Le modèle économique de Facebook ou le trésor de Rennes-le-Château

Par défaut

A l’heure où la réflexion est au modèle économique de Facebook, je souhaite avancer quelques réflexions. Au préalable, vous pouvez consulter le travail réalisé par Fabernovel ainsi que les billets de Jean Michel Salaun et d’Olivier Etzscheid.

Si le doute subsiste quant au modèle économique et à la pérennité du succès selon JMS et OE, je dois avouer que je ne partage pas tout à fait le même avis.

Je pense que facebook est un média à part entière et permet une interopérabilité autour d’outils web 2.0 qui ne cesse de s’améliorer.

De plus sa puissance réside effectivement dans l’économie de l’attention et les usagers de Facebook ne le démentiront pas, le réseau peut être chronophage notamment parce qu’il y a de plus en plus d’applications diverses et variées mais aussi car l’information fonctionne par mémétisme.

De ce fait les possibilités publicitaires me semblent inespérées à plus d’un titre :

Premièrement, Facebook permet d’envisager une personnalisation de la publicité accrue grâce notamment à la somme d’informations mise à disposition par les usagers eux-mêmes.

La seconde offre des dimensions de diffusion publicitaire virale inespérée grâce notamment au mémétisme.

Troisièmement, les systèmes de recommandation publicitaires vont pouvoir s’y greffer facilement avec rétribution à la clef pour les usagers les plus influents.

Quatrièmement, Facebook glisse peu à peu vers l’identifiant universel et permet de centraliser l’ensemble de l’information en un lieu ce qui constitue une mine avec laquelle Google ne peut pas rivaliser.

Cinquièmement, Facebook est basé sur la communication avant la recherche d’informations. Le modèle n’est pas celui du consommateur mais celui de l’acteur qui diffuse et communique même si cela reste phatique. Cela correspond aussi à la tendance actuelle de l’Internet et des futures générations qui préfèrent bidouiller que d’analyser l’information.

Sixièmement, Facebook se transforme en OS. Google n’y est pas vraiment parvenu, mais Facebook s’y approche. Dès lors bientôt les services de vidéos à la demande et même la diffusion gratuite d’émissions de télévision, de radio ainsi que la presse en ligne passeront par ce biais et partageront les recettes publicitaires.

– Septièmement, des possibilités de nouveau modèle de diffusion des films et de la musique vont s’ouvrir grâce à un meilleur suivi des téléchargements et une rémunération liée à la publicité engendrée.

Huitièmement, un modèle économique est d’autant plus viable que vous faites travailler les autres gratuitement. La multitude d’applications développées contribue à son succès. Facebook s’inscrit dans la lignée de la stratégie économique du web 2.0.

Finalement, une nouvelle fois, la question n’est sans doute pas là. La modèle économique de Facebook c’est qu’il contient tous les modèles possibles.

Dans notre Arcadie, Facebook c’est le trésor de Rennes-le-Château et tant qu’il y aura des gens pour y croire…L’économie étant basé sur la confiance, Facebook n’est ni plus ni moins qu’un nouvel intermédiaire qui doit sans cesse convaincre. Et rien que d’en parler, c’est autant de buzz généré. Plus on cherche le modèle économique, plus on aide à sa construction. Mark Zuckerberg est-il pour autant le nouveau Béranger Saunière, mais il convient sans doute de se souvenir de l’avertissement du mystérieux curé : Iste locus terribilis est…

Le problème est probablement autre qu’économique : en effet que fait l’institution ?

Pourquoi ne pas développer de telles applications couplées avec des plateformes en ligne (genre moodle), des plateformes de blogs (Elgg) voire des plateformes de diffusion de l’information pédagogique et scientifique (Dspace) dans nos universités, Ecoles et administrations ?

3 réflexions au sujet de « Le modèle économique de Facebook ou le trésor de Rennes-le-Château »

  1. christophe

    J’ai appris deux mots ce matin grâce à vous!
    Je ne sais si je dois vous en remercier, ne désirant devenir ni plus bourgeois, ni meilleur homme!
    Un troisième me ferait tout oublier: que veut dire mémétique?
    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *