web de données et même pas au niveau de polemictweet qui offre un début d’ontologies d’une controverse du tweet.
On veut gérer le + mais on ne veut pas trop gérer le moins, le terrible bad buzz, et encore moins la complexité des interactions. Pourtant, twitter est une sphère de controverse, d’affrontements, de débats, de désaccords, de précision.
C’est justement dans ce cadre qu’on attendrait de plus amples développements notamment pour aller au-delà d’un binarisme classique.
On reste dans le phénomène du loft qu’on a voulu assagir. On devait choisir qui on voulait éliminer initialement: le dislike, finalement le CSA avait encouragé au Like à l’inverse. Il est vrai qu’on est désormais tous dans le loft et qu’on ne peut plus en sortir.
Pourtant, ce refus du dislike pose problème. Il est pourtant important et parfois utilisé au niveau politique : le referendum en est la plus simple expression même si on confond souvent celui qui pose la question avec la question elle-même. La possibilité de voter entre accord, mitigé et désaccord lors du projet de loi sur le numérique est plus intéressante. Cependant, le dislike n’existe pas non plus quand il faut voter pour des candidats et des partis. Pour autant, un vote qui serait basé sur une plus grande complexité entre le like et le dislike pourrait constituer véritablement une alternative face à l’aporie like/dislike surtout en ce moment où on a quand plus envie de disliker que liker au niveau politique. Si on veut résoudre l’abstention, qui est le seul dislike possible finalement, il faudrait intégrer du dislike dans le processus électoral et législatif.
Alors, que va-t-on faire de ces cœurs avec adresse (cœur sans adresse est un tube éphémère des années 80°) ?
J’avoue que j’aimerais bien quand même pouvoir réaliser des cartographies des likeurs mais aussi des dislikeurs. On a besoin d’un dislike type schtroumpf grognon et pas seulement de mettre en avant le bisounours avec le cœur.
Pour plaisanter, j’ai lancé rapidement un tweet sur la nouveauté proposée par twitter : le like sur twitter produira-t-il des reliques ?
J’avais posé la question de que faire de ces likes sur twitter dans quelques années, au moment où certaines voix s’élèvent pour dire que l’archivage des tweets par la bibliothèque du congrès est voué à l’échec….
Ce qui n’était qu’un jeu de mots me semble en fait assez pertinent après réflexion car la relique est justement ce qui reste (voir l’étymologie reliquus, « qui reste ».), c’est le reliquat en quelque sorte. Et c’est là au final que c’est dommageable en effet, car ce qui va rester au final, c’est bien le nombre de likes accumulés. Avec un peu de chance, seront conservés les tweets ayant reçu le plus de likes. Du coup, au bout de plusieurs années,on pourra à nouveau aimer et faire aimer les tweets les plus likés.

Nos reliques seront alors surtout des relikes…

Alpha-bet ou le monde des non-A

Par défaut

Coïncidence troublante, je viens d’achever la lecture du monde des non-a de Van Vogt durant cette semaine où Google a changé de corps pour devenir l’Alphabet.

On en a déjà beaucoup parlé, mais très vite sur twitter j’avais évoqué le fait qu’il s’agissait aussi d’une question spirituelle qui se trouve derrière ce changement et pas seulement un choix économique et stratégique qui consiste à prendre le pari de l’alpha. Contrôler l’alphabet permet d’envisager de multiples combinaisons et on retrouve l’esprit des sefiroth et des adeptes de la gématria. Au passage, cela rappelle qu’évoquer de façon plus nette les lettres ne signifie pas qu’il n’y a pas de logique de calculs derrière la nouvelle stratégie. Bien au contraire, on rassemble plus nettement les chiffres et les lettres. Google a fait de cette alliance son énergie vitale en développant un capitalisme linguistique.

Seulement, il apparaît que dans sa volonté de changer le monde, Google cherche à produire un nouveau modèle, voire une nouvelle théorie. On était resté depuis quelque temps sur une logique qui ne menait à rien, celle de considérer que l’accumulation de données permettrait de produire du sens en temps réel, mettant de côté les théories classiques pour produire une fin de la science, comme ultime progrès scientifique perpétuel.

Mais cela se révèle insuffisant, si ce n’est que le seul sens apparaît être celle d’une téléologie d’une forme d’immortalité spirituelle portée par le courant transhumaniste et notamment Kurzweil qui a recyclé les mythes du téléchargement déjà abordé par Moravec. Ce fantasme porté par la science-fiction et récemment par le cinéma, avec Transcendance et le film Rennaissances (que je n’ai d’ailleurs pas vu) semble aboutir à un risque d’échec. En grande partie, parce que l’immortalité de l’esprit (d’ailleurs discutable car elle constitue la lignée qui sépare trop nettement corps et esprit à l’inverse des préconisations de Varéla) ne se suffit pas en soi. Il faut une théorie supérieure.

Ici, dans le nouvel alphabet qui se met en place, se pose la question de savoir si cette théorie est d’essence scientifique ou religieuse, ce qui n’est pas toujours aisé à distinguer. Une des pistes se trouve peut-être dans la science-fiction et dans une théorie déjà ancienne : la sémantique générale qui a inspiré l’œuvre de Van Vogt.

Le monde des non-A, le lien vous rend sur Amazon, mais l’ouvrage est trouvable et téléchargable gratuitement dans les arcanes du web. Il suffit de bien maîtriser l’alphabet

Il faut être clair que la lecture du monde des non-a est difficile. On n’y comprend pas grand-chose et on est parfois tenté d’abandonner le projet de lecture. Malgré tout, la fin devient quelque peu prévisible et la version corrigée par Van Vogt avec sa postface apporte quelques éclaircissements. Le texte fait du héros Gilbert Goseyn, un personnage qui devient plus sain (go sane nous rappelle Van Vogt) en s’améliorant notamment en changeant de corps pour accéder à une forme d’immortalité permise par le fait que l’équation de base repose sur le fait que la mémoire est synonyme d’identité.

Le texte est en fait une vision fictionnelle du texte de Korzybski sur la sémantique générale. Korzybski est connu pour sa phrase : la carte n’est pas le territoire. C’est donc un rapport à la vérité qui est proposé qui vise justement à distinguer la représentation de la réalité. C’est aussi une logique qui aboutit à une forme de relativité.

Par conséquent, il faut tenter d’analyser le projet alphabet de façon non A (pas nécessairement de façon anti-aristotélicienne), mais d’une manière nouvelle. Si d’emblée, de façon pulsionnelle, on peut penser qu’il s’agit d’une simple manœuvre juridique et économique (ce qui n’est pas totalement à exclure), le projet réside sur une logique plus complexe à capter d’emblée, celle qui mêle Science and Sanity.

Google tente donc d’écrire une nouvelle théorie générale, une nouvelle organologie et l’organisation des lettres symbole aussi ces logiques combinatoires et cette volonté de classer. Le modèle de la bibliothèque n’est jamais loin. Il suffit de repenser à la classification du congrès qui repose sur l’alphabet. On notera d’ailleurs que c’est au moment où la bibliothèque de congrès réfléchit à son avenir, que Google lance au même moment sa mue. Je ne crois pas que ce soit une coïncidence.

Alphabet de la vie, 26 lettres de sang chantait Reggiani. L’alphabet est cette nouvelle théorie générale des existences et des connaissances qu’est en train de produire une équipe continuellement en quête de sens. La sémantique générale restait une théorie à poursuivre, il semble que certains s’en chargent actuellement. Clairement, si l’hypothèse que j’avance est proche du projet alphabétique, cela va m’obliger à proposer des analyses plus poussées d’autant que Kurzweil s’est également positionné sur la » literacy ». J’invite d’ailleurs les lecteurs éclairés à aller chercher les relations entre la sémantique générale (spécialistes bienvenus !), la SF de Van Vogt et les travaux sur l’esprit humain développés par Kurzweil et les disciples de la singularité.

Si l’esprit de Gilbert Goseyn semblait aller vers un esprit plus clair au fur et à mesure du roman, j’ai l’impression de devenir à l’inverse davantage « insane » en ce moment, mais en ce jour de l’assomption, on me pardonnera. Le monde des non-A a été traduit par Boris Vian, voilà de quoi nous faire replonger en plein surréalisme.

 

Entre hyperstimulation et évanescence

Par défaut

Mes activités de blogging se font plus rares. Je n’ai guère le temps de développer des réflexions longues car elles s’opèrent de plus en plus ailleurs sur des formats plus longs. Le blog ou carnet de recherche s’inscrit dans une logique de teaser, d’alerte, de digest, de brouillon de réflexion. Il n’est pas une fin en soi car il appartient à un écosystème beaucoup plus vaste. Ce billet amorcé ne dérogera pas à la règle, en constituant une projection qui mérite de plus amples développements, mais qui ne doit sa source qu’à une envie d’écrire et de concrétiser un maelstrom d’idées fugaces.

Evidemment, il y a cet étrange manque de temps perpétuel qui ne cesse de croître au fur et à mesure des dynamiques de projet (c’est le plus stimulant), mais aussi en fonction des impératifs administratifs et  pédagogiques (la joie de faire des emplois du temps et autres évènements réguliers à l’IUT qui vous empêchent de déconnecter vraiment de votre lieu de travail).

