A propos de la trilogie d’Antoine Bello : le storytelling et la vérité

Par défaut
Je suis en train d’achever avec plaisir la trilogie d’Antoine Bello avec les producteurs qui fait suite aux  falsificateurs et aux éclaireurs. (les liens vont vers Amazon, mais vous les trouverez chez votre libraire ou bibliothécaire préféré)
L’histoire est bien menée, difficile de décrocher et cela fait écho en plus à certains faits du passé, et cela ne peut que nous faire réfléchir.
Cette trilogie me semble incontournable pour ceux qui s’intéressent à la question du storytelling et sans doute également du transmédia, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à la fabrique du faux ou tout au moins du plausible.
L’ouvrage nous interroge sur notre rapport à la vérité.
Antoine Bello décrit une organisation dont le but est de travestir la réalité  que nous connaissons, pour nous proposer des alternatives que nous prenons d’ailleurs pour des vérités dans des buts qui sont en général plutôt progressistes et pacifiques, même si l’organisation secrète s’avère plus complexe.
Des documentalistes travaillent dans cette organisation, et on se demande au final s’ils sont vraiment au service de la vérité, car l’organisation repose sur plusieurs types de hiérarchies et différents personnels.
Mais les principaux emplois concernent finalement les scénaristes, ceux qui inventent des histoires, et les falsificateurs, ceux qui produisent, transforment des documents pour les rendre crédibles.
Le personnage principal est justement un scénariste islandais  Sliv Dartunghuver qui arrive au sommet de l’organisation. Un nom étrange qui résonne comme un dark hangover, une mauvaise gueule de bois.
Cette capacité à raconter des histoires et finalement parvenir à les diffuser via les médias et bien sûr de plus en plus de façon transmédia est pasionnante à découvrir dans l’ouvrage, car cela pose la question des régimes de vérité qui nous gouvernent. Or, il semble que ce soit clairement une lutte, à l’instar de celle déjà décrite par Bruno Latour dans les milieux scientifiques, si ce n’est que c’est également le cas pour à peu près tout ce qui nous entoure. Le CFR ( Consortium de falsification du réel ) fonctionne finalement comme un gigantesque système de lobby supranational. Les méthodes sont finalement assez similaires au point d’ailleurs qu’on se demande si l’auteur n’a pas travaillé dans ces milieux.  En tout cas, Antoine Bello est un écrivain hors-norme, pas si éloigné du héros principal finalement, en étant également un homme d’affaires qui vit aux États-Unis d’après cet article de Télérama.  L’auteur a fondé une société Ubiqus qui s’inspire d’un de ses romans . On note qu’en tant que descendant de Marcel Aymé, cette histoire d’ubiquité me fait penser à la nouvelle « les sabines ».
Mais finalement, est-ce que tout cela est vrai ? D’ailleurs, on se demande à la fin si l’auteur ne finit pas par se perdre lui-même dans la dernière partie de sa trilogie avec cette histoire de tribus maya qui peine à nous convaincre… sans doute avons-nous été dès lors à bonne école avec les deux tomes précédents. Mais bon, la morale de l’histoire est sans doute quand le dernier tome nous place dans une situation qui consiste à  nous faire regarder dans la profondeur de la mer avec cette histoire d’épave près des côtes mexicaines,  alors qu’il serait sans doute plus opportun de  regarder en l’air peut-être. On se demande parfois, s’il ne peut pas y avoir une autre lecture de la triologie, avec un sens caché qui nous aurait échappé. L’appendice final n’y répond que de façon partielle.  D’ailleurs est-ce vraiment la fin de la trilogie ?
Bello nous montre que les ressors de la falsification reposent sur les mécaniques du storytelling couplées aux logiques de la captation de l’attention. On notera d’ailleurs les nombreuses références aux stratégies de manipulation des réseaux sociaux qui sont déployées par les protagonistes notamment dans ce dernier tome. Par endroit, on est tenté de dire que ça sent le vécu…
Bref, une bonne trilogie intéressante à lire pour passer un bon moment et pour ouvrir également sa réflexion quant à la fabrique de la réalité et de la vérité.
À la lecture de la trilogie, il devient également difficile d’en vouloir aux conspirationnistes , car la production massive d’histoire qu’on nous sert au quotidien ne peut que semer le doute en chacun de nous. J’avais déjà remarqué lors de ma thèse que la pire situation serait celle d’un doute qui empêcherait finalement toute position vis-à-vis de la vérité. Une vérité qui ne deviendrait qu’une illusion, un idéal absurde. Telle est d’ailleurs la conclusion du dernier roman d’Umberto Eco.
Ce rapport à la vérité est pourtant essentiel à plusieurs titres :
– Il fait partie des prérogatives de nombreux professionnels de l’information, comme les journalistes et les documentalistes. C’est également une des missions de la science, même si l’erreur est possible et que la science doit permettre la contradiction.
– Il constitue finalement un objectif ou idéal de l’humanité ou en tout cas de l’esprit humain. Comment envisager un humanisme si on considère que la vérité n’est que relative, et que tous les discours se valent finalement?
– cela pose également la question : qui sont les détenteurs et autorités de la vérité ? Les travaux notamment dans la lignée de Foucault montrent que les institutions se sont souvent construites dans un rapport d’une détention du savoir et de la vérité qui est légitime ? Mais qu’en est-il actuellement, à l’heure où les plus grandes démocraties de l’histoire font le choix de l’extrémisme (imaginons qu’après le Brexit britannique, les États-Unis choisissent Trump et la France Marine Le Pen ?) notamment parce que le pouvoir politique est devenu inconsistant (c’est le cas du hollandisme qui n’est pas un consensus mou, mais une mollesse sans consensus et un daladiérisme inconscient). Le pouvoir a basculé sur d’autres institutions que sont les industries, notamment les industries de programmes et de services.
Ce sont les GAFA qui désormais écrivent l’histoire supranationale, mais également nos petites histoires du quotidien qui tout en nous offrant une liberté apparente d’action, nous contraignent dans des formes pré-écrites, des architextes. Il ne s’agit pas de fantasmer sur les big data et les algorithmes, ce sont simplement des logiques de petites histoires qui sont ainsi constituées.
Il reste à savoir si dans ces écritures pro-grammées, il y a véritablement un idéal, un objectif ultime, question qui taraude les membres du CFR dans la trilogie d’Antoine Bello. S’il semblait y avoir quelques idées dans les organismes de paix internationaux à leur début, on ne peut qu’en douter depuis. Dès lors, y a-t-il un ghost in the machine chez Google, Facebook et consorts où faut-il n’y voir que la main invisible du marché qui doit souffrir d’arthrite aiguë, car elle ne semble faire que le même mouvement pour remplir la même poche.
J’y reviendrai certainement, mais actuellement cela ne peut qu’interroger les professionnels de l’information. Paul Otlet considérait que l’information devait être vraie comme base de la documentation. De plus, cet accès devait au final permettre l’amélioration du niveau intellectuel de la population mondiale afin de pouvoir espérer une paix universelle. Qu’en est-il actuellement ?
Quand des professionnels de l’information d’un grand groupe français me disaient il y a quelques années, qu’ils procédaient beaucoup à de la destruction de documents trop sensibles et donc pas nécessairement pour conserver pour les archives, cela ne peut que nous interroger.
Complexe également est la formation dont je m’occupe qui oblige à multiplier les compétences et à savoir les utiliser au bon moment à bon escient. Tantôt, il faut faire preuve de proximité avec le document original lorsqu’il s’agit de réaliser une analyse documentaire qui ne doit souffrir d’aucune déformation, interprétation et critique, tantôt il faut développer  des qualités communicationnelles qui impliquent à l’inverse d’imaginer et de produire du nouveau.
Les professionnels de l’information ne sont pas nécessairement au service de la vérité. Ils font parfois oeuvre de fiction. Reste à savoir quelle est la recette du bon équilibre.
D’ici quelque temps, je vous reparlerai d’Antoine Bello avec son dernier ouvrage Ada, autour de l’intelligence artificielle.

L’indexation des désirs

Par défaut

Je me fais de plus en plus rare sur le blog, mais ce n’est finalement pas nouveau, puisque c’est le rythme que j’ai adopté depuis quelques années. Pour suivre mon actualité, le plus simple est de vous abonner à mon compte twitter, car je n’ai pas toujours le temps de bloguer toutes mes interventions ou dernières publications.

Je vous propose néanmoins de retrouver mon intervention sur l’indexation des désirs pour le séminaire international « écritures numériques et éditorialisation ». J’étais intervenu avec mon collègue David Pucheu sur le sujet Désir de profilage et profilage du désir : L’intention catégorisée. Le résumé est ici.

Vous pouvez retrouver l’intervention ici  et le support de mon intervention est disponible sous slideshare. (attention quelques visuels sympathiques s’y trouvent !)

L’intervention constituait un prolongement de mon article sur les tags dans la pornosphère.  C’était l’occasion de rappeler les enjeux d’importance qu’il y a derrière ces questions, tant au niveau des recherches dans le domaine des pornstudies qu’en ce qui concerne finalement les enjeux économiques et stratégiques autour de nos données personnelles et nos représentations.

Cette étude avait commencé par ce qui était surtout un pari perdu sur twitter, mais qui finalement allait se révéler bien plus intéressante que je ne l’avais envisagé initialement.

J’y reviendrai prochainement, notamment pour mieux définir ce que pourraient être ces humanités digitales d’un genre particulier, les humanités numérotiques comme les nomment Yves Citton.

Si vous voulez vous détendre pour un prix peu élevé, mon roman Hot&Steam est désormais à 0,99 euros.

 

L’esprit de Norman encombré par une représentation par tags.

norman et les tags

 

L’attribution des primes de recherche et la partie salariale consacrée à la recherche corrélée au dépôt en open access

Par défaut

L’océan de la recherche française est en pleins remous. La nouvelle a provoqué quelques crises nerveuses et plusieurs chercheurs habitués au port du nœud papillon ont failli mourir d’apoplexie non sans avoir fait tomber dans leur café leur petit croissant du matin. Désormais, l’attribution des primes de recherche sera corrélée à la mise en ligne en open access d’un nombre minimal de publications qu’il reste encore à définir précisément. La loi laisse libres les modalités, mais il est probable que cela devrait enrichir considérablement les dépôts type HAL. La loi considère qu’il faut encourager fortement cette pratique en SHS qui peine à prendre pleinement la mesure de l’intérêt de l’open access. La loi concerne l’attribution des prochaines primes, mais exige également une mise en conformité pour ceux qui ont la PEDR y compris pour les éminents membres de l’IUF sous peine de suspension des conditions d’attribution.

L’évènement va faire du bruit, car il précède finalement le vote final de la loi Lemaire sur le numérique. Thierry Mandon a jugé qu’il fallait aller plus loin pour l’open access et marquer symboliquement et financièrement l’incitation afin d’avancer pleinement sur ce terrain pour que les flots de la recherche française puissent impulser une nouvelle vague. Convaincu par la tribune dans libération de quelques chercheurs et par la pétition pour une science ouverte à tous, le secrétaire d’État qui était dans une forme de nageur olympique a annoncé ce matin qu’il voulait des publications scientifiques qui soient comme des exocets et non pas des acanthoptérygiens qui restent dans les profondeurs, qu’on a bien du mal à trouver et qui quand on les trouve, font surtout peur à voir.

La loi prévoit que l’exigence porte uniquement sur les publications scientifiques ce qui devrait soulager quelques revues parisiennes de débats intellectuels nullement touchées au final par cette loi. Il n’y a donc pas d’anguilles sous roche, même si quelques directeurs de revue ont plongé dans une déprime abyssale, eux qui pensaient que parler de la plie et du beau thon suffisait pour faire de la science.

Par contre, on note un mouvement de panique en eaux troubles chez certains enseignants-chercheurs… qui ne sont pas contre l’open access mais qui ont totalement oublié qu’il fallait publier. Un maître de conférences qui prétend faire de la formation sur les plateformes en archives ouvertes va devoir déposer enfin ses propres articles… si tant est qu’il parvienne à les faire accepter comme article scientifique, ce qui n’est pas gagné.

Umberto et le complot

Par défaut

Mon cœur avait bien ressenti quelque chose mettant ce livre tout en haut du carton. Mais le déménagement m’obligeait à le faire. Au moins, je savais que je n’aurais aucun mal à remettre la main dessus une fois le carton ouvert.

Cet ouvrage, de l’arbre au labyrinthe, était un de ceux d’Umberto Eco qui m’avaient le plus marqué. Celui-là finalement, je l’avais lu très récemment. Je ne savais pas qu’en refermant le carton, quelques jours plus tard, c’est Umberto qui refermerait son existence charnelle. Car Umberto va survivre chez ses innombrables lecteurs, chez ses interprètes, chez ses traducteurs (et donc traîtres), chez ses mauvais épigones (l’épigone est toujours mauvais par principe) et chez les auteurs qui comme Laurent Binet lui donne vie dans des œuvres de fiction.

