Le dieu google

Par défaut

L’emprise de Google devient préoccupante. Peut-être parce qu’il ressemble à un dieu…

Le terme employé est volontairement provocateur mais il est vrai que le statut du moteur de recherche est tel que je suis tenté d’examiner son caractère divin.

Les adeptes de Google sont nombreux et j’en fais partie. Une "religion Google " semble même se former. En effet une religion est étymologiquement ce qui relie. Et c’est ce que fait le moteur en nous reliant dans nos pratiques et en servant de lien entre nous et des sites. Nous lui demandons beaucoup comme s’il était omniscient, comme s’il connaissait toute l’immensité de l’Internet. Or c’est faux : certaines zones lui sont encore ignorées : notamment ce qu’on appelle le web invisible. Mais le moteur gagne du terrain et l’invisible devient de plus en plus visible.

Etonnant aussi le fait qu’Aristote et notamment son interprétation via Averroès parle de Dieu comme du moteur immuable ou bien encore du premier agent…

Immuable c’est discutable car il est probable que l’algorithme de Google est fluctuant. De plus la renommée de Google va en s’accroissant. Le triomphe du site s’était fait par le bouche à oreille. La « bonne parole » avait ainsi circulée. Les initiés avaient convaincu alors les néophytes. Et le paganisme d’Altavista allait s’en ressentir. Google c’est le monothéisme informatique. Et comme tout Dieu, il a ses saints et ses Eglises. Google n’est plus seulement un moteur, c’est aussi une barre de recherche à télécharger, un moteur qui recherche sur votre disque dur, un système de blog (http://www.blogger.com/start), un service webmail performant (http://gmail.google.com) et bien d’autres encore. Google va bientôt finir pas incarner le web à moins que ce ne soit l’inverse.

Le plus inquiétant dans cette idolâtrie vient du comportement de mes élèves. A croire qu’il y a quelque chose de vraiment magique dans Google.

En effet malgré la formation, certains de mes élèves de cm2 commencent déjà à devenir des adeptes de Google à tel point que dans leur esprit Google est à la fois un moteur, un navigateur et tout ce qui est possible d’imaginer. ! Malgré le fait de travailler sur différents navigateurs, traitements de texte et d’user de plusieurs moteurs de recherche, s’il ne devait retenir qu’un seul mot après Internet c’est « Google ». Décidément Benoit XVI est bien dépassé. Les humains utilisent déjà plus Google qu’ils ne prient. A moins qu’utiliser Google ne soit une forme de prière ?

 

Il est vrai que ce moteur est parfois vraiment étonnant. Certains sites donnent les clefs pour user de requêtes opportunes sur le moteur afin d’accéder à des données théoriquement confidentielles. A croire que plus rien ne va être invisible au moteur. Par ce biais nous sommes parvenus à prendre le contrôle de plusieurs caméras de surveillance un peu partout sur la planète ! Google a ainsi ses initiés : ceux qui savent l’utiliser au mieux, ceux qui pensent connaître le secret de l’algorithme, ceux qui savent bien se faire référencer par son biais, etc. S’il n’y a pas vraiment de bible Google, il y a déjà une kabbale.

Il est vrai que l’on ressent un certain plaisir à taper son propre nom dans le moteur et de voir apparaître des réponses. Google risque de devenir un instrument de mesure de l’importance d’une personne au sein du cyberespace. Et la question : « T’es pas dans Google ? » va devenir croissante. Etre ou ne pas être ? Telle est la question.

Il est vrai que Google est le meilleur. Malgré les critiques que l’on peut émettre la société (l’Eglise ?) propose des services supérieurs aux autres. Et il ne sert à rien de le déplorer. Si on veut mettre fin à sa suprématie ( près de 80 % des recherches sur les moteurs en France passent par Google : http://www.barometre-referencement.com/) il faut être au moins aussi bon. Et s’il n’y avait que le moteur !

Le service mail de Google dont je suis devenu adepte est redoutablement efficace. Finalement mes CM2 ne font peut-être qu’anticiper. Google pourrait bien devenir aussi un navigateur en plus d’un moteur et d’un service mail. Et puis pourquoi pas un système d’exploitation ? Pierre Lévy y verrait dans ses délires la suprématie du virtuel sur le réel. Mais tout en désormais envisageable.

Alors on a beau parler de Kartoo, ou d’Exalead aux usagers. Rien n’y fait. Le paganisme ne semble pas en vogue dans cette sphère. Faut-il résister alors ? Des projets en open source voient le jour : Nutch : http://incubator.apache.org/nutch/ ou bien encore Frutch http://frutch.free.fr/ mais tout cela est loin d’être encore abouti.

Seulement ces projets posent les bonnes questions. Google n’est qu’un télescope du web. Il nous renvoie sa propre vision, une vision non humaine. Le site [spider-simulator->http://www.spider-simulator.com]/ montre comment les robots des moteurs voient en fait votre site.

De plus nous ne savons pas exactement quels sont les critères exacts que Google retient. Et cette invisibilité est antidémocratique.

Il nous faut donc rester vigilant pour garder notre point de vue indépendant.

Google n’est pas obligatoirement un miroir à moins que vous ne le percevez comme le Dieu de Maître Eckart : « Dieu nous voit avec le même regard que nous portons sur lui. »

 

Bibliographie :

P.S

Vous pouvez retrouver le Dieu Google sous forme de BD : Dieu google

Un article intéressant sur la question de S. Genevois. :

LUTTONS CONTRE LA « GOOGOLISATION » DE L’INFORMATION !

http://sgenevois.free.fr/googolisation.htm

 

 

Article publié sur l'ancien site :

http://membres.lycos.fr/ledeuff/gde/article.php3?id_article=27

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.