Mon bingo de l’infocom

Par défaut
Frédéric Clavert a demandé de façon pernicieuse il y a une quinzaine de jours sur twitter, s’il existait un bingo de l’infocom, c’est-à-dire une sorte de jeu qui listerait l’ensemble des mots-clés, des auteurs, et des expressions un peu tarte à la crème de la discipline.
claverttweet
Je me prête donc au jeu en livrant le mien, qui est évidemment également une autocritique personnelle. En effet, il n’est pas inopportun d’interroger ses dadas référentiels et ses logiques de pensée et d’écriture. Je vous fais grâce de ne pas mentionner les concepts information et communication, qui sont de toute façon polysémiques, car évoqués de manière polysémique. C’est d’ailleurs un tel enjeu que plusieurs travaux sont consacrés à cette recherche conceptuelle et définitionnelle.
Je le livre ici de façon commentée et volontairement désordonnée ce qui pourrait être mon bingo. Je n’ai pas le courage de vous fournir une grille que vous pourriez appliquer sur les publications dans le champ et notamment les miennes. Toutefois, tout candidat à la qualification au CNU pourra s’y référer également et j’encourage les futurs candidats à produire un wiki et un algorithme qui permettra d’assurer d’un taux suffisant d’infocom dans vos publications. Une telle start-up pourrait d’ailleurs remplacer le CNU. Il suffirait de télécharger les publications et hop on aurait aussitôt son taux. Je plaisante, mais c’est tellement facile à faire…
Allez, commençons…
Michel Foucault. Frédéric Clavert avait suggéré qu’il était certain que l’intellectuel français faisait partie du panthéon du bingo. Je ne peux que le confirmer. J’oserai même dire que c’est probablement ma seule religion. Mais comme je suis un mauvais disciple, je ne suis pas un épigone foucaldien, mais un indiscipliné foucaldien, ce qui lui ferait d’ailleurs plaisir. Alors, je vais poursuivre dans cette voie. Vous allez me dire, mais Foucault, il n’a jamais été en infocom ! C’est vrai, mais il ne le savait pas, tout comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, Foucault faisait de l’infocom… C’est tiré par les cheveux ? Oui, et c’est sans doute pour cela qu’il n’en avait plus et que Mister Affordance a perdu les siens.
Dispositif : Impossible de ne pas parler de dispositif. C’est pratique, parlant, très foucaldien bien évidemment, et cela met bien en jeu le fait que le dispositif suppose une logique de pouvoir couplé à des logiques techniques et organisationnelles. C’est tellement bon comme concept que les anglosaxons l’emploient fréquemment. L’infocom sans dispositif, c’est le PSG sans Ibrahimovich, et l’Om sans Bernard Tapie (voir un chagrin d’amour, ce n’est plus de l’amour)
Forme : De l’information à la forme, il n’y a qu’un pas. Reste à ne  pas demeurer dans la seule logique du schème hylémorphique et la métaphore simpliste de la glaise que l’artisan forme et déforme à sa guise. Et c’est là que c’est intéressant, car finalement de l’information on songe aussi à la déformation, bien avant finalement la désinformation. (c’est mon explication préférée en conférences : un téléspectateur qui ne regarde que le JT de JP Pernaut est-il formé ou déformé?)
Formation: concept riche qui permet de ne pas trop parler d’éducation, si on ne veut pas être plutôt considéré comme  trop pédago et donc appartenant aux disciplines des sciences de l’éduc.
Norme : concept utilisé aussi bien au sens de la norme type afnor, que des normes tacites et intégrées plus ou moins consciemment. Puisque je vous dis que Foucault faisait de l’infocom !
Littératie : là, c’est la nouvelle mode, et dans ce domaine je plaide aisément coupable. Alors que personne ne l’employait quasiment en SIC à l’époque où je débutais ma thèse, en dehors de quelques références à Goody, le concept est devenu populaire. On le partage assez bien avec les sciences de l’éducation. Je pense avoir grandement contribué à la popularisation du concept. L’occasion de rappeler qu’il s’écrit bien avec trois T. Vous perdez des points pour toute autre orthographe.
Système : impossible de ne pas évoquer ce concept qui va de pair avec toutes les théories de l’information, et qui nous permet d’étudier l’ensemble des différents types de systèmes d’information. Même les anti-systèmes ou déclarés tels, font vraiment partie du système.
Simondon : Celui là, tout le monde l’avait oublié jusqu’à ce qu’il y a une dizaine d’années, il fasse son retour sur la scène via ses travaux sur la technique. Il n’a pas toutefois encore colonisé toutes les publications.
Médias : ancien et nouveaux, c’est aussi l’infocom avec d’ailleurs des querelles parfois entre les médias d’avant et les néo.
Médiations : un concept riche, intéressant pour qui sait le manier.
Organisations : le génie de l’infocom, c’est de pouvoir parler de toutes les formes entrepreneuriales, institutionnelles ou associatives grâce à concept. Saint-Graal du courant de la communication des organisations, il est aussi bien pratique pour l’étude de l’organisation des connaissances. Pour toute utilisation répétée dans un article d’une autre discipline, veuillez envoyer un chèque de 5 euros à la SFSIC.
