Un si petit monde

Par défaut

Le titre de ce billet est proche de celui d’un ouvrage de David Lodge qui décrivait la communauté universitaire. Le réseau social Asmallworld m’y a fait aussitôt songer.

Asmallword se veut un réseau social surtout basé sur la sélection et par conséquent dans une stratégie totalement différente de l’ouverture de Facebook. Le réseau social de Google, Orkut procédait initialement de même puisqu’il fallait être invité pour s’inscrire. Mais le but d’asmallworld est de s’adresser surtout à une élite voire à la jet set. C’est sans doute pour cette raison que j’ai reçu aucune sollicitation.

Faut-il voir dans les réseaux sociaux des possibilités de niche économique voire de constitution de réseaux d’initiés?

En tout cas, cela pourrait être une bonne illustration de la règle des six degrés de séparation maximum qui vous séparent de n’importe sur Terre y compris des personnes influentes. La loi inventée par l’auteur Hongrois Karinthy a été ensuite développée et popularisée par Stanley Milgram. Plusieurs projets étudient le bien-fondé de cette théorie notamment cette étude qui selon moi ne fait qu’accroître l’infopollution. Une application sur Facebook permet aussi de mesurer votre degré d’éloignement. La moyenne serait actuellement autour de 6,48, pour ma part j’en suis à 4 selon cette mesure dont je n’ai pas encore analysé la rigueur scientifique.

Le problème des six degrés c’est justement la mesure de la relation entre telle et telle personne et ce n’est pas facile à évaluer car cela relève du subjectif, de l’affectif et du psychologique et pas seulement du professionnel. Par conséquent ce n’est pas nécessairement le chemin le plus court qui sera le plus efficace si vous recherchez une influence haut placée mais peut-être les plus sinueux. Ces parcours relèvent plus des mémoires de Saint-Simon voire des romans-feuilletons plutôt que de la loi des atomes.

Saint-Simon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *