Didactique : le retour des docs de choc

Par défaut

Agnes Montaigne et Françoise Chapron publient sur le site de l’iufm de l’Académie de Rouen, un article incontournable pour les professeurs-documentalistes qui mènent des actions didactiques et intitulé :
Le chantier de la didactique info-documentaire dans le camp des professeurs documentalistes.
L’article est commenté par Pascal Duplessis qui a intitulé sa réaction : (re()prendre en main notre devenir.
Ces deux articles font le point sur la situation des professeurs-documentalistes et sur les chantiers à investir entre les contenus à enseigner, les stratégies à mettre en place et les divers obstacles. Dans les deux cas, on retrouve une volonté offensive qui s’appuient sur les travaux de recherche et d’expérimentations pédagogiques et didactiques de quelques groupes de travail (notamment au sein des Académies de Rouen et de Nantes)
Françoise Chapron et Agnès Montaigne font état de la nécessité que : « (…)’d’ores et déjà les professeurs documentalistes mettent en place des situations propres à favoriser ces découvertes par les élèves et à les mettre réellement en activité. La mise en activité ne se résume pas à faire faire des exercices, ni à amener les élèves à circuler dans le CDI. Elle suppose que l’élève devienne acteur et fasse preuve d’invention et d’autonomie. Des situations de ce type ont été largement décrites dans le monde de la didactique des sciences sous le nom de « démarches d’investigations » ou « situations problèmes ». Il s’agit de mettre les élèves devant un problème ouvert qui n’a rien à voir avec les problèmes tels que nous les connaissions en mathématiques ou en physique, et de les amener à formuler des hypothèses explicatives ou à définir des protocoles à mettre en œuvre. »
Nous sommes pleinement d’accord sur ce point, sur la nécessité d’une pédagogie du défi et que la situation rencontrée ne soit pas artificielle. Le projet historiae s’inscrit dans cette lignée.
En ce qui concerne le terme de camp qui implique une volonté de défense des acquis, il est souhaitable que ce ne soit pas un camp retranché sans quoi notre avenir serait déjà tout tracé. J’ai pour ma part prôné l’attaque en incitant les professeurs-documentalistes à imaginer l’éducation de demain au sein d’un new deal disciplinaire.

 

La littératie en transe : la volonté hégémonique de la transliteracy

Par défaut

Je suis depuis plusieurs mois le projet de la transliteracy (PART : Production and research in transliteracy) qui se définit comme ’ l’habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes, d’outils et de moyens de communication, de l’iconographie à l’oralité en passant par l’écriture manuscrite, l’édition, la télé, la radio et le cinéma, jusqu’aux réseaux sociaux » (« Transliteracy is the ability to read, write and interact across a range of platforms, tools and media from signing and orality through handwriting, print, TV, radio and film, to digital social networks.”) La traduction en français a été trouvée sur le blog de Guitef.

Je lis donc régulièrement le blog mis en place avec notamment les références à Howard Rheingold qui fait partie du projet. J’ ai dont lu avec intérêt l’article intitulé « transliteracy : crossing divides » qui a révélé ce que je craignais depuis longtemps à savoir que la transliteracy présente des volontés hégémoniques évidentes et souhaite simplement englober les autres littératies. Bref on y retrouve exactement les mêmes velléités que chez beaucoup de tenants de l’information literacy, de la media literacy ou bien encore de la digital literacy :

« transliteracy does not replace, but rather contains, “media literacy” and also “digital literacy. »

Finalement on reste toujours dans une querelle au final assez stérile dans la mesure où c’est plutôt le projet intérieur et notamment culturel et didactique qu’il convient de construire. Les auteurs de l’article sont assez conscient des limites de leur entreprise mais comment peut-on écrire un tel article sans aucune fois ne faire de référence à l’information literacy et notamment aux travaux de Sheila Webber lorsque l’on sait que certains participants au projet sont britanniques !

Les auteurs nous invitent à répondre à leur article via la littératie de notre choix c’est ce que je fais. Il me faudra sans doute le réitérer dans la langue de Shakespeare ce que je ferais sans doute sur leur wiki.
Le projet recèle certes des aspects intéressants notamment la volonté d’étudier les nouveaux usages en matière de littératie et en cela le terme de translitérattie n’est pas mauvais. Je déplore cependant les dispersions permanente liées à ces diverses conceptions. Mais c’est aussi l’enjeu de ma thèse.

La translittératie s’ajoute donc à la kyrielle de littératies dont tant d’objectifs sont communs. Je joints ici la présentation que j’ai utilisée lors du colloque ISKO 2007 intitulée « Quelles littératies pour quelles conceptions de l’information? » où je n’avais pas eu le temps d’ajouter la transliteracy à mon tableau.
Présentation Quelles littératies pour quelles conceptions de l’information ?

Ci-dessous le tableau présentant les diverses littératies auquel je vais devoir rajouter le projet de la translitérattie.