J’avais rencontré Umberto de façon classique, par la lecture du nom de la rose, que je suis d’ailleurs en train de lire pour la troisième fois. Eco, ça se relit et ça se consulte, que ce soit ses travaux de recherche ou ses fictions. Et à chaque fois, on comprend qu’on est devenu un autre, et on mesure le chemin parcouru. C’est mon cas, lors de ma lecture du nom de la rose où je comprends de mieux en mieux l’ensemble des références qui parsèment l’ouvrage. Même chose pour le Pendule de Foucault… mon roman préféré, celui qui m’a le plus influencé et que beaucoup trouvent imbuvable et incompréhensible, et pourtant c’est celui que j’aime relire. Le pendule de Foucault c’est la lecture indispensable pour comprendre les théories du complot. C’est une façon romancée de montrer que la compréhension du monde ne peut être que complexe et que tenter d’en échafauder une théorie aboutit à un délire pas possible. Le concept qui fait tourner tous les autres est nécessairement réducteur, car trop efficace en apparence. Et on peut s’amuser à en inventer pleins, comme j’étais amusé à la faire sur l’affaire DSK.

Revenons au sujet sur lesquels je voulais écrire initialement  sur le blog : le mythe du complot. J’avais travaillé sur ce sujet à une époque où l’Éducation Nationale s’en moquait totalement en n’ayant pas encore saisi vraiment les changements en cours autour du phénomène du web 2.0. Je plaidais pour que le concept devienne un objet d’études en sciences de l’information et de la communication et j’envisageais des pistes éducatives par la même occasion avec une prise en compte dans les enseignements pour la culture de l’information. Dans cette logique, j’avais initié le projet « Historiae : les collégiens mènent l’enquête » qui incitait des collégiens à produire un article de blog sous forme de synthèse sur des thématiques où l’information disponible sur le web était fortement hétérogène et bourrée de références complotistes. J’avais présenté le projet au premier forum des enseignants innovants. Le but était de reproduire les rencontres informationnelles faites dans des requêtes et des navigations à la maison de façon raisonnée en entrant dans l’étude de l’évaluation de l’information. Le projet a été depuis réintégré à Cactus Acide et repris un temps par Gildas Dimier au niveau de l’expérimentation.

Le ministère vient enfin de s’intéresser à cette question, mais pour de mauvaises raisons. En clair, l’injonction vient du ministère voisin : l’intérieur qui souhaite éviter les dérives contestataires ou djihadistes. Il y a donc une pression forte qui s’exerce sur l’éducation aux médias et à l’information et sur l’éducation morale et civique. La manifestation de l’autre jour avec la mise en scène de la ministre participe d’une volonté de s’emparer du problème d’une façon peu discrète, et finalement ne s’appuie pas sur les travaux de ceux qui s’intéressent à cette question, et qui en la matière se montrent plutôt prudents d’une part, et moins méprisants à l’égard de ceux qui peuvent tomber dans les excès du complot permanent.

On trouvera donc opportun de se reporter à la lecture de Franck Bulinge sur le sujet. J’avais d’ailleurs échangé par mail avec Franck en 2008 sur cet aspect. On lira aussi avec intérêt les travaux de François-Bernard Huyghe et notamment son dernier billet qui évoque aussi Umberto Eco, et plus encore son entretien pour Atlantico. Alors certes l’observatoire du complotisme est intéressant, mais il y a bien d’autres travaux que les ministères feraient bien de consulter. Je reproche parfois à mes étudiants de rechercher principalement les ressources qui affleurent à la surface du web au niveau des premières résultats de google… j’ai le sentiment qu’à ce sujet, c’est un peu pareil au niveau de nos instances parfois. Les compétences informationnelles ne sont pas toutes développées là où elles seraient nécessaires.

Vouloir faire du combat contre les théories conspirationnistes un cheval de bataille gouvernemental est perdu d’avance. C’est y aller avec les gros sabots et surtout c’est désigner des ennemis, et répondre à des personnes qui parfois voient des ennemis qui complotent par un comportement du même type. C’est un jeu qui ne mène à rien et qui ne peut que conduire à Fort-Chabrol. On ne lutte pas avec les mêmes armes sous peine d’alimenter un combat infini. L’idée de développer une armée de blogueurs était d’ailleurs une des idées les plus absurdes proférées ces dernières années. On ne peut pas lutter contre les théories du complot sous peine de rentrer soi-même dans le plan. En clair, les conspirationnistes vont vous désigner soit comme un imbécile, soit comme un participant au complot. En clair, vous êtes manipulé ou manipulateur.

Autre point, il existe une proximité forte entre ceux qui remettent en cause l’’information officielle au point d’imaginer un complot, et les méthodes d’évaluation de l’information produites par les professionnels. Le discours de la ministre y fait quelque peu référence, mais de façon trop générale et finit par pointer un ennemi classique : Internet… on notera qu’on ne parle pas de web… :

J’aborderai d’ailleurs ici une question particulièrement importante, liée directement à l’essor du complotisme, et qui est à la fois enseignée dans l’EMI, mais qui va bien au-delà. C’est, naturellement, celle d’Internet. Oui, la diffusion des savoirs est une belle chose ! Mais elle s’accompagne aussi de la diffusion de son ennemi intime : celle des théories complotistes. Dès lors, il y a un moment où nous devons affronter directement les enjeux liés à cette révolution que constitue Internet.

Le besoin de douter est essentiel, et il nous semble que ce fondement doit être conservé et défendu. Il est vrai que les théories conspirationnistes vont parfois bifurquer sur un point qui va constituer l’explication miracle et qui va devenir le liant. On peut être très censé et tomber rapidement dans des excès, car c’est potentiellement grisant, comme un passage de l’étude rationnelle à la fiction, car tout semble concorder, ce que montre bien Eco :

« La reconstitution nous prit des jours et des jours ; nous interrompions nos travaux pour nous confier la dernière connexion ; nous lisions tout ce qui nous tombait sous la main, encyclopédies, journaux, bandes dessinées, catalogues de maison d’édition, en diagonale, à la recherche de courts¬ circuits possibles ; nous nous arrêtions pour fouiller les éventaires des bouquinistes ; nous flairions les kiosques ; nous puisions à pleines mains dans les manuscrits de nos diaboliques ; nous nous précipitions au bureau, triomphants, en jetant sur la table la dernière trouvaille. » (ECO, le pendule de Foucault, 1990 p.471)

Et même parfois, il est impossible d’en être conscient :

« Lorsque nous échangions les résultats de nos imaginations, il nous semblait, et  justement, procéder par associations indues, courts-­circuits extraordinaires, auxquels nous aurions eu honte de prêter foi – si on nous l’avait imputé. » (Umberto Eco, idem)

 

La meilleure piste évoquée est celle d’une véritable formation à l’information avec un gros travail autour de l’évaluation de l’information qui ne peut se faire en quelques heures, mais qui repose sur un travail d’analyse documentaire réitéré. Une des leçons est que de toute façon, même le plus grand spécialiste peut se faire avoir s’il oublie de poser son esprit et qu’il agit par impulsion. C’est donc à la fois une question de formation de l’esprit, de culture générale, mais aussi de capacité à exercer une distance critique. Cet esprit critique est essentiel, car il participe au besoin de débattre et donc à une culture démocratique. Toute tentative pour imposer une vérité absolue et mettre au ban d’autres alternatives risque d’être vouée à l’échec si elle ne repose pas sur un travail scientifique et rationnel. Il est clair que certains esprits refusent d’emblée ce dialogue.  Mais ce n’est pas en voulant imposer une manière de voir qu’on parviendra à convaincre le plus grand nombre, bien au contraire. On risque au final d’alimenter encore plus les théories du complot. Il reste à savoir quelles sont désormais les priorités : développer l’esprit critique et la capacité à débattre, ou bien de surveiller les opinions non conformes. La dernière loi sur le renseignement permet d’en douter… mais bon sans doute le risque est d’y voir encore un énième complot.

On ne sort donc jamais vraiment de la spirale complotiste. Umberto dans le pendule de Foucault pensait avoir réglé la question par l’absurde… il n’a fait qu’alimenter le complot en produisant un important travail documentaire. D’ailleurs, j’ai comme un doute. On est sûr qu’Umberto est bien mort ? Avec un peu de chance, il a été enlevé par les extraterrestres et le gouvernement nous le cache.

Au final, il ne nous reste plus qu’à en rire.

 

Pour mes amis enseignants et professeurs documentalistes notamment, j’ai écrit l’année dernière pour le Médiadoc, un article sur le sujet : théories du complot, faut-il en faire un objet d’enseignement ?

L’information literacy tourne-t-elle en rond ?

Par défaut

Cela fait plusieurs années que je travaille et étudie autour du domaine de l’information literacy. Je ne pourrais pas être présent au colloque Ecil, même si je présente une communication avec Eloria Vigouroux-Zugasti sur la digital health literacy et le public des seniors. Le colloque doit porter théoriquement une vision européenne, mais il s’agit surtout d’une vision d’essence anglo-saxonne avec ses différents courants.
Le colloque rassemble plusieurs centaines d’acteurs mais rien ne change. Ce sont toujours les mêmes auteurs anglo-saxons que l’on retrouve depuis vingt ans avec l’influence de l’Unesco qui a porté la vision Media and Information Literacy. Le colloque est d’ailleurs sous l’égide de ces deux organisations.
Ce mouvement n’avance plus théoriquement depuis des années la faute à des visions stéréotypées et à une domination anglo-saxonne insolente qui en devient gênante y compris au niveau de l’IFLA où on a bien ressenti de la lassitude à ce niveau lors du dernier colloque, en témoignent quelques tweets durant le congrès de la part des collègues français.
On sait aussi que c’est au sein de ces logiques anglo-saxonnes que l’inspection générale de la documentation avait tenté de trouver des appuis pour la politique des learning centers.
Or, le seul moyen pour percer dans le domaine est d’écrire en anglais, d’écrire en anglais et encore d’écrire en anglais. Je sais que les seuls articles que j’ai écrits en anglais sont les seuls vraiment lus dans le domaine. Et pourtant, ce ne sont pas les meilleurs.
Il faut certainement penser à une autre voie, mais cela semble peu aisé, tant l’influence des modèles est totalement ancrée à l’international et que le choix de la Media and Information Literacy devenu EMI en France n’augure rien de bon si ce n’est de nouveaux enjeux de pouvoir qui place certains acteurs du domaine sur le devant de la scène.
Plus inquiétant, cela marque aussi une limite en ce qui concerne les organisations internationales qui perdent peu à peu en légitimité et qui bénéficient à ceux qui savent s’en servir au mieux.

Il reste cependant une piste, celle de faire renaître la Fédération Internationale de Documentation (la seule page wikipédia est en anglais), créée par Paul Otlet et dissoute en 2002 et de la construire sur des bases plus proches d’une logique d’un réseau distribué. Je promets d’y réfléchir cette année…

Un treizième mois pour les enseignants-chercheurs !

Par défaut

La nouvelle est arrivée comme une dizaine d’exocets atterrissant sur le pont d’un vieux cargot rouillé ou d’un vieux gréement vermoulu. Mais ce n’est plus qu’une question d’heures. Le projet de renouvellement de l’enseignement et de la recherche prévoit notamment le paiement d’un treizième mois pour tous les enseignants-chercheurs, maîtres de conférences et professeurs, et ce à partir de la rentrée prochaine (en plus des éventuelles primes).

Cette décision intervient après le constat que les enseignants-chercheurs parvenaient en fait à réaliser au moins un mois supplémentaire de travail pendant l’année. Un exploit qu’il fallait gratifier au nom du travailler plus pour gagner plus. Même si le leitmotiv était différent pour des questions politiques : on préfère arguer que l’on souhaite récompenser l’investissement au service du collectif, du besoin des étudiants et de la participation à une communauté de savoirs.  En tout cas, nul doute qu’avec ce projet, le thon est donné par le gouvernement. Ce projet a été imaginé par Geneviève Fioraso et ce de longue date, elle qui a du hélas quitté ses fonctions alors qu’elle avait su si bien entendre les doléances de la communauté en tant que poisson-pilote d’une recherche basée sur l’excellence et surtout la convivialité sans la moindre anguille-sous-roche.  Qu’elle en soit remerciée, et nulle doute que les enseigneurs-chercheurs sauront lui reconnaître ce cadeau d’adieu ainsi qu’à Anchois Hollande, qui a voulu prendre une décision symbolique.

Le treizième mois est un véritable treizième mois, plafonné toutefois à 3000 euros net maximum pour ne pas mettre en péril les finances publiques.  Mais cet effort louable marque la prise de conscience qu’être à la fois, enseignant, responsable de formation, chercheur et responsable de projet méritait un petit coup de pouce afin qu’il y ait davantage de bonheur et d’allégresse à travailler tous les week-ends.  Finies donc les jérémiades et autres plaintes du dimanche soir contre des lieus noirs de la recherche, désormais c’est avec l’impression d’avoir retrouvé une certaine légitimité que nous continuerons à faire notre travail et à déposer des projets de recherche pas souvent acceptés, mais nous resterons muets comme des carpes en cas d’échec.  Car ce n’est pas pour l’argent qu’il faut saluer cette décision, mais c’est surtout pour la prise de conscience du temps de travail et d’investissement personnel réalisé au nom de l’intérêt général et j’oserai dire du bien commun. D’ailleurs, le collectif Saumon La Recherche a salué la nouvelle avec un enthousiasme digne d’un pécheur à la ligne remontant enfin un beau specimen après des heures de disette.

Comme la science française se porte bien, cela vient couronner la récente mise en place des nanofishs ces petits poissons qui viennent détruire les éléments polluants de nos rivières et océans.  Avec un peu de chance, c’est devant des plages propres et des mers superbes que nous aurons la chance, nous enseignants-chercheurs, de pouvoir passer un quatorzième mois dans l’année, entièrement consacré aux vacances.

On va vraiment se sentir comme des poissons dans l’eau ! Personnellement, ça m’a donné envie de remettre le turbot !

