Teemu Arina : de l’air frais venu de Finlande

Par défaut

Ce n’est pas la première fois que je mentionne Teemu Arina, mais je crois que ça vaut vraiment le coup d’en reparler à nouveau à l’heure où l’on compense à comprendre que les Finlandais ont pris quelques longueurs d’avance dans de nombreux domaines et notamment en matière d’éducation.

Agé de même pas 25 ans, Teemu Arina nous parle de changements sociaux et d’éducation à l’heure où en France la commission Rocard a fait le choix d’interroger des personnes qui ne feront certainement pas l’éducation de demain car ils sont des produits de l’éducation d’autrefois. Certains trouveront sans doute son ton et son attitude quelque peu provoquante mais qu’importe, il vous faut écouter sa communication qui recèle de bien intéressantes choses. Le titre est intéressant et finalement se démarque par rapport à ce que l’on pourrait croire a priori à propos des jeunes : escaping the age of speed : new paradigms of learning as impacted by social technologies.

Comme quoi la voix de la sagesse ne vient pas toujours des anciens…J’ai modestement tenté de reproduire une grande partie de ses propos sous forme de carte heuristique même si j’en ai oublié quelques uns que vous découvrirez en l’écoutant.

Décidément ces derniers temps, je suis bien tenté par l’exil à Helsinki. Surtout que ces « social objects » font écho chez moi aux hypomnemata foucaldiens à la sauce Stiegler.

Visualisation avec topicscape :

Visualisation avec Mind Manager

Les raisons du succès du sytème finlandais

Par défaut

A l’heure où les résultats Pisa sont de pire en pire pour le système français et que nous n’avons toujours pas bougé malgré les indications du précédent classement de 2003, je publie une carte quelque peu améliorée des raisons du succès du système scolaire finlandais. Ce n’est qu’une reprise de la carte que j’avais publiée suite à la lecture du rapport de l’OCDE sur le système scolaire finlandais il y a deux ans.

Il y a deux ans, j’avais l’impression de parler un peu dans le vide, mais désormais il semble que le climat soit un peu plus propice.