Numérique : En infocom, tout le monde parle de numérique depuis fort longtemps. Cela ne signifie pas que tous les chercheurs y connaissent quelque chose. Je reconnais qu’il existe quelques chercheurs télématiques (trop d’observation participante du 3615 ulla. À mettre en relation avec Internet et Web. On ne saura trop que rappeler que ce n’est pas la même chose.
Usages : le mot en vogue des années 2000. ça se calme un peu, sans doute aussi parce que l’étude des usages a trop négligé les dispositifs techniques. À mettre en relation avec le concept de pratiques.
Digital : c’est mon nouveau mot bingo. Voir ici.
Wolton : insulte. Permet de reconnaître l’initié du profane.
Connaissance : on a beau parler beaucoup d’informations, on a quand même un sentiment de supériorité. Ce qui nous intéresse, c’est la connaissance !
Réseaux sociaux ou réseaux sociaux numériques : on ne compte plus les références sur le sujet. J’y participe grandement, même si certains vieux parangons à moustache considèrent que cela ne fait partie des SIC. On fera donc fi de cette remarque, d’autant que les vrais créateurs de la discipline le considéraient comme un escroc. On va d’ailleurs pouvoir consulter les archives secrètes de la SIC, on vous en dira plus quand l’ANR aura financé le projet SICLeaks !
Technique : on trouve parfois son complément sociotechnique qui permet d’équilibrer l’ensemble. Cela fait plus dispositif, et cela fait moins peur aux évaluateurs technophobes.
Blog : un sujet d’étude à part entière, et un territoire dont raffole les acteurs des SIC, même s’il ne faut pas trop insister dessus, car cela ne fait pas trop sérieux quand même.
Editorialisation : l’édition c’est has been, place à l’éditorialisation. Symbole sans doute pour beaucoup d’un verbiage infocom, le terme est beaucoup employé dans d’autres disciplines, et puisqu’il est utilisé aussi au Québec, c’est qu’il doit être intéressant. En tout cas, il a le mérite de nous sortir des impasses intellectuelles dans lesquelles nous place le syndicat national de l’édition. Je ne peux donc qu’à encourager à son utilisation.
Design : nouveau buzzword qui ne touche pas que l’infocom. Personne ne sait vraiment ce que cela veut dire, alors on envisage de faire des thèses sur le sujet. Certains même voudraient créer une nouvelle discipline au CNU ! Sans doute, n’ont-ils jamais entendu parler de l’infocom célèbre pour sa plasticité…
Plasticité : le numérique c’est plastique, non pas Bertrand, mais cela désigne le fait que le numérique possède une certaine souplesse, en tout cas plus grande que celle du papier. De toute façon, le plastique, c’est fantastique (voir Elmer food beat) et on aurait tort de s’en priver en infocom.
Document : le concept essentiel bien évidemment, et ce sans aucun parti pris bien sûr. Tous ses dérivés sont bien entendu acceptés dans le bingo
Stiegler : philosophe indispensable que j’utilise trop et que certains professeurs de la discipline jalousent. À souvent un coup d’avance au niveau de la réflexion, même s’il est absent des réseaux sociaux. Il doit se planquer quelque part dans le dispositif.
Umberto Eco : intellectuel pratique pour faire érudit et qui a déjà posé toutes les questions en matière de sens et probablement en matière d’organisation des connaissances. Comme tout grand nom, s’avère pratique pour ne pas citer ses collègues de la discipline, notamment lorsqu’on ne les aime pas ou qu’on ne lit plus rien depuis des années.
Marketing : principalement utilisé dans une approche critique. On y forme nos étudiants, en leur disant que c’est pas bien… mais il les utiliseront quand même.
Discours : un bingo c’est déjà une étude des discours. On ne peut pas faire sans. Pour toute interrogation, voir Foucault.
Sens : à utiliser justement dans tous les sens.
Texte-hypertexte-architexte-contexte : indispensable, car tout est texte.
Image : souvenez-vous quand même que tout est texte.
Politique : souvenez-vous que le but de l’infocom est de replacer la politique dans tous les dispositifs de façon plus ouverte. Du coup, la section est parfois considérée comme gauchisante. Quand on parle davantage d’économie, on devient trop à droite.
Sexe-corps: si vous voulez frapper un grand coup, il va falloir mener des travaux dans ses territoires. Évitez surtout le concept de genre qui contient des DRM chronodégradables à moins d’user du sublime concept de  » transgenre ». On attend la future thèse sur le rapport entre humanités digitales et humanités génitales.
Se citer. C’est l’effet bingo par excellence. A ne pas confondre avec l’effet fayot qui consiste à citer tout son jury de thèse.
Vous pouvez dorénavant fabriquer vos grilles et venir en colloque avec. Le problème dans cette histoire, c’est que le bingo, c’est déjà une sorte de dispositif d’observation. Du coup, je me demande ce qu’en dirait Michel Foucault…

A propos de la trilogie d’Antoine Bello : le storytelling et la vérité

Par défaut
Je suis en train d’achever avec plaisir la trilogie d’Antoine Bello avec les producteurs qui fait suite aux  falsificateurs et aux éclaireurs. (les liens vont vers Amazon, mais vous les trouverez chez votre libraire ou bibliothécaire préféré)
L’histoire est bien menée, difficile de décrocher et cela fait écho en plus à certains faits du passé, et cela ne peut que nous faire réfléchir.
Cette trilogie me semble incontournable pour ceux qui s’intéressent à la question du storytelling et sans doute également du transmédia, mais aussi à tous ceux qui s’intéressent à la fabrique du faux ou tout au moins du plausible.
L’ouvrage nous interroge sur notre rapport à la vérité.
Antoine Bello décrit une organisation dont le but est de travestir la réalité  que nous connaissons, pour nous proposer des alternatives que nous prenons d’ailleurs pour des vérités dans des buts qui sont en général plutôt progressistes et pacifiques, même si l’organisation secrète s’avère plus complexe.
Des documentalistes travaillent dans cette organisation, et on se demande au final s’ils sont vraiment au service de la vérité, car l’organisation repose sur plusieurs types de hiérarchies et différents personnels.
Mais les principaux emplois concernent finalement les scénaristes, ceux qui inventent des histoires, et les falsificateurs, ceux qui produisent, transforment des documents pour les rendre crédibles.
Le personnage principal est justement un scénariste islandais  Sliv Dartunghuver qui arrive au sommet de l’organisation. Un nom étrange qui résonne comme un dark hangover, une mauvaise gueule de bois.
Cette capacité à raconter des histoires et finalement parvenir à les diffuser via les médias et bien sûr de plus en plus de façon transmédia est pasionnante à découvrir dans l’ouvrage, car cela pose la question des régimes de vérité qui nous gouvernent. Or, il semble que ce soit clairement une lutte, à l’instar de celle déjà décrite par Bruno Latour dans les milieux scientifiques, si ce n’est que c’est également le cas pour à peu près tout ce qui nous entoure. Le CFR ( Consortium de falsification du réel ) fonctionne finalement comme un gigantesque système de lobby supranational. Les méthodes sont finalement assez similaires au point d’ailleurs qu’on se demande si l’auteur n’a pas travaillé dans ces milieux.  En tout cas, Antoine Bello est un écrivain hors-norme, pas si éloigné du héros principal finalement, en étant également un homme d’affaires qui vit aux États-Unis d’après cet article de Télérama.  L’auteur a fondé une société Ubiqus qui s’inspire d’un de ses romans . On note qu’en tant que descendant de Marcel Aymé, cette histoire d’ubiquité me fait penser à la nouvelle « les sabines ».
Mais finalement, est-ce que tout cela est vrai ? D’ailleurs, on se demande à la fin si l’auteur ne finit pas par se perdre lui-même dans la dernière partie de sa trilogie avec cette histoire de tribus maya qui peine à nous convaincre… sans doute avons-nous été dès lors à bonne école avec les deux tomes précédents. Mais bon, la morale de l’histoire est sans doute quand le dernier tome nous place dans une situation qui consiste à  nous faire regarder dans la profondeur de la mer avec cette histoire d’épave près des côtes mexicaines,  alors qu’il serait sans doute plus opportun de  regarder en l’air peut-être. On se demande parfois, s’il ne peut pas y avoir une autre lecture de la triologie, avec un sens caché qui nous aurait échappé. L’appendice final n’y répond que de façon partielle.  D’ailleurs est-ce vraiment la fin de la trilogie ?
Bello nous montre que les ressors de la falsification reposent sur les mécaniques du storytelling couplées aux logiques de la captation de l’attention. On notera d’ailleurs les nombreuses références aux stratégies de manipulation des réseaux sociaux qui sont déployées par les protagonistes notamment dans ce dernier tome. Par endroit, on est tenté de dire que ça sent le vécu…
Bref, une bonne trilogie intéressante à lire pour passer un bon moment et pour ouvrir également sa réflexion quant à la fabrique de la réalité et de la vérité.
À la lecture de la trilogie, il devient également difficile d’en vouloir aux conspirationnistes , car la production massive d’histoire qu’on nous sert au quotidien ne peut que semer le doute en chacun de nous. J’avais déjà remarqué lors de ma thèse que la pire situation serait celle d’un doute qui empêcherait finalement toute position vis-à-vis de la vérité. Une vérité qui ne deviendrait qu’une illusion, un idéal absurde. Telle est d’ailleurs la conclusion du dernier roman d’Umberto Eco.
Ce rapport à la vérité est pourtant essentiel à plusieurs titres :
– Il fait partie des prérogatives de nombreux professionnels de l’information, comme les journalistes et les documentalistes. C’est également une des missions de la science, même si l’erreur est possible et que la science doit permettre la contradiction.
– Il constitue finalement un objectif ou idéal de l’humanité ou en tout cas de l’esprit humain. Comment envisager un humanisme si on considère que la vérité n’est que relative, et que tous les discours se valent finalement?
– cela pose également la question : qui sont les détenteurs et autorités de la vérité ? Les travaux notamment dans la lignée de Foucault montrent que les institutions se sont souvent construites dans un rapport d’une détention du savoir et de la vérité qui est légitime ? Mais qu’en est-il actuellement, à l’heure où les plus grandes démocraties de l’histoire font le choix de l’extrémisme (imaginons qu’après le Brexit britannique, les États-Unis choisissent Trump et la France Marine Le Pen ?) notamment parce que le pouvoir politique est devenu inconsistant (c’est le cas du hollandisme qui n’est pas un consensus mou, mais une mollesse sans consensus et un daladiérisme inconscient). Le pouvoir a basculé sur d’autres institutions que sont les industries, notamment les industries de programmes et de services.
Ce sont les GAFA qui désormais écrivent l’histoire supranationale, mais également nos petites histoires du quotidien qui tout en nous offrant une liberté apparente d’action, nous contraignent dans des formes pré-écrites, des architextes. Il ne s’agit pas de fantasmer sur les big data et les algorithmes, ce sont simplement des logiques de petites histoires qui sont ainsi constituées.
Il reste à savoir si dans ces écritures pro-grammées, il y a véritablement un idéal, un objectif ultime, question qui taraude les membres du CFR dans la trilogie d’Antoine Bello. S’il semblait y avoir quelques idées dans les organismes de paix internationaux à leur début, on ne peut qu’en douter depuis. Dès lors, y a-t-il un ghost in the machine chez Google, Facebook et consorts où faut-il n’y voir que la main invisible du marché qui doit souffrir d’arthrite aiguë, car elle ne semble faire que le même mouvement pour remplir la même poche.
J’y reviendrai certainement, mais actuellement cela ne peut qu’interroger les professionnels de l’information. Paul Otlet considérait que l’information devait être vraie comme base de la documentation. De plus, cet accès devait au final permettre l’amélioration du niveau intellectuel de la population mondiale afin de pouvoir espérer une paix universelle. Qu’en est-il actuellement ?
Quand des professionnels de l’information d’un grand groupe français me disaient il y a quelques années, qu’ils procédaient beaucoup à de la destruction de documents trop sensibles et donc pas nécessairement pour conserver pour les archives, cela ne peut que nous interroger.
Complexe également est la formation dont je m’occupe qui oblige à multiplier les compétences et à savoir les utiliser au bon moment à bon escient. Tantôt, il faut faire preuve de proximité avec le document original lorsqu’il s’agit de réaliser une analyse documentaire qui ne doit souffrir d’aucune déformation, interprétation et critique, tantôt il faut développer  des qualités communicationnelles qui impliquent à l’inverse d’imaginer et de produire du nouveau.
Les professionnels de l’information ne sont pas nécessairement au service de la vérité. Ils font parfois oeuvre de fiction. Reste à savoir quelle est la recette du bon équilibre.
D’ici quelque temps, je vous reparlerai d’Antoine Bello avec son dernier ouvrage Ada, autour de l’intelligence artificielle.

L’indexation des désirs

Par défaut

Je me fais de plus en plus rare sur le blog, mais ce n’est finalement pas nouveau, puisque c’est le rythme que j’ai adopté depuis quelques années. Pour suivre mon actualité, le plus simple est de vous abonner à mon compte twitter, car je n’ai pas toujours le temps de bloguer toutes mes interventions ou dernières publications.

Je vous propose néanmoins de retrouver mon intervention sur l’indexation des désirs pour le séminaire international « écritures numériques et éditorialisation ». J’étais intervenu avec mon collègue David Pucheu sur le sujet Désir de profilage et profilage du désir : L’intention catégorisée. Le résumé est ici.

Vous pouvez retrouver l’intervention ici  et le support de mon intervention est disponible sous slideshare. (attention quelques visuels sympathiques s’y trouvent !)

L’intervention constituait un prolongement de mon article sur les tags dans la pornosphère.  C’était l’occasion de rappeler les enjeux d’importance qu’il y a derrière ces questions, tant au niveau des recherches dans le domaine des pornstudies qu’en ce qui concerne finalement les enjeux économiques et stratégiques autour de nos données personnelles et nos représentations.

Cette étude avait commencé par ce qui était surtout un pari perdu sur twitter, mais qui finalement allait se révéler bien plus intéressante que je ne l’avais envisagé initialement.

J’y reviendrai prochainement, notamment pour mieux définir ce que pourraient être ces humanités digitales d’un genre particulier, les humanités numérotiques comme les nomment Yves Citton.

Si vous voulez vous détendre pour un prix peu élevé, mon roman Hot&Steam est désormais à 0,99 euros.

 

L’esprit de Norman encombré par une représentation par tags.

norman et les tags

 

La fin de la révélation ?

Par défaut

Je vous livre un début de réflexion que seul le blog peut accueillir pour le moment, tant il s’agit d’une amorce non finalisée, mais qui est mue par un besoin de s’exprimer face à un sentiment d’impuissance croissant.

J’ai achevé il y a quelques jours la lecture de numéro zéro d’Umberto Eco qui n’est pas son meilleur ouvrage loin de là, et qui m’a laissé un étrange sentiment également. Mais je commence à mieux saisir le message au fil du temps. L’histoire est celle d’un pseudo-journal qui ne paraîtra jamais, une sorte de farce en quelque sorte, mais qui finir par se retourner contre les journalistes, car un des journalistes obsédé par les théories du complot, finit par relier tout un tas événements de la politique et de l’histoire italienne à la non-mort du Mussolini. Cette histoire rocambolesque possède un tel fonds de crédibilité qu’elle précipite la fin de l’expérience, car elle met finalement trop de personnes en danger. Néanmoins, les hypothèses de l’étrange complot finissent par être divulguées par une télévision anglaise qui révèle alors au grand public toutes les manipulations et les acteurs impliqués. La conclusion est alors terrible : il ne se passe rien, personne ne démissionne, tout le monde reste en place, rien n’est vraiment grave de toute façon.

