L’impératif digital ?

Par défaut

Mon dernier billet sur les avantages du digital par rapport à numérique a suscité quelques intérêts et réactions notamment sur twitter. En dehors de réactions épidermiques, de quelques références au dictionnaire wikipédia, qui est en fait une charge contre digital, et à l’avis l’Académie française, j’ai vu peu d’arguments contre émerger.

Le billet s’inscrit finalement en parallèle avec le dernier article d’Alexandre Moatti dans la revue Le Débat. Sans prendre parti, il montre la montée en puissance du mot digital vis-à-vis de numérique, et pointe quelques éléments de langage qui méritent un examen plus poussé.

Il montre que l’expression cache parfois une volonté d’aller plus loin que le numérique et que cela suppose de passer à une nouvelle transformation et révolution digitale. J’avais précisé en effet que digital devenait de plus en plus employé dans les milieux du marketing, ce qui a fait dire à certains que justement c’était un mauvais argument pour l’utiliser. Ils oublient sans doute que numérique a été utilisé abusivement par les mêmes milieux.

On a l’habitude de ces évolutions dans les discours marketing et médiatiques, car ils sont porteurs de stratégie qui s’impose sans réel débat et opposition, car ils veulent s’appuyer sur des évidences qui visent à faire des nouveaux environnements technologiques des éléments naturels. L’objectif est celui de démontrer qu’il n’y a pas d’autre voie possible, et en cela les tenants de «  l’impératif digital » ne font que prolonger les discours de la société de l’information, des autoroutes de l’information, du web 2.0 décliné à toutes les sauces et des diverses déclinaisons du numérique.

Ces discours sont sans cesse portés par les lobbies industriels qui ont des marchés à conquérir et tentent d’immiscer partout et notamment au sein des institutions publiques. Le but est de développer des mécanismes de transformation qui peut-être produiront des effets opportuns pour ces institutions, mais qui surtout permettront des effets d’aubaine pour les industriels du domaine. Évidemment, il s’agit aussi d’imposer de nouveaux modes de management et sous couvert de coolitude (voir ce que dénonçait déjà Alan Liu en 2004) et  de nous démontrer que les changements à venir sont pour notre bien à tous et notre épanouissement, ce que j’ai tenté de montrer dans l’analyse d’une conférence.

Pour autant, faut-il se priver de digital ? Non, car je l’avais rappelé, digital est justement un pharmakon, ce qui montre bien la complexité à l’œuvre et les enjeux de pouvoir. En ce sens, il reflète mieux les tensions à l’œuvre et montre une fois de plus que cette histoire n’est pas qu’une affaire d’informatique… terme qui mériterait d’ailleurs d’être réinterrogé parfois.

Évoquer un impératif digital est intéressant à plus d’un titre, car cela exprime bien la tentation de désigner la voie à suivre et montrer le chemin… sans qu’on puisse le contester. C’est le côté obscur de l’indexation qui fixe la norme et désigne les hérétiques. Mais l’indexation a aussi un côté positif qui recherche la collaboration, le partage et l’organisation des connaissances. L’impératif digital ne peut s’imposer que s’il n’y a pas de contestation, et que les acteurs de la formation sont peu valorisés ou mis sous l’éteignoir.

À ce titre, on ne peut que s’inquiéter de l’évolution annoncée du Conseil National du Numérique, gadget prévu pour être un énième conseil théodule, mais qui a fait son travail bien au-delà des attendus ministériels, car on y trouvait une équipe investie et qui osait s’exprimer et surtout exprimer des avis contradictoires à ceux de la politique menée.

Une équipe d’emmerdeurs en quelque sorte qui n’ont pas compris que pour les gouvernants, ils ne sont là que pour conforter leurs dires et apporter un semblant d’expertise. Le Conseil national du numérique est trop résistant face à l’impératif digital, il faut donc le changer. Au menu, on nous annonce des copains et des lobbies, c’est plus conforme à la politique traditionnelle. Les chercheurs y seront moins présents. Mais ce n’est guère une surprise, ils cherchent des explications, alors qu’on leur demande de se conformer au dogme.

Par conséquent, il est probablement temps de continuer à se mettre à l’écart des instances pour continuer de porter l’esprit de la République digitale (sans doute un autre billet à venir…)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.