Literacy Termes proches Traduction possible
Information literacy Informacy InfoliteracyInformation fluency Maîtrise de l’information Culture informationnelle Education à l’information
Computer literacy IT/information technology/electronic/electronic information literacy Maîtrise des technologies informatiques. Culture informatique
Critical literacy Critical thinking Education critique Esprit critique
Library literacy Library/bibliographic instruction Formation à la recherche en bibliothèque
Media literacy   Education aux médias
Network literacy Internet literacy, hyper-literacy Maîtrise des réseaux Culture des réseaux
Digital literacy Digital information literacy/e-literacy Culture numérique Cyberculture
Visual literacy 䦋㌌㏒㧀좈໱琰茞ᓀ㵂Ü Culture visuelle Education à l’image

Pascal Duplessis : le didacticien de l’information.

Par défaut

Je vous invite à découvrir le blog de Pascal Duplessis qui promet d’être un lieu intéressant notamment pour ceux qui s’intéressent à la didactique de l’information mais pas seulement comme vous pourrez le découvrir sur son site.

C’est l’occasion également en présentant le travail de Pascal de découvrir ou de redécouvrir quelques uns de ses articles notamment l’interview de savoirCdi, les travaux réalisés dans le cadre d’un groupe de travail de l’Académie de Nantes, et bien d’autres encore.

Les amateurs de mythologie et de cmaptools seront également servis.

Premiers articles d’élèves sur historiae

Par défaut

J’ai procédé aux premières publications des travaux de mes élèves sur historiae.

Il en ressort un niveau de qualité nettement supérieur à la moyenne des skyblogs ce qui était l’objectif minimal. Il semble que la recherche d’information a été relativement correcte dans la mesure où les élèves se sont principalement servis de sources neutres (souvent Wikipédia sert de point de départ ce qui démontre que l’encyclopédie même si elle est imparfaite évite peut-être le recensement de sites conspirationnistes) Il faut donc également être modeste et prendre en compte à la fois la difficulté de la recherche et le niveau des élèves qui ne sont que des collégiens.

Parfois ce sont des sources émanant de travaux d’école de journalisme ou de scientifiques qui ont été utilisées ce qui explique le ton neutre que l’on peut retrouver.

Malgré cela, le travail d’évaluation de l’information reste encore à approfondir. Les réflexes d’analyse ne sont pas encore présents notamment la recherche de l’auteur et la lecture de l’URL. Notre contrôle durant le travail permet de guider l’évaluation mais il est clair que l’évaluation nécessite un apprentissage long et que seuls les conseils procéduraux ne sauraient suffire tant on est dans une logique de culture de l’information. La citation des sources n’est pas toujours automatisée, et il est vrai que l’encyclopédie wikipédia dans sa logique d’auteur collectif accroit la difficulté de prise de conscience.

Le dictionnaire papier a été également utilisé parfois pour mieux cerner le sujet et pour des raisons orthographiques. Des élèves ont dans cet objectif fait quelques efforts pour corriger leurs textes en redécouvrant des règles de bases. Il a fallu néanmoins effectuer d’autres corrections pour rendre le texte publiable mais c’est également dans la logique du travail où les enseignants sont à la fois les relecteurs-correcteurs et les rédacteurs en chef.

Didactique 2.0 : la pédagogie documentaire en action.

Par défaut

Je viens de lancer il y a une semaine un projet avec un groupe de troisièmes pas spécialement motivés initialement.

Il s’agit de les former à la culture de l’information et de la communication à partir d’un blog : historiae : les troisièmes mènent l’enquête.

Il s’agit aussi d’un pari car j’espère que les élèves se montreront capables de produire du contenu. Il conviendra néanmoins d’être modeste car les thèmes donnés sont volontairement complexes.

Je reproduis ici l’à Propos qui définit les objectifs :

Bienvenue sur le blog expérimental des troisièmes du collège de Ceaucé-Passais. (orne 61)

12 élèves sont chargés de mener l’enquête sur des mystères ou des questions historiques. Le but est de reproduire l’état de doute perpétuel qui existe face à l’information avec des thématiques où tous types de ressources existent sur Internet. Le travail d’évaluation de l’information est par conséquent primordial. Les élèves bénéficieront d’aides notamment sous la forme de cartes heuristiques (mind-mapping) qui les guideront dans leur méthodologie de recherche. Le but n’est pas de s’inscrire dans une démarche procédurale mais de culture de l’information et de la communication. Par conséquent le choix a été fait d’associer le travail de recherche d’informations à sa communication au sens le plus large.

Le travail s’effectue dans la cadre d’un projet sous la direction des enseignants-documentalistes Olivier Le Deuff et Yves Ghis.

J’ai volontairement intégré au blog un cours en ligne qui se trouve dans une rubrique méthodologie, ce qui permet aux élèves de s’y référer facilement. Ce cours peut-être facilement intégrer à d’autres blogs ou à tout type de projet car il n’est pas fait sous forme d’articles de blogs mais avec des cartes interactives via le logiciel mind manager. Je suis donc preneur de toutes critiques et je suis prêt à ouvrir un wiki s’il le faut pour apporter des améliorations. Comme d’habitude ce cours est mise à disposition de tous. En voici donc les trois parties :

La première partie concerne les premières démarches.

La seconde porte sur l’évaluation de l’information

La troisième sur la communication.

Les premiers billets des élèves devraient apparaitre bientôt et seront donc ouverts aux commentaires.

Affaire à suivre donc…