C’est la leçon du numéro zéro, une conséquence finalement tragique, c’est la fin du pouvoir des médias d’investigation et la disparition progressive de la révélation. Le message ne passe plus, car il y a trop de messages évidemment, mais également parce que l’enjeu n’est pas que ce soit vrai ou faux, mais que tout le monde s’en fout. Il ne peut y avoir de suite aux révélations que si et seulement si, il y a des suites judiciaires, à condition que cette dernière puisse exercer son action… ce qui n’est évidemment plus le cas. Les ministres grugent le fisc et restent en place, etc.

Chaque affaire révélée par les médias ne produit plus d’effets, car il y en a tout simplement trop d’une part, d’autre part parce que ça n’étonne plus personne. La révélation ne fonctionne plus, car l’affaire à révéler n’est pas une chose rare, ce qui témoigne d’un niveau de corruption de la République jamais atteint jusqu’alors en France. Par exemple, alors que la mairie de Bordeaux a manipulé les chiffres du budget notamment autour du nouveau stade, ce qui constitue une escroquerie de plus de 100 millions d’euros et qui devrait conduire à une démission immédiate de l’édile responsable… ce dernier raille simplement l’opposition. Même chose finalement pour les divers leaks, les lanceurs d’alerte sont quant à eux poursuivis en justice, voient leur vie détruite…pendant qu’on cherche à protéger les secrets industriels (en fait les petites magouilles entre amis). On pourrait imaginer que l’hypocrisie habituelle aboutirait à sacrifier de temps en temps quelques personnages, mais le plus simple est de blâmer désormais celui qui interrompt le jeu. Celui qui tente le chemin de la révélation est considéré comme un infâme streaker qu’il faut plaquer au sol. C’est lui qu’on sacrifiera au final pour le bénéfice du show must go on.

Jamais, on a vu un tel culot des personnes incriminées… on a l’impression de se retrouver dans le sketch de Catherine de Pierre Palmade « si tu t’excusais et qu’on n’en parlait plus !».

Dans l’histoire de la circulation et de l’information, le vocabulaire de la révélation a bien sûr été lié au vocabulaire religieux, mais également à la découverte scientifique. Finalement, le journalisme en a fait un de ses fers de lance, en incarnant un quatrième pouvoir nécessaire. Or, il devient non seulement de plus en difficile de réaliser ce travail, mais lorsqu’il est réalisé… il est d’emblée mis en doute ou pire ignoré. La révélation est devenue impuissante, face à d’autres magies que je ne sais comment qualifier. Il se produit en tout cas une forme de tragédie informationnelle d’un type nouveau que je ne sais pas encore conceptualiser. Ce dévoilement informationnel impuissant ne peut qu’inquiéter, car il est le marqueur d’un désenchantement du monde, de dysfonctionnements suite à une sorte de magie noire dont nos politiques sont les grands maîtres. Finalement, ces médecins de nos sociétés ne sont pas là pour nous soigner, mais faire de nous des malades permanents porteurs de tous les maux. On retrouve ce que disait Antonin Artaud à propos de cet état de magie noire qui n’existait pas il n’y a pas si longtemps. Sauf que ce n’est pas une mort classique, mais une zombification qu’avait déjà dénoncée Romero. Cette situation informationnelle étrange va alimenter mes réflexions (et mes actions ?) dans les prochains mois

Une des réponses se situe peut-être dans l’humanisme de Montaigne dont j’ai lu récemment la biographie par Stephen Zweig. On connait la célèbre devise « Que sais-je ? » de l’ancien édile de Bordeaux. Cette question, il nous faut nous la poser, à condition de l’accompagner d’une autre question « Que fais-je ? » Sans doute pouvons déjouer une énième conjuration de Catilina (saine lecture pour les rares latinistes survivants), mais ne pourrons pas sauver cette république.

Antidote 9, quoi de neuf docteur? Nine is better for your mind !

