La mesure de la popularité

Par défaut

Un article de Wired Magazine fait le point sur la popularité et notamment celle qui est issue de l’Internet.
Chris Anderson a d’ailleurs mis au point un gadget google qui permet de mesurer sa popularité personnelle, bref le page rank des personnes, voilà qui confirme bien la tendance actuelle de l’identité numérique et de l’indexation des activités des internautes et pas seulement des pages web.
Cela s’inscrit parfaitement dans ce que j’avais décrit comme le passage de l’autorité à la popularité et de la pertinence à l’influence.
Puisque désormais, nous sommes tous soumis à la mesure de la popularité au sein de l’Arcadie, vous pouvez donc tester vous-mêmes :

Vous constaterez que des blogueurs obtiennent des scores supérieurs à des stars…A méditer.
Je vous fait part de ma réflexion amorcée dans un futur article à paraître dans un colloque fin 2008 dont je vous livre le début

« Notre propos est de montrer que la redocumentarisation du monde (PEDAUQUE, 2007) franchit un nouveau pallier avec l’indexation de plus en plus fine de nos activités personnelles qui fait de notre double numérique un document qui prend forme dès la naissance . L’individu ou tout au moins son double numérique, voit ses activités tracées et répertoriées et pouvant être exploitées notamment à des fins commerciales. Il émerge comme un Ka documentarisé qui comme dans les mythes égyptiens naît en même temps que l’usager mais qui lui survit au-delà de son existence avec la conservation et la présence des données en ligne (ZISKIND, 2004) :
« Double uni au corps, il est de toutes les activités quotidiennes de l’homme. Puissance vitale, il confère protection, bonheur, santé et joie. Le Ka est capable de poursuivre une vie dans l’au-delà inspirée de sa vie antérieure. »
L’individu voit ses traces et ses activités répertoriées et indexées et donc transformées en documents exploitables (documentarisation) et réexploités à diverses fins (redocumentarisation) Ce mouvement s’inscrit dans ce que nous avons décrit précédemment sous le terme d’Arcadie qui constitue le prolongement du web 2.0 avec l’exhibition permanente des activités des usagers. Certains spécialistes de l’Internet comme Howard Rheingold vont jusqu’à prédire la fin de l’anonymat voire de la vie privée. Par conséquent les projets de culture de l’information et dans sa version internationale d’information literacy doivent redéfinir conséquemment leurs ambitions. »

update du 27 juillet : Philippe Lagane en parle également et nous donne un autre lien sur la mesure de la célébrité :
http://howto.wired.com/wiki/Celebrity_Meter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *