Ouverture de lilit et circé

Par défaut

J’ai décidé d’ouvrir la plateforme lilit et circé. Il y figure notamment un cours pour les sixièmes en information-documentation. Il n’est pas exhaustif mais vous pourrez y trouver des idées et des supports de séance. J’ai utilisé ce cours après les vacances de Noël, ayant beaucoup travaillé auparavant sur des documents papiers et de manière débranchée.  Le cours est directement accessible ici.

Servez-vous donc sans hésitez car je pense ne pas garder cet espace et je vais sans doute le fermer. Je serai par contre enchanté s’il y avait une tentative de reprise institutionnelle notamment par le CRDP  ou l’IUFM mais une initiative d’un groupe de documentalistes motivés pourraient convenir. D’autant qu’il pourrait être envisagé une mutualisation dans la construction d’une progression et d’un curriculum.

C’est l’objectif du cours d’ailleurs de proposer un travail progressif et individualisé.

Mode d’emploi :

Les modules ne s’affichent qu’une fois le cours donné en présentiel.  Ici, j’ai laissé tous les modules affichés, l’idéal est donc de les dévoiler au fur et à mesure de la progression. Il ne faut donc pas en principe que les élèves accèdent au document bilan avant le cours ce qui casserait la démarche didactique. Je préfère le préciser car si cela me parait évident, il m’a été conseillé de bien le faire souligner.

J’utilise une plateforme de cours en ligne nommée claroline mais moodle est tout aussi bien.  Ce sont des solutions que vous pouvez télécharger librement par ailleurs. Il faut un hébergement et au moins une base sql. Ce n’est pas très compliqué.

Pour ma part, j’ai utilisé la plateforme aussi bien durant le cours qu’en demandant à mes élèves de s’y connecter en dehors du cours, souvent d’ailleurs au CDI durant les permanences. Quelques élèves ont bien accroché au principe et ont travaillé et révisé leurs cours chez eux.

Le travail n’est évidemment pas parfait mais je n’aurais pas le temps de l’améliorer cette année et peut-être encore moins les années suivantes. Par conséquent, je vous livre cela tel quel en espérant qu’il puisse y avoir des prolongements. Tout est modifiable à l’envi y compris les cours en pdf.

Désormais, c’est à vous de faire avancer la didactique de l’information.

Sur Facebook, la rentrée des élèves s’effectue en ce moment

Par défaut

La montée en puissance de Facebook se poursuit…inexorablement. Le modèle économique est encore peu évolué mais ce n’est guère qu’une question de temps. La force de facebook c’est qu’il est en passe de devenir « le  » réseau social, la nouvelle carte d’identité numérique.
On y retrouve donc tout et n’importe quoi et l’infopollution y est présente. Mais les possibilités de filtrage et d’organisation ces réseaux commence à se mettre en place afin de distinguer amis proches, relations professionnelles, fans et…élèves.
En effet, je note depuis quelques mois l’arrivée massive d’anciens élèves sur le réseau. Je suis dans l’Education Nationale depuis 2001 et les premiers anciens élèves qui se sont inscrits étaient désormais étudiants. Mais changement de cap depuis deux mois, je vois désormais même des collégiens arriver sur le réseau. Voilà qui ne peut que poser des questions sur les relations que cela implique avec leurs anciens professeurs. Seulement, je pense également à leurs actuels professeurs.
Faut-il accepter toutes les demandes, sachant que le terme « amis » est toujours de mise sur Facebook ?

Quelque part, cela implique une réciprocité peu hiérarchique.
Pourtant, il y a probablement des pistes pédagogiques énormes derrière dans la construction d’une nouvelle relation, à condition qu’il ne s’agisse pas d’amitié mais de confiance. Le professeur peut ainsi user de Facebook dans une optique pédagogique en se montrant présent en dehors du présentiel, voilà qui nous sort de la captivité de l’établissement et peut contribuer à enrichir le présentiel.
La frontière est évidemment peu évidente mais elle ne fait que renforcer le phénomène d’effet-maître, essentiel à la démarche pédagogique.
La solution peut consister donc à accepter les demandes d’élèves en leur permettant d’accéder à un profil restreint. Pour cela, j’ai pour ma part créer une catégorie « élèves » sur Facebook.
Si les plus jeunes arrivent, le modèle économique va suivre car comme le dénonce Bernard Stiegler, la publicité a choisi sa cible depuis bien longtemps : les jeunes. Notre rôle est donc de prendre soin de nos jeunes générations qui arrivent sur Facebook. Contrairement aux « skyblogs », facebook est davantage intergénérationnel et nous pouvons plus facilement réagir que lorsque nous sommes avachis devant Tf1.
Pour aller plus loin, il va sans doute nous falloir désormais montrer l’exemple sur Facebook. La gestion de son identité numérique passe par une construction sociale et collective qui nécessite des modèles. Evitons dès lors que ce ne soit la publicité qui nous l’impose.