Par défaut

Je suis testeur de la nouvelle version d’Antidote 9 suite à mon précèdent billet. Soyons clair, cette nouvelle version m’a été offerte par l’éditeur, qui m’a d ‘ailleurs fait une présentation fort intéressante en ligne. Je l’utilise avec plaisir depuis quelques mois. Le logiciel a connu quelques améliorations au niveau outils et interfaces, mais le grand changement est bien sûr l’arrivée de la version pour l’anglais. Et ce n’est pas un luxe, non pas que j’écrive beaucoup en anglais, mais quand ça m’arrive… j’ai toujours plein de doutes…

Du coup, Antidote dans sa version anglaise est encore plus utile que dans sa version française, et pour cause : vous allez probablement utiliser davantage de fonctionnalités qu’en français, et notamment toute la série de dictionnaires qu’on peut négliger parfois lorsqu’on estime qu’on a une bonne maîtrise du français. Or en anglais, dès que vous écrivez, vous craignez sans cesse de faire des erreurs de sens. Dans ce cadre Antidote va justement vous soigner comme il faut, car vous allez pouvoir d’un clic, vérifier si le mot que vous utilisez est vraiment approprié, s’il n’est pas un faux-ami, quels sont ses principaux sens, etc. Bref, c’est ici que l’outil devient vraiment opportun, c’est qu’il va éviter vos blocages dans la rédaction. Très souvent lorsque je rédige en anglais, j’ai tendance à vérifier que l’usage du mot que je fais est correct en utilisant Google. Si je trouve des phrases qui semblent conforter ma manière de rédiger, je conserve la formulation, dans le cas contraire, je me mets à douter et je change. Antidote 09 va me permettre de diminuer cette pratique. Étrangement d’ailleurs, il a pour l’instant plutôt tendance à confirmer ce que j’avais tendance à écrire, ce qui m’enlève le poids de l’incertitude, ce qui n’est pas une mince affaire.

Le logiciel permet également de gérer le double langage dans un texte et donc peut corriger aussi bien l’anglais et le français. Volontairement, j’ai glissé un petit passage en anglais dans ce billet :

Antidote 10 is an excellent tool for knowledge workers and researchers who need to write professional or scientific documents. You can use it to check if your English is correct. When I have to write in English, I’m often full of  doubts and I’m not always sure if my sentence is correct or not. With the software, I can see if the words I use are free of errors or not. So, Antidote gives me more trust when I write in English. I don’t need to spend too much time on Google to type request with the expression that I’m not convinced they are accurate. I can use all the Antidote tools for that, above all the dictionaries. I hope to ameliorate my  style of writing with the use of Antidote.

Le logiciel détecte d’ailleurs les proportions et signale les langues de façon distincte.double langage

détection du ratio anglais/français

détection du ratio anglais/français

Du coup, la partie dictionnaire devient un must, car je prends plaisir à l’utiliser alors qu’en français, j’ai tendance à la négliger complètement sauf cas exceptionnel.

Du coup, le logiciel devient également un très bon outil d’apprentissage de l’anglais si on prend soin d’utiliser les fonctionnalités du dictionnaire. Sur ce point, le fait de pouvoir basculer sur la partie dictionnaire est plus efficace que de devoir faire une requête sur un moteur de recherche, et plus rapide que d’ouvrir un outil papier. Dictionnaire antidote 9L’outil peut donc s’avérer fort opportun pour un apprentissage de la langue, d’autant qu’il rapproche la consultation des dictionnaires de la rédaction. Finalement, que ce soit pour un novice ou pour un expert, le logiciel me semble très intéressant. De là à dire que l’outil pourrait également intéresser les traducteurs professionnels ou non, il n’y a qu’un pas.

Comme je l’avais également dit précédemment, Antidote requiert une forme d’apprentissage de façon à l’utiliser de façon personnelle et selon ses besoins. Je pense également qu’il pourrait s’avérer propice pour améliorer ses performances d’écriture en anglais, pour peu qu’on sache effectivement trouver la manière de l’utiliser de façon à ce qu’il s’intègre dans sa pratique d’écriture.

Bref, un outil qui prend place de plus en plus dans ma panoplie d’outils de travailleur du savoir. Indispensable depuis que j’en ai fait l’acquisition. La dernière version m’apporte des fonctionnalités opportunes pour gérer désormais l’anglais également. Le produit reste sans doute un produit de luxe (108 euros sur amazon par exemple), mais il s’avère bien utile au quotidien, surtout si vous écrivez souvent ou que vous produisez des documents en masse. Je suis par exemple adepte de la correction typographique automatique.

Le légiste du digital

Par défaut

Il y a quelque temps, j’avais écrit avec Franck Cormerais un petit texte sur le lettré du numérique pour digital intelligence 2014. On s’était déjà interrogé s’il ne fallait pas mieux le considérer comme un lettré du digital (choix qui paraît désormais évident), et on s’était également interrogé s’il fallait conserver le mot lettré, s’il était encore approprié.

J’ai à nouveau poussé la réflexion un peu plus loin en m’interrogeant sur la question de l’édition ouverte pour un numéro de la revue de la société française des sciences de l’information et de la communication, numéro dans lequel je publie avec mes camarades du MICA de Bordeaux un autre article programmatique sur les humanités digitales et les SIC.

Je prône une évolution qui opère une transformation de notre lecteur studieux ou écrit-lecteur en un véritable légiste, à la fois en tant que :

  • Lecteur, du fait de legere qui est dans légiste.
  • Mais aussi lecteur et vérificateur des différentes lois scientifiques
  • Légiste en tant qu’anatomiste de l’œuvre, du document qu’il faut examiner et analyser.

Cette transformation du lecteur en légiste implique des outils pour disséquer nos différents corpus (corpses ?) et ne peut que nous inciter à veiller à ce que les possibilités de fouille de texte (text-mining) soient facilitées par la loi Lemaire sur le numérique.

En effet, l’accès ouvert est celui qui nous pousse à mettre nos doigts dans les entrailles :

« Du coup, ce ne sont pas des cimetières d’articles bien rangés dont nous avons besoin, mais de lieux de dissection pour mieux analyser les différents corpus avec l’ensemble des outils qui accompagnent notamment le mouvement des humanités digitales (Le Deuff, 2014). La logique de l’édition ouverte est donc d’imaginer et de développer une interopérabilité avec les divers outils de la pratique de recherche. Le temps passé à chercher pour ne pas dire déterrer un article doit être réduit au profit de son examen. »

 

À vos commentaires…

L’attribution des primes de recherche et la partie salariale consacrée à la recherche corrélée au dépôt en open access

Par défaut

L’océan de la recherche française est en pleins remous. La nouvelle a provoqué quelques crises nerveuses et plusieurs chercheurs habitués au port du nœud papillon ont failli mourir d’apoplexie non sans avoir fait tomber dans leur café leur petit croissant du matin. Désormais, l’attribution des primes de recherche sera corrélée à la mise en ligne en open access d’un nombre minimal de publications qu’il reste encore à définir précisément. La loi laisse libres les modalités, mais il est probable que cela devrait enrichir considérablement les dépôts type HAL. La loi considère qu’il faut encourager fortement cette pratique en SHS qui peine à prendre pleinement la mesure de l’intérêt de l’open access. La loi concerne l’attribution des prochaines primes, mais exige également une mise en conformité pour ceux qui ont la PEDR y compris pour les éminents membres de l’IUF sous peine de suspension des conditions d’attribution.

L’évènement va faire du bruit, car il précède finalement le vote final de la loi Lemaire sur le numérique. Thierry Mandon a jugé qu’il fallait aller plus loin pour l’open access et marquer symboliquement et financièrement l’incitation afin d’avancer pleinement sur ce terrain pour que les flots de la recherche française puissent impulser une nouvelle vague. Convaincu par la tribune dans libération de quelques chercheurs et par la pétition pour une science ouverte à tous, le secrétaire d’État qui était dans une forme de nageur olympique a annoncé ce matin qu’il voulait des publications scientifiques qui soient comme des exocets et non pas des acanthoptérygiens qui restent dans les profondeurs, qu’on a bien du mal à trouver et qui quand on les trouve, font surtout peur à voir.

La loi prévoit que l’exigence porte uniquement sur les publications scientifiques ce qui devrait soulager quelques revues parisiennes de débats intellectuels nullement touchées au final par cette loi. Il n’y a donc pas d’anguilles sous roche, même si quelques directeurs de revue ont plongé dans une déprime abyssale, eux qui pensaient que parler de la plie et du beau thon suffisait pour faire de la science.

Par contre, on note un mouvement de panique en eaux troubles chez certains enseignants-chercheurs… qui ne sont pas contre l’open access mais qui ont totalement oublié qu’il fallait publier. Un maître de conférences qui prétend faire de la formation sur les plateformes en archives ouvertes va devoir déposer enfin ses propres articles… si tant est qu’il parvienne à les faire accepter comme article scientifique, ce qui n’est pas gagné.