Le storytelling de l’ultralibéralisme

Par défaut

Depuis quelques jours circule une conférence Ted sur les générations Y (241 000 vues). J’ai fini par écouter, et j’ai eu raison, car c’est un cas d’école. Une conférence sur les jeunes générations est intéressante a priori, notamment quand elle prétend sortir des caricatures négatives. Seulement, la conférence incarne une série de discours qui ne peuvent qu’intéresser les sciences de l’information et de la communication, tant il s’agit justement d’un discours qui se veut évident, et qui ne souffrirait d’aucune contestation. On a un véritable storytelling de l’ultralibéralisme sous couvert de coolitude (qui n’est pas le cool, mais le kiff…). La vidéo est un bon exemple à étudier dans toutes les universités pour démonter ce type de discours qui fonctionne de manière viral, mais qui est n’en fait qu’un produit idéologique mâtiné d’agitation de l’esprit, c’est-à-dire d’une stultitia opposée à une skholé.

La vidéo est ici :

La conférence d’emblée prétend prendre de la hauteur vis-à-vis des discours. Mais il ne s’agit pas d’hauteur, mais d’une forme de mépris ultralibéral, ce qu’on comprendra après avoir tout entendu. Ceux qui me connaissent savent que je suis plutôt favorable au changement, mais jamais de manière béate. Je crois aussi ne pas être un antilibéral, bien au contraire, mais impossible de rester impassible face à une telle soupe.

On reste aussi dans une logique de rupture générationnelle avec le propos classique sur le volume massif des nouvelles générations qui vont devenir majoritaires sur la planète. C’est le discours classique des digital natives de Prensky avec une nouvelle génération amenée à avoir une influence aussi forte que les baby boomers. Le mot digital natives est d’ailleurs convoqué avec une référence à Michel Serres (référence qu’on retrouve sur une des entreprises de la conférencière, the boson project…)

La conférencière sort alors le concept de post-moderne comme s’il était évident. Sans doute pour accroître l’idée qu’il y a comme une réflexion philosophique dans ses propos.

« Première génération omnisciente… grâce à l’externalisation… » C’est clairement en effet le sujet intéressant, mais la conférencière ne l’interroge pas, il est vrai que le format ne s’y prête pas.  On espère entendre parler d’hypomnemata… mais non, le temps est à l’assimilation d’un discours révolutionnaire technologique qui permettrait la révolution politique. Et de ce fait, on arrive alors au mensonge le plus total : on peut faire tomber un gouvernement en une portée de clics, affirme la conférencière! Ici, on  touche le fond  car on est dans la confusion avec les révolutions arabes qui ont pu s’appuyer les réseaux sociaux comme twitter mais pour s’organiser. On confond organisation et information, ainsi que communication et action. Si personne ne prend un risque en descendant dans la rue, les pétitions ne vont pas mettre les gouvernants dehors. Si les Syriens pouvaient choisir entre partir en exil, et virer les différents courants politiques anti-démocatiques en un seul clic, ce serait si simple ! Mais bon la conférencière n’est pas une scientifique, c’est une entrepreneuse, elle a donc toute légitimité…

Arrive ensuite  le passage sur le monde du travail avec les problèmes managériaux qui gêneraient particulièrement les jeunes générations. Les problèmes managériaux gênent depuis longtemps beaucoup de salariés… les syndicats sont là pour en témoigner. Alors certes plus de jeunes effectivement tentent de voir ailleurs quand ils ne sont pas satisfaits… mais c’est quelque chose qui n’est pas si nouveau non plus. On ose davantage changer quand les charges de famille sont faibles et qu’on pense tenter sa chance ailleurs. Rien de nouveau à ce que ce soit le cas pour les jeunes actuellement malgré un chômage élevé. Il est probable que l’attitude changera lorsqu’il y aura une sorte d’équilibre entre satisfaction personnelle et des aspects plus pragmatiques. Durant les années 60, la situation permettait des changements de travail beaucoup plus fréquents. Il était possible de quitter un boulot le matin pour en retrouver un autre dans la journée. En tout cas, la conférencière confond son propre cas avec celui de l’ensemble de toute une génération.

Vient ensuite, le discours classique que la jeunesse espère opérer des changements. Là aussi, finalement, on s’agace un peu, car après tout, c’est quoi cette jeunesse… la conférencière parle globalement d’une génération qui serait somme toute similaire partout. On sait que ce n’est pas de la sociologie, mais vouloir mettre tout le monde dans le même panier.

Si le discours apparaît celui du changement, certains mots interpellent rapidement…quand la conférencière affirme que la jeunesse fait « le pari de la flexibilité avant la sécurité « (7min 36)… On a un doute, car c’est pile le discours libéral classique. On pense néanmoins que cela peut être une critique envers l’obsession sécuritaire qui pèse sur le pays des mois, mais la phrase suivante est claire : « l’exemplarité avant le statutaire ». On est totalement dans le discours libéral  qui vise sous couvert de changements super sympathiques à casser des acquis sociaux.  Je me demande encore ce qu’elle entend par exemplarité… Pour ce qui est « de l’ambition de s’accomplir » avant celle de réussir, on pourrait se rassurer,  mais après réflexion on se dit qu’au final les discours libéraux du genre : « l’important ce n’est pas le salaire mais l’accomplissement personnel… » font pas mal écho à ce genre de position. Il est vrai que la littérature sur le sujet abonde, et c’est assez pratique car cela fait reposer ses difficultés personnelles et financières sur une incapacité personnelle à s’accomplir.

Attention, à 7minutes et 50 secondes arrivent le concept de fin de l’histoire ! Fukuyama is back ! On sait que cette théorie intéressante puisait aux visions de Hegel puis de Kojève dans l’espoir que l’histoire était en marche vers une démocratie grandissante qui allait concerner toute la planète. Chez Fukuyama, c’était l’alliance entre le capitalisme et la démocratie qui incarnait cette promesse avec une forme de normalisation qui allait s’imposer à tous. Le capitalisme a viré casaque depuis longtemps…

La conférencière propose alors un modèle en rupture avec des jeunes générations qui ne seraient pas promises à un avenir plein de réussite, mais qui auraient alors besoin d’imaginer un autre monde quelque peu à côté… avec de la précarité (le mot est prononcé sans que ce soit perçue si négativement). Des lors s’en suit un couplet sur la série d’expériences professionnelles dont il faut que  le jeune parvienne à trouver un sens lui-même. On imagine bien que ce sera plus facile à faire quand on aura enchaîné quelques stages durant son cursus dans de bonnes formations et d’excellents CDD dans de grosses boîtes, que des stages raccros et de petits contrats sans lendemain pour subsister. Mais bon, ce n’est pas grave… car du moment qu’on en trouve le sens soi-même…(ce n’est plus le sens de l’histoire, c’est le sens de sa propre histoire…)

La phrase suivante finit d’achever la parabole libérale en introduisant le fait que finalement le problème, ce n’est pas tant la génération Y que les nouveaux modèles à venir… digitalisation ubérisation, le tout mis sur le même plan.

Vient ensuite le discours sur l’autre génération, les Z…avec une lutte espérée par certains qui n’aimeraient pas les Y, mais la conférencière cherche à démontrer que les Z parachèveront le travail des Y. Attention, la demoiselle mentionne alors une enquête sur les moins de 20 ans qui perçoivent essentiellement l’entreprise de façon négative… ce qui est selon elle l’héritage et donc la faute d’une génération de quadras : leurs parents (on nous refait le coup de la rupture générationnelle, et des jeunes in et des vieux cons).  Vient ensuite, le discours libéral traditionnel du « français qui n’aime pas travailler »… avec les « on vit pour les RTT, on vit pour les We, les vacances, et les retraites ».

Il faut « kiffer le travail » pourtant sans que le concept de travail ne soit convoqué et interrogé. Pourtant, c’est là que ça aurait pu être intéressant.  La démonstration préfère s’appuyer sur le fait que… miracle, beaucoup de ces jeunes voudraient être entrepreneurs… et non pas des  fonctionnaires (le mot est négatif dans sa bouche)…

Elle montre alors qu’il y aurait un changement de perspective… voulu par les jeunes qui souhaiteraient être leur propre patron dans l’avenir et qu’ils feraient donc le choix de mettre leurs compétences au service d’un patron et non pas le fait d’être embauché. Le discours paraît sympathique, et moi-même je le dis souvent à mes étudiants que ce modèle ira croissant avec des logiques de prestation. Mais le grand mensonge est de faire croire qu’il s’agit absolument d’un choix ! Il est probable que la disparition progressive du salariat finisse par s’imposer… mais il est vrai que c’est tellement mieux de faire croire que c’est ce que les jeunes veulent !

Le modèle du freelance est décrit ainsi comme un modèle évolutif qui va permettre de changer la donne car les compétences sont amenées à évoluer sans cesse. Du coup, mais on aurait pu s’en douter arrive le « A quoi ça sert l’école ? » et le rejet des diplômes. Là aussi, le coup est assez classique, on ne peut qu’être d’accord qu’un diplôme ne fait pas tout. Mais les glissements sont puissants et dangereux et on comprend que l’école est has been et qu’elle ne prépare qu’à des compétences qui vont disparaître. Là aussi, on perçoit la confusion sur le rôle de l’Ecole, dont le but est avant toute de former des citoyens et pas seulement des travailleurs. On ne peut d’ailleurs que rappeler le danger à vouloir entrer à tout prix dans des logiques des référentiels de compétences… car inéluctablement les entreprises finiront par dire que les diplômes sont sans cesse dépassés et il n’y a qu’un pas pour qu’on introduise le diplôme chronodégradable. Mais ce n’est pas fini, la conférencière assène ses évidences :

« L’entreprise va devenir l’école » ce qui ne peut qu’interroger… Si en effet, le besoin de formation s’exerce tout au long de la vie, il n’est pas certain que ce soit l’entreprise qui soit le meilleur cadre pour cela. Mais puisque c’est le kiff…

La conférence fait donc peur à plus d’un titre même si elle endosse un visage qui se veut « bienveillant », « osons la bienveillance » est son dernier mot d’ailleurs. Pour autant, il n’y nulle bienveillance ici. C’est Raymond Barre qui dit aux jeunes de créer leur entreprise, sauf que physiquement ce n’est pas Raymond bien sûr.  L’ultralibéralisme est plus séduisant et ne ressemble plus à Madame Thatcher, ce qui le rend encore plus dangereux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *