Twitter : faut-il muscler la cour de Récré ?

Par défaut

Finalement, il aura fallu l’arrivée de Frédéric Lefebvre pour que le poids des listes soit le mieux compris sur twitter.

Ce dernier ne parvient pas à endiguer le flot de redocumentarisation malgré le fait qu’il bloque au maximum ceux qui le listeraient d’une manière qu’il juge inopportune. Il déplore dans son interview par Barbier (@C_Barbier c’est un peu l’intello de la cour de récré qui essaie de faire des exposés pour se faire bien voir des profs) que twitter n’est pas assez costaud notamment pour supporter des campagnes électorales. Mais est-ce le but de twitter ? Faut-il plus de contrôle …faut-il vraiment faire de Twitter, un lieu sérieux, sécurisé avec des comptes vérifiés ?

Je n’en suis pas certain car twitter demeure pour beaucoup de ses usagers une cour de récré plutôt agréable. Twitter présente beaucoup de réminiscences de ces lieux entre les cours où s’effectue la vie des établissements. Cour de récré, machine à café, in between difficile à cerner notamment des dirigeants qui sont quelque peu dépossédés de leur pouvoir en ces lieux. Il y a des modes sur twitter, les nouveaux hashtags c’est peu comme l’arrivée de nouveaux gadgets ou le port de badges dans les années 80. On commente tel ou tel évènement comme on le faisait le jeudi matin à propos du film du mardi soir. De plus les listes de twitter ce n’est rien parfois rien d’autre que le fait de figurer dans les listes des préférés des filles à l’école primaire. Je note qu’un phénomène similaire se développe sous Facebook à l’heure actuelle. Il y a sans doute aussi des logiques de bande également. Il faut en être comme dans «  le best-of de @Silvae » (Silvère Mercier)

Finalement, tout cela prouve qu’il demeure chez nous une part d’enfance. Etymologiquement, nous sommes tous un peu in-fans, c’est-à-dire incapables de pleinement exprimer le monde qui nous entoure et surtout de plus en plus incapables à en prendre le contrôle. Même si la plupart des twitteriens français rêvent de virer le dirlo et toute sa clique.

Twitter, ce n’est donc pas si sérieux que cela, mais cela peut être un instrument de veille, voire de bienveillance mais aussi de vigilance. Cela signifie aussi que dans la cour de Récré de twitter, on a bien envie de laisser enfermer dans les toilettes, la petite Edwige, le méchant Hadopi et le sournois Loppsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *