Hommage à Robert Escarpit : Bob is Back !

colloque Escarpit
Par défaut

Un petit texte écrit dans le cadre du concours 2016 des 50 ans des IUT. J’avais pour l’occasion écrit une nouvelle dédiée à Robert Escarpit.

Je la publie ici en rappelant que va se tenir un important colloque prochainement sur cet acteur des universités et des SIC.

colloque Escarpit

Le colloque Robert Escarpit en septembre 2018

Voici donc ce texte : Bob is Back (en Bob is back)

Bob is back

Rouletabosse s’ennuyait. Son créateur était parti depuis trop longtemps. Il ne pouvait demeurer plus longtemps sans pouvoir déambuler, son petit carnet à la main, pour pouvoir prendre des notes. Il aimait tant faire son travail de journaliste, même s’il devait continuer pour cela à subir les brimades de son rédacteur en chef, l’as du ciseau qui lui réduisait ses articles à la portion congrue. Toute cette ambiance lui manquait, peu importe ce que son créateur avait prévu pour lui. Il voulait vivre à nouveau et toucher des lecteurs qui ne le connaissaient plus depuis bien de trop longtemps.

Il n’était plus qu’un personnage en quête d’auteurs, prisonnier des souvenirs de trop rares lecteurs qui se souvenaient de lui. Robert Escarpit s’en était allé vers d’autres aventures et il n’était pas prêt de revenir. Pourtant, il y a 50 ans, c’était bien différent, Robert impulsait le développement des premiers IUT du tertiaire à Bordeaux avec des formations en journalisme et en animations sociales. Dans les années 80, il fit naître un petit être étrange : Rouletabosse, un journaliste bossu qui devait sa silhouette étrange au fait qu’il était toujours en train d’observer ce qu’il voyait au point d’être toujours courbé. Rouletabosse avait ainsi pu prendre vie au gré de l’imagination de son auteur aujourd’hui disparu. Mais depuis aucune aventure ne lui avait été proposée.

Quelle injustice de se trouver ainsi coincé alors qu’il n’aspirait qu’à reprendre du service !

Certes, il est vrai, il n’était qu’un personnage de fiction mineure destinée à la jeunesse. Loin de lui l’idée de vouloir s’échapper pleinement de son contexte initial de production comme Sherlock Holmes. Il n’avait pas cette prétention. Il espérait qu’un auteur quelconque finirait par lui donner une seconde chance et quoi de mieux qu’un concours de nouvelles pour reprendre vie ? Et Rouletabosse était malin, il avait su se placer idéalement pour être le passager que l’auteur prend en stop alors qu’il élabore son chemin d’écriture. Impossible de ne pas céder à sa demande.

C’est ainsi que Rouletabosse vient prendre place à mes côtés dans cette aventure pour mieux me raconter ce qu’il avait envie de dire et d’écrire :

« Il faut que je te parle de Robert. J’aimerais que tu le fasses revenir… »

Le petit bonhomme, à l’embonpoint certain et à la moustache malicieuse semblait bien sûr de lui. Je savais que lui répondre d’autant que Rouletabosse avait un accent assez prononcé, accent que je n’avais guère soupçonné auparavant. La mission paraissait complexe. Je ne connaissais pas particulièrement Robert. Je ne le côtoyais qu’à l’occasion de lectures au cours de recherches, puisant çà et là, réflexions et citations opportunes. Robert était de plus en plus l’Escarpit des sciences de l’information et de la communication, et de moins en moins celui des aventures du reporter Rouletabosse.

Pourtant, il fut un temps où cela fut différent. Au commencement d’ailleurs. Je m’en souviens encore. Ce n’était qu’une « prise » de bibliothèque alors que je devais avoir 8 ou 9 ans. Je visualise encore parfaitement l’endroit dans les rayonnages où se trouvait le livre qui m’a fait connaître Rouletabosse. L’illustration de couverture m’avait intrigué tout autant que le nom du personnage principal. Je n’avais pas saisi l’allusion à Rouletabille de Gaston Leroux que je découvrirais plus tard, même si mon père m’avait fait remarquer la similitude lorsqu’il me vit lire le petit roman de Robert Escarpit. Du contenu exact, je ne m’en souviens guère, si ce n’est que l’ouvrage était relativement drôle, que les illustrations jouaient à merveille leur rôle et que l’histoire mettait en scène un petit journaliste sans grande envergure au sens figuré, mais qui en avait davantage au sens propre. Je me souvenais également que le pauvre Rouletabosse menait ses reportages avec une certaine rigueur, muni de son carnet et de son stylo. Mais ce qui m’avait le plus marqué dans cette histoire et que je n’ai jamais oublié, c’était le terrible sort que faisait subir à ses articles, le terrible rédacteur en chef. Ce dernier usait à l’envi du ciseau pour réduire les articles au strict essentiel pour qu’ils puissent être intégrés dans le journal à la portion congrue. Étonnant qu’un personnage si épais ne puisse finalement réaliser que de si minces articles. Voilà pourquoi je n’ai jamais oublié Rouletabosse et donc son auteur, tant j’ai étroitement associé les deux noms pendant des années sans en savoir plus.

Ce n’est donc que plus d’une décennie plus tard que j’ai entendu à nouveau parler d’Escarpit. Mais cette fois-ci, il ne s’agissait plus de Rouletabosse du tout. J’étais à l’université Rennes 2 et Escarpit figurait parmi les références citées dans la mention documentation de ma licence d’histoire. Il me fallait sortir Escarpit du tiroir de la littérature jeunesse dans lequel je l’avais enfermé avec le souvenir de l’emplacement du petit roman dans la bibliothèque du quartier de mon enfance. Robert Escarpit était donc plus que cela. J’avoue que j’avais aussi un peu de mal à comprendre qu’on avait oublié qu’il avait également donné à vie à Rouletabosse lorsqu’on évoquait ses écrits d’enseignant-chercheur. Jeune étudiant, le souvenir de Rouletabosse demeurait et s’avérait aussi important pour moi que les écrits plus scientifiques de Robert Escarpit.

Les années ont passé. Bientôt 20 ans après ma seconde rencontre avec Robert et 30 ans après la première. Un homme n’est jamais le même selon l’époque où on le rencontre…

La proposition de Rouletabosse paraissait quelque part irréalisable tant il s’agissait de faire de moi l’intermédiaire d’un personnage qui souhaitait faire revivre son auteur. Auteur, Escarpit l’était assurément, mais c’était réduire en un mot un individu qui avait été également professeur, chercheur, conteur, analyste, affabulateur, engagé, encarté, écarté, écarteur, visionnaire, aveuglé, romancier, traducteur, démocrate, tyran, mari, séducteur, créateur, fondateur, instituant, rebelle… mort, mais encore vivant dans les souvenirs et les écrits.

Comment parvenir à faire revivre ainsi un tel personnage ? Rouletabosse paraissait jubiler de ma difficulté à appréhender le problème. Il souriait en coin et sa moustache s’allongeait de plus en plus et semblait se trémousser. Rouletabosse reprenait vie, c’était certain, et il manifestait une joie certaine quelque peu communicative. J’avais également envie de rire, tout en me demandant s’il fallait considérer le rire comme une forme de communication équivalente à celles qui prétendent pouvoir converser avec les morts. C’est alors que mû par cette soudaine hilarité, je me pris d’interpeller Escarpit :

« Escarpit, escartefigues, voilà à quoi ton nom me fait penser ! Escarpées, voilà les promesses que portent ton nom, escarres, scarifications, escarrifications, carpe diem, pitre et Pit et Rik, pittoresque, sempiternelles fourberies de Scapin, scapulaire et autres aventures du capitaine Fracasse, que ton nom dissimule tant de personnes. Laquelle osera me répondre ? »

Ma litanie insensée ne produit aucun effet, et je n’obtins évidemment aucune réponse d’outre-tombe. Cependant, Rouletabosse, l’œil vif ne cessait de prendre des notes. À croire que l’audacieux personnage menait l’enquête sur moi !

Je cessais d’interpeller Escarpit pour glisser à Rouletabosse :

« Tu veux venir à l’IUT ? »

Rouletabosse se contenta de faire briller ses yeux en guise de réponde. Je le menais alors dans les lieux dans lesquels j’exerçais depuis près de cinq ans. Ce n’était pas l’IUT originel bien entendu, mais l’esprit de Robert y était tout de même présent. Certains avaient sans doute tenté de poursuivre son œuvre, quelques-uns de façon modeste, les épigones de façon médiocre, certains ne parvenant jamais à comprendre la dimension des sciences de l’information-communication, lui préférant l’étroitesse d’une pensée convenue. Et Rouletabosse qui notait inlassablement toutes mes remarques, courbant son dos pour mieux griffonner toutes mes élucubrations sur Robert et ses disciples. Il me suivait alors que nous parcourions l’IUT, courant dans l’étrange escalier à ma suite alors que j’essayais de grimper en ayant l’air d’un imbécile à grands pas. Je voulais le mener du côté de mes milieux d’exercices, territoire de l’information-communication, l’infocom où se mêlent finalement comme l’avait sans doute pressenti Robert tout autant l’ivraie communicationnelle que le faux comme, ainsi que tous les aspects de l’informel et du formel, de la formation et de la déformation, du livre et de l’ivresse, du support et de l’insupportable, du document et du monument, du commun et de l’incommunicable, de l’information et de la désinformation, de l’ire et de l’erreur, de l’autorité et de l’autoritarisme, de la médiation et du remède, de l’antidote et du poison, de la lecture et de l’écriture, de Rouletabille à Rouletabosse, du journaliste au blogueur…

Rouletabosse s’arrêta soudain, l’air intrigué et curieux :

«          Du quoi ?

