B2I : le tragique pharmakon

Par défaut

Le b2I est-il un symptôme ou un remède, potion ou poison. J’ai été un de ceux qui ont cru à l’initiative de départ mais je dois désormais continuer à l’affirmer, la potion s’avère empoisonnée et ne constitue pas un remède mais bel et bien un symptôme du système éducatif français.

J’en tiens pour preuve le nombre croissant de jeunes visiteurs qui arrivent sur mon site en ayant tapé la requête « tricher au B2I’. Or ce simple fait est le constat de l’échec total du projet qui devait normalement entraîner une validation se voulant progressive et nullement ancrée dans des stratégies d’évaluation de contrôle. Or il semble clair que nous ne savons pas le faire. Tout comme les autres dispositifs tels le socle commun, l’Education Nationale ne parvient qu’à les mettre en place qu’à la marge. D’ailleurs mes collégiens de quatrième n’ont entendu parler du socle commun que la semaine dernière. Demeure sans cesse l’obsession de la note, qui n’est d’ailleurs qu’une évaluation à court terme, sans aucune ambition et ne parvenant qu’à conforter des carcans disciplinaires de plus en plus inefficaces. L’apprentissage des langues en étant souvent le révélateur le plus flagrant d’un système absurde et inefficace. Les élèves n’apprennent que pour le notation ou  la sanction : c’est insuffisant. L’envie d’apprendre, de progresser est sans cesse mise à mal et la motivation n’y est plus autant chez les élèves que les enseignants. Alors pourquoi continuer ainsi ? Simplement parce qu’on craint que ce soit pire encore ? Ill faut bien dire que cet argument terrible ne plaide pas en faveur d’une réelle réforme de l’éducation qui demeure cloisonnée aux dogmatismes et aux seuls arguments économiques. FInalement l’éducation en reste à la vision à court terme de la note et ne parvient pas à voir plus loin dans une optique d’apprentissage tout au long de la vie.

Il faut considérer l’éducation comme un milieu d’innovations, de tentatives pour faire progresser chacun dans une stratégie d’individualisation et d’individuation au sein du collectif. Ce qui doit demeurer permanent, c’est la confiance mutuelle. Or c’est souvent ce seul point qui est remis en cause. Il faut donc reconstruire la confiance, la prise de soin. L’évaluation doit demeurer dans une logique de mise en valeur.

Il faut donc sortir de la logique actuelle et de la logique de validation stressante du B2I qui transforme certains enseignants dont je fais partie en machine à valider des items. Pour cela il faut développer à la fois une vraie culture technique et informatique ainsi qu’une culture de l’information. Cela passe par une réforme des méthodes pédagogiques et notamment de l’évaluation en mettant en avant l’individualisation des parcours autour de portfolios et de plateforme d’enseignements en ligne, qui peuvent constituer une prolongation de présentiel à exploiter. Cela passe aussi par une réforme des programmes et un new deal disciplinaire. Sinon nous demeurons dans une logique soit administrative, soit sans cesse à la marge.

Il est temps de s’y mettre mais seule une volonté politique basée sur la confiance mutuelle peut y parvenir. Reste à savoir qui peut être ce ministre de l’Education qui saura nous faire rentrer dans un cercle vertueux.

Evaluations, triche et compétitions

Par défaut

Intéressante réflexion sur la triche sur le blog de François Guité.

Il note que les enseignants ont tendance à aider ou remonter les notes pour éviter quelques désagréments ce qui fait souvent ainsi plaisir aux élèves, à leurs parents mais aussi à la direction. Ce problème de l’évaluation démontre l’insuffisance d’un système qui veut évaluer mais ne veut pas en assumer les conséquences. Sans compter que les modes d’évaluation pourraient être plus diversifiés et plus originaux.

Les systèmes par compétences constituent souvent un moyen de donner une impression de sérieux voire de précision scientifique. Or bien souvent que ce soit dans le B2I ou dans les évaluations de début d’année, c’est plutôt le laxisme qui prédomine.

Certains pays ont choisi d’abandonner l’évaluation par note. C’est une solution mais ce serait un leurre de faire croire que l’évaluation disparait pour autant.

La solution consisterait à coupler l’évaluation et la faculté de l’apprenant à progresser. Par conséquent les évaluations devraient mieux utiliser la diversité des questions y compris en usant les QCM mais aussi en rétablissant la pratique d’examens par niveau de classes par trimestre avec des échelles de progressions fines qui permettraient à l’élève d’en savoir un peu plus sur lui même. L’inquiétude est toujours aussi liée à la crainte de la compétition qui pourrait en être accentuée. Il faudrait surtout envisager le passage de la compétition à la motivation personnelle : être meilleur que l’autre n’est finalement guère intéressant, avoir progressé personnellement l’est bien plus. D’où la pratique du défi, plutôt que du soutien qui pourrait être mise en place. Mais j’y reviendrai prochainement.