Pour clore ce billet sur la gestion de l’identité numérique, je vous laisse méditer cette phrase
« Tes secrets, je vais les découvrir;
Il suffit d’aller sur Internet »
Teki Latex. La petite fille qui ne voulait pas grandir

Historiae cherche repreneur.

Par défaut

Mes diverses activités ne me permettent plus d’être sur tous les fronts d’autant que des changements se profilent à la rentrée. Par conséquent, je ne pourrais continuer le projet historiae. que j’avais mené cette année avec des élèves de troisième. Je continue d’assumer l’hébergement et le support technique.
Il n’y a rien donc à faire que de poursuivre l’aventure avec des élèves. Le site a reçu 7000 visites depuis sa création et a été cité à plusieurs reprises notamment le café pédagogique et Mario Asselin. Le projet a également été sélectionné pour le forum des enseignants innovants même si ce dernier peut-être critiqué du fait de sponsoring de Microsoft.
Il est possible d’envisager que plusieurs projets puissent se greffer dessus durant l’année.
L’idéal serait de continuer sur la thématique des mystères historiques et d’utiliser le cours en ligne associé.
Les intérêts pédagogiques sont nombreux d’autant que si le projet devient inter-établissements.
Le projet peut se dérouler durant des séances, des projets voire des ateliers. Pensez-y !

Le Gr-CDI : La culture et la didactique de l’information.

Par défaut

La culture de l’information et la didactique de l’information sont des sujets passionnants et il existe des ponts bien sûr entre les deux.
Le Gr-Cdi regroupe quelques personnes qui travaillent autour de ces questions et qui tentent à la fois d’éclairer les concepts mais aussi de forger les bases d’une didactique de l’information efficace.
Le groupe est né d’une volonté conjointe de se retrouver autour de ces questions et de rassembler les efforts afin qu’ils puissent aboutir à des projets communs et des avancées intéressantes sur ces domaines.
Souhaité depuis longue date par Alexandre Serres et impulsé également par la volonté de Jacques Kernéis, le groupe rassemble principalement des personnes engagés dans des travaux de recherche.
Un séminaire a eu lieu en septembre 2007. Vous pourrez retrouver les textes des interventions sur le site du GR-CDI qui est hébergé sur le site de l’Urfist de Bretagne-Pays de Loire.
Vous pouvez visualiser le support de ma présentation, n’ayant rédigé aucun texte pour l’occasion, thèse oblige. Mon intervention tournait autour des cultures de l’information et des différentes conceptions de l’information literacy.
La présentation sur slideshare

Mythologie documentaire et informationnelle sur le blog des 3 couronnes

Par défaut

Une fois n’est pas coutume, je blogue ailleurs que sur le guide des égarés. Après, mon article sur le blog des Urfist, j’ai l’honneur de m’exprimer sur le blog de Pascal Duplessis.  L’objectif était aussi d’écrire un article qui réunissent deux passions de Pascal : la mythologie et la didactique de l’information.

Le chapeau de l’article :

« L’entreprise didactique ne peut fonder son succès sur les seules pistes scientifiques et épistémologiques. Le propos de cet article est de mettre en place parallèlement un projet mythologique.  »

Si vous voulez lire, la suite c’est par ici.

Digital natives, objet technique et B2I

Par défaut

Je réagis au billet de francis pisani sur la génération « Google » dont j’ai déjà parlé il y a peu de temps. Il s’avère que de plus en plus les analyses contredisent la vision « digital natives » de Prensky et montrent que la réalité est bien plus complexe voire beaucoup plus préoccupante.

