Fadben 2015 : la pêche !

Par défaut

Comme à chaque fois, c’est un plaisir de venir au congrès Fadben, même si les temporalités et ses exigences m’obligent à ne pas demeurer jusqu’au dernier jour. J’ai pu constater que le congrès s’est terminé de manière formidable avec une synthèse d’une très grande qualité d’Anne Cordier, qui publie d’ailleurs un ouvrage fort intéressant tant au niveau de la thématique que de la méthode.

La journée de samedi a été particulièrement riche avec de la qualité, du contenu et de la convivialité. L’ambiance était donc au beau fixe, et cela fait toujours du bien, car on vient aussi pour retrouver ses copains (notamment ceux du Gr-cdi) d’où l’ambiance conviviale qui y règne.  Merci à tous les organisateurs, à la nouvelle génération, à l’ancien aussi,  à tous les intervenants ainsi qu’à tous les participants qui ont permis le succès de cette édition.

L’absence de Séraphin Alava m’avait obligé à changer la perspective initiale au point de  devoir faire finalement une conférence.

J’avais choisi un angle original pour ma communication afin d’apporter paradoxalement un éclairage nouveau sur les enjeux  de formation tout en les inscrivant dans une perspective longue pour mieux pouvoir porter les fondements de la formation sur du long terme.

Je me suis donc appuyé sur deux concepts qui s’inscrivent dans la tradition documentaire

La documentalité, concept qui vous vient de Maurizio Ferraris et qui apporte un souffle nouveau sur l’importance clef du document. Je vous laisse en guise d’apéritif cette phrase :

« Depuis que quelqu’un a laissé l’empreinte de sa main sur les parois d’une grotte, notre être ensemble en tant qu’êtres humains ne peut laisser de côté les inscriptions. Voilà pourquoi la conjugaison virtuelle de « I Pad » et de « You Tube » se complète avec la première personne du pluriel « We.doc » : nous sommes essentiellement ce que nos documents affirment de nous, et c’est pour cette raison que l’extension « .doc » a envahi notre vie avec autant de force. C’est précisément sur cette extension qu’il convient de se concentrer désormais. » (pour le reste, vous pouvez déjà lire Âme et Ipad)

L’hyperdocumentation, concept ancien et donc moderne, car il est de Paul Otlet. Le concept qui montre que la documentation n’est pas ringarde, contrairement à ce que le plus gros d’un ringard a pu me dire une fois. Pour en savoir plus, vous n’avez qu’à vous emparer du traité de documentation de Paul Otlet !

Je reviendrai beaucoup plus en détail sur les deux concepts dans les prochains mois, pas nécessairement sur le blog d’ailleurs.

Au côté de ces deux concepts, j’en ai également mentionné un troisième : l’archéologie des médias. A ce propos, je vais préparer pour Intercdi un article sur le sujet avec une projection pédagogique potentielle. J’en ai commencé l’écriture hier dans le train.

J’ai également remis au premier plan la question de la maîtrise, mais en la réinterrogeant. En effet, la question de la maîtrise de l’information apparaît désormais désuète tant elle s’inscrivait dans une logique qui était celle d’une information organisée dans des bases de données. Il faut abandonner l’idée de tout maîtriser pour s’orienter vers une maîtrise plus modeste dans un sens où l’erreur est toujours possible mais également beaucoup plus ambitieuse tant les enseignements à connaître ne cessent de croître.

L’objectif étant notamment pour les professeurs-documentalistes de s’assumer comme maîtres face aux mètres et autres métries qui prennent la mesure de nos existences.

Vous retrouverez plus de détails dans les actes du congrès ainsi que dans le support utilisé. J’ai fait quelques petits clins d’œil à Vatefairecoter qui  sait toujours mettre l’ambiance à sa façon.

 

 

[slideshare id=53798077&doc=versdenouveauxmatresdelhyperdocumentation-151011170556-lva1-app6891]

De l’innovation à la poursuite didactique

Par défaut

Un week end chargé s’annonce pour moi en perspective avec en premier lieu ma participation demain pour le forum des enseignants innovants avec la sélection du projet historiae. Une manière de démontrer que les professeurs-documentalistes demeurent des enseignants et que leur dimension technique ne présente pas un désavantage ou un fardeau mais au contraire la démonstration qu’il ne peut y avoir de transmission sans objet ou support technique. Une autre manière de démontrer que la culture informationnelle comprend sans aucun doute la culture technique développée par Gilbert Simondon.

Bref une stratégie qui n’a rien à voir avec une politique documentaire ou la mise en place d’objets administratifs tel le B2I aux compétences peu claires, impossible à mesurer voire démesurées. Or la démesure y compris dans son versant hybris est l’opposé de la culture de l’information. Mes élèves de troisième sont un peu en panique en ce moment et je fais beaucoup de validations à la volée, incluant de temps en temps des mini-cours visant à compenser une absence de réelle formation. A l’heure où j’écris une cinquantaine de demande de validations d’Items m’attendent. Je me suis juré que c’est la dernière fois que je participe à cette masquarade à laquelle je me prête pour ne pas pénaliser les élèves.

A la suite du forum, je me rendrai donc au congrès Fadben où il s’agira de parler de culture de l’information, de didactique et de montrer que les professeurs-documentalistes sont concernés et le sont sans doute de plus en plus. Mon propos portera sur une réflexion par rapport aux nouveaux outils et aux nouvelles générations qui ne sont pas vraiment des digital natives. La poursuite didactique s’annonce afin que demeure un esprit documentaire, a ghost in the shell, une culture de l’information.

Je joints ci-dessous les supports pour ces deux interventions :