Génération Z : nouveaux usages, nouveaux publics.

Par défaut

Plusieurs articles et études viennent d’être publiés récemment à propos d’un public qui m’intéresse particulièrement à savoir la génération née après 1990. Cette dernière est nommée génération Z et aurait des particularités qui lui sont propres. Ainsi elle est née au moment de la création du World Wide Web et aurait été plongée dans un environnement doté d’interfaces graphiques ce qui expliquerait son attirance pour tout ce qui est multimédia et usages du sms, des mails et des messageries instantanées.

Je souscris assez à cette vision du fait que je crois qu’il existe de sérieuses différences entre les générations suivant le climat socioculturel, médiatique et technique dans lequel ils évoluent. D’ailleurs je le constate moi-même chaque jour auprès de mes élèves. Il est évident par conséquent que les comportements et les usages varient d’une micro-génération à une autre. La génération Z possèderait donc des habiletés communicationnelles et tisserait des liens plus forts grâce aux NTIC. Les articles ou les études que j’ai lus sur cette génération oublie parfois de mentionner un élément qui me semble également primordial. Outre le fait que ces jeunes gens soient fortement influencés par une communication basé par les nouvelles technologies, elle s’avère née après 1989, après la chute du mur de Berlin. Par conséquent les représentations politiques de mes élèves n’ont plus rien à voir avec celles des générations précédentes fortement marquées par des affrontements idéologiques souvent duales : démocratie contre dictatures puis guerre froide ouest-est. Pour beaucoup de ces jeunes gens vivant notamment dans les pays de l’OCDE, la situation politique dans laquelle ils vivent leur semble difficilement changeable :

    ils n’imaginent pas que la démocratie n’a pas toujours été présente.

    Malgré tout leur intérêt et leur confiance pour les institutions sont faibles.

 

La confiance est de ce fait plus grande dans les médias récents que dans ceux devenus traditionnels. Leur aisance semble plus grande dans la pratique du téléphone portable ou des de l’Internet. Certains observateurs notent la capacité de certains à utiliser leur téléphone portable tout en étant sur leurs blogs. Malgré tout il s’en dégage comme une superficialité parfois dans les usages. En effet beaucoup de ces usages seraient des mésusages ou des ab-usages comme le qualifieraient Yves le Coadic. En effet nous voyons fréquemment des détournements voire des négligences (concept que nous avons créé pour définir toutes les activités de non-lecture ou de mauvaise lecture.) C’est pour cette raison que l’information literacy devient primordiale face à l’entropie informationnelle. De plus nous notons une tendance à privilégier l’esthétique, voire le futile par rapport à l’information réelle ou à la connaissance.

 

Les pratiques de ces usagers nous incitent à entrevoir le futur de manière différente.

Les ebook et autres livres électroniques ont par conséquent à notre avis un avenir réel. Les machines numériques portables permettent de lire des vidéos, d’écouter de la musique ou de lire des ouvrages. D’ici quelques années, le livre électronique deviendra une réalité et aura surmonté ces actuels désavantages face au papier. Une réflexion est donc à mener au sein des bibliothèques car il est évident que le public adolescent n’y est pas toujours bien vu ou en tout cas incompris. Si leurs relations avec les bibliothèques sont trop éloignées, il est évident qu’ils n’y retourneront pas une fois adulte. Il faut réfléchir dès aujourd’hui à d’autres types de lieux culturels avec des bibliothécaires-médiateurs avec de la personnalité. Les réactions sur la liste biblio.fr (les chroniques des vieilles bibliothécaires) sont révélatrices d’un besoin de recruter des personnels ayant des qualités socioculturelles plutôt que des techniciens du catalogage.

Les temps changent, mutatis mutandis…

 

Bibliographie :

Le Coadic, Yves.(2004) Usages et usagers de l'information. ed;128-adbs. 

Worldwide Teen Generation Dubbed 'SuperConnectors'

Enochsson, A. (2005) "The development of children's Web searching skills – a non-linear model"   Information Research, 11(1) paper 240 [Available at http://InformationR.net/ir/11-1/paper240.html ]

 Le blog de Lorenzo Soccavo sur les livres électroniques: nouvolivreactu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.