Je remarque également comme beaucoup d’autres collègues l’ignorance des adolescents en ce qui concerne l’objet technique « ordinateur » à la fois au niveau software et hardware. Il en est de même pour la connaissance un peu plus poussée des notions de base de navigation qui devraient être acquises dans le cadre du B2I. Or, dans la tête de mes élèves, c’est le mélange total entre moteurs, navigateurs, google, internet explorer et je ne parle même pas des notions un peu plus précises. Evidemment, la plupart des enseignants ne sont guère plus au fait des différences. Moi ce qui me dérange, c’est qu’il y a confusion entre cette attraction, qui est principalement due à l’impression de facilité : à une logique de bouton poussoir quasi « pavlovienne » et une réelle maîtrise. Dès lors, j’ai tendance à partager l’avis d’EPFL (et non de  Florence Meichel comme je l’avais écrit initialement en me trompant mais que l’intéressée m’a signalé. voir commentaires) qui commente l’article de Francis Pisani en remarquant qu’au final, la génération la plus à l’aise ne se trouve pas être la jeune génération actuelle mais en fait plutôt celles des trentenaires plus souvent confrontée à l’envers du décor, c’est à dire au code :

« Je crois en fait que la génération des trentenaires est un peu particulière du point de vue du rapport à l’outil informatique. Nous y avons été familiarisé avec des machines plutôt primitives, et pour en tirer parti il fallait vraiment ne pas hésiter à “rentrer dedans”. Je me souviens qu’adolescents, nous devions souvent programmer nous-mêmes nos propres jeux (élémentaires bien sûr, genre pong). D’ailleurs, les revues de micro (type S&V micro, crois-je me souvenir), proposait des lignes de code à reprendre. Aujourd’hui, les ado n’ont évidemment plus ce genre d’effort à fournir. C’est autant d’apprentissage approfondi en moins. De plus, les machines de l’époque étaient beaucoup plus “ouvertes”, et on pouvait sans problème les bricoler, au moins au niveau software. Aujourd’hui, ce sont de véritables “boîtes noires” (toujours surtout au niveau software). Allez essayer de comprendre Vista, a fortiori de le modifier! De ce point de vue, les ordinateurs ont suivi l’évolution de la plupart des objets techniques : ils se sont “refermés” en se complexifiant. Un peu comme les voitures, que n’importe qui pouvait (et devait) bricoler au début du siècle, tandis qu’aujourd’hui il est impossible d’y mettre la main, tant elles sont bourrées d’électronique et d’éléments de haute technologie. »

Pour reprendre ici la logique de Simondon à la sauce Stiegler, la constitution de milieux associés avec les TICE n’est donc pas évidente d’autant qu’en temps passé devant l’ordinateur, l’usage ludique de nos adolescents prime sur l’usage pédagogique sans compter que l’innovation est peu fréquente si on songe au mimétisme « débilisant » des skyblogs. De plus, les choix éducatifs ne font qu’accroitre cet état de fait. En clair, le B2I ne parvient pas développer une véritable culture informatique, pire il ne fait que dissimuler la vérité avec des validations au final faites à la va vite basées sur une découpe de compétences sans réelle signification tant la culture informatique et la culture de l’information sont plus complexes. Je continuerai cette année à valider des items malgré tout, mais avec la conviction que tout cela n’est désormais qu’une mystification. L’objet B2i dans sa volonté transdisciplinaire n’était pourtant pas si mauvais à sa création, mais force est de constater qu’il ne remplit pas sa mission et qu’il ne fait que dégrader au final les moyens de mettre en place les conditions de transmission d’une culture informationnelle et informatique. Le B2I ne demeure qu’au triste stade d’objet administratif et nullement pédagogique et il en sera sans doute de même du socle commun car ces dispositifs demeurent insuffisants. L’enseignement doit donc se réformer…vraiment et cesser d’accumuler les heures de cours en faisant croire qu’il y a chaque fois assimilation. Je crois que les nouvelles technologies et notamment les plateformes d’e-learning peuvent constituer d’excellents moyens pour rendre plus efficaces les cours en présentiel et en prolongement de présentiel en permettant une pédagogie différenciée et une individualisation des parcours mais j’y reviendrai sans doute sur ce blog. Le but serait que l’usage pédagogique soit supérieur sur tous les plans à l’usage domestique à la fois en temps passé et en complexité d’usage…au moins dans un premier temps.

Le chantier s’annonce vaste tant les enjeux sont importants et surtout parce que nous sommes très loin du consensus éducatif.

Métamorphose de l’éducation : allons-nous devenir des individus purs ?

Par défaut

Dans la lignée de ma réaction anti « éducation 2.0 » au niveau conceptuel, je pense qu’il faut faire attention à ne pas être dans une mutation permanente. Il faut donc envisager des éléments stables avec des éléments évolutifs et non pas adaptationnistes voire quasi darwinistes. Je m’inscris donc encore une fois contre le concept d’éducation 2.0 ou bien encore contre celui d‘apprentinuité proposé par la dynamique Florence Meichel qui cherche à fédérer toutes les bonnes volontés pour tirer profit au maximum des nouvelles technologies pour améliorer les performances éducatives. Je vous invite d’ailleurs à participer au réseau qui regroupe plusieurs usagers actifs dans le domaine et sur lequel vous trouverez liens et réflexions pertinentes. Même si nous ne sommes pas tous d’accord, la discussion reste courtoise, ce qui peut faire progresser le débat. Je vous invite également à lire la réflexion de Mario Asselin sur le sujet.

Je ne peux souscrire donc aux notions d’apprentinuité, ni de méta-élève pour la simple raison que cela entraine non pas une métastabilité telle que la voit Simondon mais une déstabilisation permanente. Une nouvelle fois, il s’agit d’être proactif comme le propose le finlandais Teemu Arina et pas seulement réactif. Je comprends malgré tout la volonté de prôner un enseignement qui ne soit pas en décalage, mais je rejoints Teemu sur la nécessité d’échapper à l’âge de la vitesse.

Dès lors, l’éducation demeure l’éducation et les apprenants demeure des apprenants et non des apprentinuants, barbarisme linguistique avec lequel j’ai beaucoup de mal puisqu’il s’agit d’un pléonasme, apprenant comportant déjà cette permanence d’apprentissage. Il ne s’agit donc pas de déstabiliser un peu plus des concepts et des institutions déjà en grande difficulté mais de permettre la transindividualisation notamment des élèves voire des enseignants grâce aux nouvelles technologies devenues hypomnemata des milieux éducatifs associés. Il s’agit d’adopter plutôt que de s’adapter.

Je pense pourtant que Florence partage les mêmes objectifs que moi, mais il faut être prudent et surtout efficace. L’institution scolaire doit se transformer et progresser à la fois dans une individualisation psychique et collective mais également afin que l’élève puisse se ré-approprier les moyens d’accès au savoir face aux tentatives de court-circuitage entropique des industries de service. (cf Stiegler)

Or, il faut être clairvoyant car les outils du web 2.0 peuvent également constituer des techniques dissociatives qui peuvent encore plus priver les usagers notamment de leur anonymat. Je songe ici au phénomène de l’Arcadie, prolongement du web 2.0, qui nous enferme dans un panoptique foucaldien permanent où nous sommes autant que voyeurs qu’observés. Je renvoie ici à mes articles sur urfist info et sur le site spokéo.

Par conséquent pour créer ces milieux associés, il faut prendre en compte la technique et notamment la culture technique qui implique que nous devenions majeurs au sens de Simondon et pas seulement mineur, c’est à dire qu’il nous faut comprendre le fonctionnement et la philosophie de ces outils qui n’ont probablement pas encore atteints leur concrétisation ultime.

Je rejoints néanmoins Florence sur le fait que nous non plus, apprenants et enseignants n’avons sans doute pas encore complèté notre transindividuation, mais il ne s’agit nullement d’augmenter l’entropie informationnelle et bien au contraire de construire la néguentropie des savoirs. Cela implique de l’association mais aussi de la distinction.

Par conséquent, ce n’est pas les concepts qu’il faut faire évoluer mais bel et bien le système. Il nous faut ainsi devenir des individus purs au sens de Simondon « médiateur entre la communauté et l’objet caché ou inaccessible »