  • Du blogueur, mon cher Rouletabosse. Il va te falloir te mettre à la page, si je puis me permettre. Tu devrais passer une année ici pour te former !
  • Mais qu’est-ce donc ?
  • Un blogueur est une personne qui écrit et produit du contenu en ligne sur une plateforme dédiée qui enregistre ainsi ce qu’il écrit plus ou moins régulièrement. Cela signifie web log en fait… tant de noms qu’il va te falloir apprendre, toi qui as connu le succès dans les années 80 : Internet, web, web 2.0, réseaux sociaux, digital labor, tags, likes, surveillance, cookies, spam, mashups, API, onepage, WordPress… » 

 

Je m’élançais dans une liste sans fin comme si je lui exposais ou plutôt explosais à la figure une série de noms qui constituaient autant de savoirs et de compétences qu’il ignorait complètement.

Rouletabosse rapetissait à mesure que j’exposais ces étranges évolutions et ce vocabulaire inqualifiable pour lui.

« Il est venu le temps des humanités digitales, mon cher Rouletabosse ! »

Le petit journaliste ne souriait plus. Pire, il commençait à transpirer et je commençais à sentir sa sueur empreinte d’angoisse, qui en devenait assez désagréable.

Désormais, totalement à l’aise, j’avais l’impression d’être devenu le rédacteur en chef du petit journaliste, sauf que ce n’était pas son texte que je réduisais, mais bien le journaliste lui-même… J’osais même en rajouter de façon suffisante :

« Que veux-tu, il s’en est passé en 50 ans ! Joyeux anniversaire, mon petit Rouletabosse ! »

Je compris que j’avais été un peu loin. Le petit être de papier était en train de se dissoudre, tel un vieux parchemin aux proies aux flammes. J’essayais de me raisonner, et que tout cela n’avait aucun sens. Je cherchais en vain de l’aide, mais personne ne semblait être présent dans l’IUT. Cela ne pouvait être vrai, je tentais de sortir de ce que je pensais être un mauvais rêve. Mais ça n’était pas le cas. Je ne me souvenais plus comment j’étais arrivé à l’IUT, et comment j’avais pu y mener avec moi le reporter bossu si ce n’est pas la force de l’esprit.

Rouletabosse s’était consumé au point de n’être plus qu’un amas de confettis brûlés… comme autant de souvenirs éparpillés. Qu’avais-je donc fait !

Pris par un remord absurde, je tentais de recueillir ce qui restait du petit être comme s’il était encore possible de le reconstituer. J’affleurais avec mes doigts les petits bouts de papier cramés, dans l’espoir de les rassembler pour leur donner forme à nouveau. Un carré noir par-ci, un autre moins noirci par là. Je ne savais quel était le sens que je cherchais, mais tout compte fait, mes manipulations finirent par produire un effet. J’étais parvenu à reconstituer le visage de Rouletabosse. Je l’avais recréé tant bien que mal. Une dernière touche finale, et un nouveau Rouletabosse apparut comme par magie. On aurait dit SuperMario surgissant d’un horizon perdu… Le petit journaliste reprenait vie, rassemblait ses pixels et se mettait à descendre et remonter les marches de l’IUT avec une facilité déconcertante. Il circulait telle l’information virale sur les réseaux sociaux avec une aisance qui contrastait avec son physique rondouillard. Je le vis alors partout. Il était sur tous les pc des salles informatiques, sur mon portable et sur tous les sites et réseaux sociaux que je tentais alors de consulter. Il se jouait des nouveaux mondes digitaux et je vis alors arriver des sucres d’orge de toutes les couleurs et autres joyeusetés sucrées qui se mirent à peupler l’IUT qui était en train de devenir une interface numérique, avec une esthétique issue des jeux d’arcade des années 80… Rouletabosse allait et venait et accumulait les bonus et les points à l’envi. Il semblait impossible à arrêter, mais l’envie de partir à sa suite finit par me gagner. Je parcourus alors l’IUT de Bordeaux Montaigne dans son intégralité, surfant sur des chamallows géants dans le plateau télé, chipant un nombre incalculable de nounours gélifiés à la bibliothèque, de guimauves en chocolat à la cafétéria, et volant dans les amphis sur des licornes en sucre. Je montais avec une aisance incroyable les escaliers en accumulant les points avec une facilité déconcertante. Je trouvais étonnant l’absence de collègues et d’étudiants certes, mais l’aventure valait le coup d’être vécue. Rouletabosse grossissait à vue d’œil au fur et à mesure qu’il engloutissait les uns après les autres bonbons et autres douceurs. À cette allure, je craignais qu’il ne finisse par éclater par péché de gourmandise. Mais au contraire, il gagnait sans cesse en agilité. Il s’éloignait de plus en plus de moi, au point qu’il m’était impossible de le suivre désormais. Je le vis devenir bleu, puis se diviser en une infinité d’unités… Des millions de Rouletabosse apparurent alors sur les médias sociaux, telle une campagne de marketing digital parfaitement orchestrée.

Je n’avais pas fait revenir Rouletabosse comme je le croyais. Il n’était qu’un intermédiaire, un messager, le missi dominici de son créateur. Le message qui faisait le buzz sur Twitter était pour moi éloquent et ne laissait aucun doute possible :

Happy Birthday ! Bob is Back !’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *