Category Archives: Sur les traces de Vannevar :articles

Ici je mentionne mes publications ou d’autres ayant retenu mon attention.

Vers une tératogénèse documentaire?

Je travaille actuellement sur un article sur les mutations du document numérique.

Voici quelques unes de mes réflexions sur le sujet de la tératogénèse documentaire où se mêlent monstres, légendes et hérauts.

Le monstre est à l’origine une chimère, un élément crée par l’homme ou ce que dernier vise à montrer comme l’indique l’étymologie du mot. Il en est de même désormais du document numérique qui peut être qualifié de monstre en étant à la fois difficile à définir et à délimiter, pouvant se métamorphoser et se devant d’être vu et montré. Le document se doit d’être désormais populaire notamment au sein de la blogosphère.

Ces changements documentaires aboutissent à la transformation suivante :

Le savoir cède ainsi sa place au c’est à voir. Le document intéressant n’est donc pas nécessairement pertinent, mais au contraire cocasse, drôle, facile à transmettre comme par contagion. Par conséquent, rumeurs, trucages, bêtisiers, vidéos coquines ont tout autant d’importance voire plus dans la blogosphère que l’article scientfique ou l’information politique internationale. Les notions de pertinence s’effacent devant celles d’influence. L’encyclopédie Wikipédia étant parfois symptomatique mêlant des articles de qualité aux articles médiocres voire truffés d’erreurs sans compter les articles pseudo-scientifiques notamment sur la dianétique. Borgès n’aurait guère imaginé mieux, une bibliothèque de Babel infinie qui contient d’étranges documents fluctuants. La mystérieuse cité de Tlon évoquée dans Fictions . Wikipédia affirme que les articles les plus populaires (sic) sont les plus corrigés et donc les plus fiables. Les erreurs historiques que contient l’article Internet interrogent. Ainsi au savoir prédomine le populaire, la légende : étymologiquement ce qui doit être lu (que ce soit de la lecture de textes ou d’images : la notion de texte pouvant être élargi cf. Yves Jeannneret) comme le montrait Michel Foucault dans les Mots et les choses à propos des encyclopédies du XVIème siècle qui mélangeaient les faits avérés et les mythes.

Notre analyse s’appuie sur l’évolution du web via le développement de la blogosphère et des folskonomies (système d’ »indexation »? -d’annotations plutôt- collaborative libre), de leurs principales caractéristiques et des usages qui en sont faits. Les blogueurs populaires étant plébiscités par leurs lecteurs et de plus en plus courtisés par les publicitaires, ils deviennent les nouveaux hérauts qu’il faut lire et écouter (podcast oblige)

Finalement, cette redocumentarisation du monde qualifiée par Roger Pédauque est productrice d’une information difficile à distinguer, parfois redondante voire sans cesse commentée. D’ailleurs ces commentaires nous ramènent à la définition foucaldienne [1]: « la tâche infinie du commentaire se rassure par la promesse d’un texte effectivement écrit que l’interprétation révèlera un jour dans son entier. » Finalement cette tératogénèse documentaire n’est pas synonyme d’enrichissement culturel et les savoirs offerts et disponibles au plus grand nombre deviennent l’apanage des initiés. Le parcours documentaire constitue un cheminement, une construction qu’il convient d’apprendre et de transmettre. Sans doute aussi parce qu’information et savoirs sont liés par l’éducation.

 

Source de l’image : le bestiaire médiéval.


[1] Michel Foucault. Les mots et les choses. Gallimard. p. 52

Article sur le web 2.0 : Le succès du web 2.0 : histoire, techniques et controverse.

 

Voici donc en ligne sur archivesic mon article sur le web 2.0 :

Le succès du web 2.0 : histoire, techniques et controverse.

résumé : 

Le succès du web 2.0 nécessite une analyse afin de tenter de définir un terme fortement employé depuis quelques mois mais dont il est très difficile de déterminer les frontières tant théoriques que techniques. Nous tentons ici d'apporter quelques éclaircissements sur ce phénomène.

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00133571 

L'article permet de mieux comprendre les cartes sémantiques sur le sujet :

http://gde.jexiste.fr/stageweb2.0/Stage%20web%202.0/ 

Voici l'introduction du texte la suite sur archivesic.

1. Introduction

Le but de notre propos est d’analyser la notion de web 2.0 qui est très à la mode du point de vue « web marketing » et qui est parfois décriée par certains techniciens du web. Nous pouvons même poser la question : le web 2.0 existe-t-il vraiment ? Il semble en effet que le web 2.0 soit d’abord une idée, et peut-être même une idée recyclée. Néanmoins le succès du web 2.0 est notable. Quels concepts pourraient nous aider à comprendre les conditions de la réussite d’une notion aussi floue ? Nous sommes confrontés ici à de fortes hybridations entre les techniques, les individus, les imaginaires et les discours. Ce travail nous interroge aussi sur notre posture tant nous sommes au cœur de ces dispositifs au point d’en vanter parfois les mérites[1]. Il nous a fallu sortir des a priori et tenter de mieux discerner mythes, utopies voire dystopies qui entourent le web 2.0. Nous sommes donc confrontés à un processus émergeant et qui est parvenu à obtenir un écho fort ce que certains nomment parfois buzz dans la blogosphère D’ailleurs le web 2.0 fonctionne comme un marketing viral parfois également appelé buzz marketing Faut-il se tourner dès lors vers la mémétique[2] (Dawkins 2003)? Par conséquent que dire du mème « web 2.0 » si ce n’est qu’il évolue effectivement selon chacun et qu’il est donc difficile de bien le saisir et l’isoler. Notre maîtrise de la mémétique est encore trop limitée pour que nous puissions procéder à une analyse uniquement par ce biais. Les travaux de Dan Sperber (Sperber 1996) autour d’une approche épidémiologique ainsi que ceux de l’historien Raoul Girardet (Girardet, 1986) concernant le mythe du complot constituent également des pistes intéressantes sur les théories concernant l’évolution des idées. Nous avons donc fait le choix de procéder à une analyse des conditions historiques et techniques d’émergence du phénomène ce qui nous a conduit à nous interroger sur les visions (les imaginaires ?) et les aspects sous-jacents du web 2.0.

 

Autorité et pertinence vs popularité : et influence : réseaux sociaux sur Internet et mutations institutionnelles

L'article est désormais en ligne sur archivesic.

Il s'agit d'un work in progress, il est donc en phase de travail.

Mais comme il me l'a été demandé et qu'il peut être intéressant d'ouvrir le débat, j'ai décidé de le mettre en ligne avant d'éventuellement le publier dans une revue plus prestigieuse et même reconnue par le CNU !Cool

Je livre donc pour vous mettre l'eau à la bouche l'introduction de l'article. 

 L'avatar du GDE profite de sa popularité.

 

 

Introduction :

Notre propos vise à monter que les réseaux sociaux qui se développent sur Internet au travers de la blogosphère ou via le phénomène qui est souvent qualifié de web 2.0 achèvent la remise en cause des autorités traditionnelles et aboutissent à une nouvelle donne. L’autorité qualifiée par Hannah Arendt[1] de capacité d'obtenir l'obéissance «sans recourir à la contrainte par la force ou à la persuasion par arguments,» se voit de plus en plus disputée par d’autres moyens de légitimité.

Ainsi l’autorité conférée institutionnellement ne vient plus de la transcendance mais bel et bien de l’influence voire de la popularité. Ce bouleversement amorcé depuis bon nombre d’année puise généralement son origine d’une désaffection pour la religion et d’un détachement vis-à-vis des traditions.  Néanmoins ces phénomènes ne signifient pas un rejet total du lien social ni de la possibilité de conférer une forme de légitimité à autrui. Les travaux des médiologues ont montré que la videosphère confère une forme de légitimité à la star. Les réseaux sociaux ne confèrent pas nécessairement un rang de star à tel ou tel blogueur mais une forme de reconnaissance mesurable. Ces transformations ne sont pas sans danger tant les possibilités de manipulations sont grandes au sein du phénomène que l’on nomme parfois web 2.0. Il convient donc de mettre en place une formation à la culture de l’information si nous ne voulons pas demeurer dans la crise de la culture.

 

Les transformations conceptuelles

Les glissements de concepts suivant s’effectuent alors :

- Passage de l’autorité à la popularité

- Passage de la pertinence à l’Influence.

 

Présentation disponible sur slideshare ou à télécharger :


[1] «Le mot auctoritas dérive du verbe augere, «augmenter», et ce que l'autorité ou ceux qui commandent augmentent constamment, c'est la fondation. Les hommes dotés d'autorité étaient les anciens, leSénat ou les patres, qui l'avaient obtenue par héritage et par transmission de ceux qui avaient posé les fondations pour toutes les choses à venir, les ancêtres, que les Romains appelaient pour cette raison les majores». (Arendt, 1989)

 

 

 

L’intelligence économique, réflexions sur une discipline

Un article intéressant sur l’intelligence économique, ses développements actuels et ses difficultés à être clairement identifiée. En effet, il y a souvent beaucoup de mélanges ce qui est gênant pour le projet universitaire qui pourrait émerger.
Quelques interrogations à lire ici.

  • divers

  • Archives