La transattention

Par défaut

L’attention est souvent en perte de vitesse dans les observations notamment du fait d’une dispersion de l’attention sur différents médias et sur une obligation de mobilisation éphémère et de circonstance en fonction des interactions. Cependant, cette sous-attention parfois qualifiée d’hyperattention notamment par Katherine Hayles, ou plutôt d’attention de surface n’est peut-être pas le seul phénomène qui résulte de l’interruption ambiante et des sollicitations tous azimuts.
En effet, certains chercheurs et notamment certaines d’ailleurs n’hésitent pas à considérer qu’elles sont en fait dans un état d’attention optimisée, une sur-attention qui leur permet à tout moment de réagir au moindre stimulus intellectuel intéressant et opportun. Cette surattention leur permet de capter et de relier la moindre information pertinente du fait d’un état d’éveil permanent, mais elle favorise aussi la détection des opportunités de recherche.
Cela présuppose que face à une attention de tous les instants de plus en plus dispersée, il demeure des processus attentionnels durables, des capacités d’éveil multiples qui sont en fait les ressorts de l’intelligence et les bases de l’interprétation et de l’analyse, une capacité qui permet de rapporter l’instantané à quelque chose de plus durable.
J’ose ici exposer une théorie discutable, je pense que cette capacité de réaction est clairement une capacité d’éveil, mais il s’agit aussi d’une potentialité quasi onirique tant elle est proche de situation de rêve éveillé. Je prends également le risque d’affirmer que c’est ici dans ce cadre que se joue la question spirituelle, question essentielle rappelée par Valéry et négligée par la démocratie et plus particulièrement par la laïcité. J’y reviendrai sans doute cette année sur le blog.
Par conséquent, tout n’est pas nécessairement négatif dans cette économie attentionnelle, ce que nous dit justement Yves Citton dans son dernier ouvrage :
« Non, l’hyper-attention alimentée par l’accélération numérique n’est pas inéluctablement vouée à saper les bases de nos capacités de concentration profonde. Mais oui, quelque chose de majeur est en train de se reconfigurer, dans lequel la distribution de l’attention joue déjà un rôle hégémonique. C’est bien d’un retournement qu’il convient de faire l’hypothèse : ce qui était un épiphénomène – prêter collectivement attention à ceci plutôt qu’à cela – est en passe de restructurer fondamentalement la façon dont nous (re) produisons matériellement nos existences. L’attention est bien la ressource cruciale de notre époque. »
Ainsi l’attention n’est pas qu’un territoire qui intéresse le marketing et ceux qui se désolent de cette perte d’attention qui nous rendrait plus stupides. C’est une histoire bien plus longue et qui intéresse d’autres disciplines comme le montre Citton, notamment les disciplines de l’art et du spectacle qui se sont interrogées très tôt sur l’art de l’attention ou de la distraction.
L’attention est souvent d’ailleurs étudiée sous un échelon individuel pour traiter les troubles de l’attention et proposer des solutions. Mais ces observations sont souvent stéréotypées et limitées, car l’attention se joue aussi parfois à l’intérieur, même s’il apparaît effectivement opportun d’observer les réactions du corps. Or le problème est celui d’un capitalisme attentionnel ou mental dont l’objectif est l’utilisation maximale des captations d’attention de tous pour susciter des désirs de consommation régulièrement renouvelés. Chez Stiegler, l’économie libidinale produit une forme de court-circuit qui vise l’individu consommateur à satisfaire un besoin. Si Yves Citton évoque une écologie de l’attention, c’est bien pour répondre à cette logique de l’instantané pour promouvoir une attention plus durable. Et c’est bien là, l’enjeu tant au niveau individuel que collectif. Au niveau collectif, l’attention est d’ailleurs proche de la veille.
Cette surattention, que je préfère nommer transattention, car elle se mobilise en différentes circonstances et supports, j’ai l’impression de la vivre au quotidien et depuis fort longtemps. J’ai simplement le sentiment que cette capacité ne cesse en fait de croître au fur et à mesure des années.
Comment dès lors ne pas percevoir cette transattention alors que je dispose de deux écrans d’ordinateurs différents d’allumés sur deux machines différentes, dédiées à des tâches différentes. Une machine est orientée travail classique et recherche d’information avec plusieurs onglets d’ouverts — même si je me soigne grâce à Onetab sur google Chrome — au moins cinq fichiers de traitement de texte sont ouverts qui sont les travaux sur lesquels je travaille en ce moment (avec notamment cet article de blog, deux articles en préparation et un document à corriger émanant d’une étudiante). A cela s’ajoute, trois ouvrages numériques ouverts dans Calibre, achetés sur Amazon, mais dé-drmisés, ainsi que trois documents powerpoint ouverts qui rassemblent les futures interventions à préparer. Sur l’autre machine que j’utilise moins il faut bien l’avouer, se trouve des recherches plus orientées loisirs et un seul traitement de texte est ouvert : celui de mon roman qui n’avance pas, faute de temps principalement, mais qui doit quelque part attendre son heure, car je suis capable une fois déconnecté du web de produire quasi 100 pages en 15 jours lorsque je suis vraiment en vacances loin des sollicitations diverses. Sans cette transattention, jamais je n’aurais été capable de publier en un peu de plus de quatre ans, quatre ouvrages, plus d’une dizaine d’articles et de faire tout un tas d’autres choses alors que je perçois fréquemment les dispersions d’attention notamment liées à tout ce qu’il y a à découvrir d’intéressant sur les espaces numériques, que ce soit des éléments hautement stimulants intellectuellement voire complètement futiles. Il est donc probable que ce qui semble parfois être des pertes de temps ne le soit pas totalement… Cette transattention réside dans le fait de pouvoir mobiliser au sein de notre cerveau, de notre esprit plusieurs champs d’analyse possible qui peuvent fonctionner tantôt séparément, tantôt de façon croisée.
La transattention, c’est cet état qui permet de se remobiliser une tâche en peu de temps, car on ne l’a pas totalement abandonné. Cela marche évidemment plus facilement pour des tâches superficielles, il faudra plus de temps pour des tâches plus intellectuelles. Ce qui explique le fait que certains chercheurs se plaignent de ne pas réussir à trouver du temps pour écrire, car il leur faut en fait plusieurs heures pour se remettre pleinement dans leur travail de réflexion. En ce qui me concerne, la pire perte de temps réside dans le fait que je dois penser sans cesse à des éléments plutôt d’ordre administratif au niveau de l’iut et que nécessairement mes capacités cognitives s’en trouvent diminuées pour d’autres questions. Inévitablement, cette transattention est fatigante et réclame des temps de repos.
Sans doute aussi, repose-t-elle sur une organisation de l’esprit qu’il faudrait encore repenser en lien avec l’ensemble de l’écosystème de nos outils qui sont là pour augmenter notre intelligence.

Je m’arrête là. J’ai assez abusé jusque-là de votre attention.