Je crois d’ailleurs que l’erreur est de croire que ce sont les objets numériques qui sont les seuls coupables de notre relation à un travail qu’il devient difficile de déconnecter. C’est bien l’esprit qui ne peut plus faire autrement au point qu’une idée ou qu’un élément important peut surgir à tout moment, y compris en plein sommeil. Cela peut produire une forme d’épuisement et de limitation quand l’esprit n’est plus qu’un instrument d’une logique organisationnelle et institutionnelle. Alors, il convient d’aérer la machine avec d’autres velléités.

On peut certes s’éloigner du dispositif, une partie de votre cerveau travaille en arrière-plan au point de vous faire songer à tout élément clef à ne pas oublier, ce qui suppose au minimum que vous le mettiez dans la longue To Do list, tonneau des danaïdes, ou bien bien que vous tentiez de le réaliser dans la foulée.

Le paradoxe de cette stimulation permanente, qui est d’ailleurs une forme accompagnant la transattention que j’évoque ici et dont je parle également dans cet entretien, est que même si vous pensez être en train de déconnecter en lisant un bon roman… il n’est pas rare que l’envie de noter et d’annoter vous vienne et que vous continuez de tisser des liens avec d’autres activités.  Le web ne fait que mettre en avant cette activité réticulaire. Il n’est qu’un révélateur de notre envie de lier.

L’hyperstimulation dopée à la transattention devient une capacité de réaction réfléchie qui consiste à tisser des liens, à collecter, à faire des relations enrichies.  Le spider ou le bot, c’est nous, ce n’est pas celui de Google qui n’est qu’une puce qui saute de liens en liens sans que ces liens soient clairement qualifiés, mais davantage quantifiés. Voilà pourquoi j’avais évoqué l’idée d’être des ichnologues de filagrammes numériques.

On ne cesse de vouloir porter nos espoirs sur d’hypothétiques intelligences artificielles et algorithmes miraculeux. Mais tout cela est vain sans une expansion de l’esprit humain qui puisse s’exprimer et donc rêver aux possibles mais aussi à l’improbable. Je rejoins Stiegler (dans son ouvrage la société automatique) en ce qui concerne l’importance du rêve et le fait que l’idée de pouvoir quelque part indexer nos activités cérébrales (on s’approche de la dystopie de Print Brain technology) ne peut que constituer un appauvrissement du rêve :

Et, en effet, un article de Science décrivait en mai 2013 sous le titre « Neural Decoding of Visual Imagery During Sleep » une technologie de traçabilité des rêves, qui repose là encore sur un machine-learning prédictif dont il y a tout lieu de penser qu’il vide le rêve de ce qui constitue son pouvoir même : ce qui est prédictible d’un rêve dans de telles conditions (si cela l’est en effet) ne peut être que ce qui en constitue l’étoffe automatique.

Or, ce en quoi consiste le rêve, ce par quoi il peut nourrir la projection à venir d’une quelconque consistance par où ce rêve pourrait œuvrer, c’est-à-dire penser, c’est précisément ce qui en est non seulement imprédictible, mais tout à fait improbable, et en cela rigoureusement le fruit d’une désautomatisation – dont le nom est aussi, en grec, épokhè.

Méditer sans traces devient évanescent, disait Mallarmé, montrant ainsi que sans transformation documentaire, il n’y a rien de vraiment probant. Pour autant, il faut accepter pleinement cette évanescence, ce terreau de l’homme aux mille visages, cette fiction potentielle et quantique qui  est celle de nos désirs, du moteur de nos vies. Il faut donc plaider pour le maintien de cette évanescence sous peine d’opérer une réduction de nos vies intérieures et de produire une documentalité sans intention, c’est-à-dire la mise à jour et sous forme de traces et de données de notre intime sous peine de placer notre désir de vivre et de réfléchir en détention. Car l’intentionnalité doit être exprimée, elle ne peut être envisagée par probabilité, sous peine de commettre une forme de viol spirituel. Le probable n’est pas le probant. C’est pourquoi une des pistes d’échappatoire est aussi celle du hors-sujet.

Or, c’est bien cette mise en suspension de l’épokhè qu’il s’agit de défendre, notre faculté de jugement mais aussi notre folie qui est justement la source de notre capacité à raisonner. (à suivre …)

QCM de culture numérique et de culture web.

Par défaut

Je mets à disposition ce petit qcm… à destination initialement de mes étudiants d’Information numérique dans les organisations. Ceux de l’année dernière s’en souviennent encore… ce fut un drame, une hécatombe. Mais je ne suis pas certain que vous serez meilleurs !

En attendant une version augmentée, voici de quoi vous tester en cliquant sur le lien ci-dessous :

culturenumérique

Le qcm est bien sûr librement réutilisable !

Mais qui osera se vanter de son score ?